Nous irons de l'avant - CIDSE

Nous allons avancer

Les attentes selon lesquelles la COP22 cette année allait mettre les roues en mouvement sur l'Accord de Paris (AP) ont été accueillies avec des sentiments mitigés et certainement avec un processus de type escargot qui a mis en lumière des désaccords considérables entre pays développés et pays en développement. Après une longue nuit du vendredi 18 novembre, les 197 pays ont renouvelé leurs engagements pris à Paris, promettant de relever l'ambition et de combler l'écart d'atténuation entre leurs plans nationaux de réduction des émissions et ce que dit la science du climat. Pourtant, il reste encore beaucoup à faire.

Les attentes selon lesquelles COP22 allait mettre en branle le processus de l'Accord de Paris (AP) ont suscité des sentiments mitigés et certainement un processus de type escargot qui a mis en lumière des désaccords considérables entre pays développés et en développement. Après une longue nuit vendredi 18, les pays 197 ont renouvelé les engagements pris à Paris, en promettant de renforcer leur ambition et de combler le fossé entre leurs plans nationaux de réduction des émissions et ce que dit la science du climat. Le rapport du PNUE sur le déficit d’émissions 2016 est clair: une action plus efficace avant le 2020 est la «dernière chance» de rester en dessous de l’augmentation de température du degré 1.5C. Les négociateurs sont donc convenus de suspendre la première réunion des parties à l'accord jusqu'à 2018, afin de donner aux pays restants le temps de ratifier le traité et de permettre aux négociateurs de finaliser les règles sur la manière dont l'AP fonctionnera dans la pratique. Il est clair que le chemin à parcourir est encore très long et sinueux.

Comme on l'a vu lors des COP précédentes, le problème épineux qui retardait sans cesse la fermeture de COP22 à Marrakech était lié au financement pour le climat, en particulier en ce qui concerne les besoins d'adaptation. COP22 s'attendait à ce que les pays développés renforcent leur engagement à fournir un financement adéquat pour l'adaptation aux pays en développement, se déroulant sur le sol africain, un continent souffrant de multiples crises et ayant connu cette année la plus longue sécheresse de l'histoire récente. En plus de quelques annonces de contributions supplémentaires au Fonds d'adaptation de l'Allemagne, de la Suède, de l'Italie et de la région flamande de Belgique, les pays industrialisés sont encore loin de faire leur juste part.

Néanmoins, les gouvernements ont salué l'initiative du roi Mohammed VI, la «Proclamation de Marrakech», visant à marquer le passage à une nouvelle ère de mise en œuvre et d'action en faveur du climat et du développement durable. Reste à savoir comment cette déclaration fera la différence, en particulier dans l’incertitude du retrait des États-Unis de l’Accord de Paris. Il y a beaucoup de mots prometteurs et ambitieux qui ne vont toujours pas de pair avec des engagements et des actions. Des mots qui devraient être suivis d'exemples tels que le Climate Vulnerability Forum, un groupe de pays de 47 présidé par l'Éthiopie, qui a déclaré le dernier jour du COP22 s'engager dans 100% d'énergie renouvelable.

L'année dernière, à Paris, en décembre dernier, 12th était dans les rues et avait crié ses dernières paroles, Marrakech a prouvé une fois encore que la société civile est forte et continuera à aller de l'avant pour une société propre, juste et égalitaire. Les mouvements à travers le monde, dirigés par les gens, qui résistent aux combustibles fossiles, aux industries extractives et aux accaparements de terres construisent un avenir résilient avec de vraies solutions. Ils montrent des chemins vers la victoire, des chemins pour reprendre le contrôle, loin des énergies sales qui détruisent notre planète.

Le changement climatique est le défi le plus complexe et le plus difficile auquel l'humanité ait jamais été confrontée et il est indéniable que nous nous dirigeons vers l'abîme. Il y a beaucoup de questions sans réponses faciles, mais il y a beaucoup de luttes que le changement climatique rassemble et que c'est probablement dans ce contexte que les gens peuvent partager, créer et s'unir pour pousser les politiciens hors de leurs intérêts rentables. L’année prochaine, les îles Fidji présideront COP23: ce sera la première fois qu’un État insulaire du Pacifique, gravement touché par l’élévation du niveau de la mer, dirigera les négociations de la CCNUCC. La question 1.5C est une question de vie pour Fidji et les petits États insulaires menacés de disparition. Les pays développés vont-ils mettre en place des politiques, des règles, des règles et des fonds pour que la transformation urgente et juste se produise?

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange