Les peuples autochtones disent que «l'eau c'est la vie» - CIDSE

Les peuples autochtones disent «L'eau c'est la vie»

Maryknoll, sœur Patricia Ryan, et des membres de la communauté autochtone où elle travaille au Pérou sont venus à Washington, DC en septembre, pour poursuivre leurs efforts en justice afin d'empêcher une société minière de polluer leurs terres et leurs eaux sacrées. Au même moment, des Indiens Sioux des Amérindiens de la réserve de Standing Rock, dans le Dakota du Nord, dirigeaient des manifestations devant la Maison-Blanche avec un objectif très similaire.

L'article suivant a été publié dans le numéro 2016 de novembre-décembre de NewsNote par le Maryknoll Office for Global Concerns.

"Nous sommes les gens. Vous ne pouvez pas nous ignorer. Nous ne vous laisserons pas construire ce pipeline. . . Nous sommes les gens. Vous ne pouvez pas nous ignorer. Nous ne vous laisserons pas construire ce pipeline. »

Encore et encore, des centaines de personnes, dont beaucoup d'Indiens amérindiens, ont chanté à l'unisson devant la Maison Blanche. Ils étaient venus protester contre la construction d'un oléoduc dans la réserve de Standing Rock, dans le Dakota du Nord, à cause des dégâts qu'un déversement potentiel d'hydrocarbures causerait au sol et à l'eau.

Dans la foule, Yolanda Flores, une femme autochtone Aymara âgée de 45, travaille comme secrétaire dans l’altiplano appauvri («hautes plaines») de Puno, au Pérou, où des sociétés minières exploitant des mines d’argent, de plomb, de cuivre et d’autres minéraux ont dévasté les lieux. le sol et l'eau que son peuple a vénérés comme sacrés depuis des milliers d'années.

Il était impossible de rater Yolanda avec sa robe Aymara traditionnelle: ses longs cheveux tressés en deux tresses sombres rassemblées à la fin par un gland noir, une jupe à fleurs multicouches, un pull pour conjurer le froid et la fraîcheur des montagnes péruviennes à la fin de l'été Washington, DC, et un chapeau melon.

Comment Yolanda est-elle arrivée à Washington et pourquoi elle soutient cette cause des indigènes Sioux du Dakota du Nord - un endroit qu’elle n’a jamais été - est une histoire conçue depuis plus de soixante-dix ans avec accompagnement, service et plaidoyer des missionnaires Maryknoll .

Yolanda a grandi en tant que fille de paysans à Puno, une région montagneuse froide et reculée du sud du Pérou, réputée pour ses conditions de vie difficiles. Depuis que ses parents étaient enfants, les missionnaires Maryknoll ont été activement impliqués dans l’église catholique et la vie communautaire à Puno et dans tout le Pérou.

Dans leur désir de promouvoir la culture des personnes qu’ils servaient, les missionnaires Maryknoll fondèrent l’Institut des études aymara de 1974. La culture aymara enseigne qu’un lien sacré et spirituel existe entre le peuple aymara et la terre et l’eau.

«L’eau, c’est la vie et ne peut pas être privatisée», explique Benecio Quispe Gutiérrez, intellectuel et militant aymara, cité par Jeffery Weber dans son livre Red October. «Ils ne peuvent pas privatiser l'eau, les lamas, les moutons, les vaches et les arbres. Nous avons besoin de tous.

Les peuples Aymara incluent leur révérence traditionnelle envers la Terre nourricière dans leur vie de foi catholique. Ils font des offrandes à la Terre Mère en guise de gratitude pour une bonne récolte et une bonne santé.

Le pape François écrit dans Laudato Si 'pour les [communautés autochtones]: «la terre n'est pas une marchandise, mais un cadeau de Dieu et de leurs ancêtres qui y reposent, un espace sacré avec lequel ils doivent interagir s'ils veulent conserver leur identité et leurs valeurs. Quand ils restent sur leurs terres, ce sont eux qui s'en soucient le mieux. ”

Malheureusement, le développement économique rapide et inégal, associé aux inégalités raciales et sociales persistantes, a souvent rendu les peuples Aymara vulnérables à l'exploitation par le gouvernement et par des entreprises privées nationales et internationales, en particulier dans le secteur minier, qui est le principal secteur d'exportation du pays.

Là où vit Yolanda, la terre est riche en argent, en plomb et en cuivre. Au fil des ans, les mines ont pollué le sol avec des métaux lourds et ont coupé de leurs fermes des puits communautaires sacrés vieux de plusieurs décennies. En 2008, Yolanda a vu la frustration de ses voisins se transformer en violence lorsque la Canadian Bear Creek Mining Corporation a reçu un permis pour construire une mine sur les terres d'Aymara en raison de ce que beaucoup de gens croyaient être un comportement duplicité et de fausses déclarations, puis a omis d'assister à une réunion publique. où des centaines de membres de la communauté espéraient avoir une réponse à leurs questions. Certaines personnes ont détruit l'un des bâtiments vides de la société minière.

Mais la violence n'est pas la voie des peuples Aymara. La culture Aymara enseigne l'obligation sociale d'aider les autres membres de la communauté. Un paysan aymara peut demander à un voisin de l'aider à construire une maison, à creuser un fossé d'irrigation ou à récolter un champ. En retour, il ou elle doit donner le même nombre de jours de travail au voisin. L'entraide et le souci du bien commun soutiennent de bonnes relations entre les peuples Aymara et entre chaque personne et la terre et l'eau.

Il y a eu une autre réunion à 2011. Plus d'un millier de personnes sont venues mais l'espace de réunion ne pouvait accueillir que 200. Cette fois, des représentants de la société ont assisté à la réunion, mais ils ont fourni des informations sur la mine en termes techniques que peu de gens comprennent et en espagnol plutôt qu'en langue aymara. Ils ont également déclaré qu'ils n'accepteraient les demandes que sous forme écrite. Puisque l'aymara est une langue parlée plutôt qu'écrite, cela a été perçu par beaucoup comme une tactique supplémentaire de la part de l'entreprise, qui consiste à obstruer son droit de refuser la concession.

Avec l'accompagnement de Maryknoll Sœur Patricia «Pat» Ryan, le peuple Aymara s'est lancé dans une campagne massive de résistance non-violente. Plus de 15,000 150 peuples autochtones ont bloqué des routes dans et autour de Puno pendant près de six mois. «Il y a eu des frappes à la frontière avec la Bolivie», se souvient sœur Pat. «Lorsqu'ils n'ont pas été entendus là-bas, ils se sont rapprochés de Puno jusqu'à ce qu'ils finissent par fermer la route depuis la frontière avec la Bolivie jusqu'à la ville de Puno, qui est à environ XNUMX kilomètres. Tout était immobilisé: les marchés fermaient; il n'y avait pas de transport; le tourisme a été arrêté. Ils essayaient de faire entendre leur voix sur le fait que cette mine était autorisée à pénétrer dans leur région sans leur consentement et sans leur pleine connaissance de ce que cela signifierait pour leur vie.

Le gouvernement, devant l'éventualité de nouvelles manifestations et de poursuites judiciaires, a pris une mesure surprenante: il a révoqué le permis de la société minière et mis un terme à la construction de la mine.

«Étant une femme autochtone d'une région éloignée», a déclaré Yolanda, «j'ai toujours pensé que le monde était minuscule: vous grandissez, vous vous mariez, vous avez une famille et vous travaillez dans les champs jusqu'à votre mort.». . . «Rencontrer des sœurs et des pères Maryknoll et des frères m'a aidée à aller plus loin. Je travaille sur des problèmes que je n'aurais jamais cru pouvoir faire, comme la protection des droits humains des Aymara et de la protection de l'environnement. ”

Yolanda travaille pour l'Association des droits de l'homme et de l'environnement (Derechos Humanos y Medioambiente), ou DHUMA. Cette organisation à but non lucratif a été créée à 2007 après la fermeture du Vicariat de solidarité de la prélature de Juli, fondé par les Pères et Frères de Maryknoll, afin de poursuivre le travail de défense des droits des personnes démunies et marginalisées et de créer un climat de paix. paix dans la région. À cette époque, dans une décision très controversée, le nouvel évêque Jose Maria Ortega Trinidad a demandé à tous les pères et frères Maryknoll de quitter le diocèse de Juli après des années de service au sein de 65. Dans une lettre publique signée par plus de personnes de 1,000, les paroissiens de Juli ont déclaré: «Les pères de Maryknoll ne seront jamais loin de nos cœurs ni de nos souvenirs et nous souhaitons les exprimer publiquement au monde et à toute l'Église».

«Je ressens l’esprit des Sœurs et des Pères Maryknoll dans les luttes quotidiennes de nos communautés aymara», a déclaré Cristobal Yugra, homme autochtone Aymara et avocat à DHUMA, qui a voyagé à Washington avec Yolanda et Maryknoll Sœur Patricia 'Pat' Ryan. Ensemble, ils offrent des services éducatifs, des informations et des conseils juridiques aux communautés locales touchées par les activités minières.

Yolanda, Cristobal et Sister Pat sont venues du Pérou à Washington DC à l'invitation d'un tribunal international créé au sein de la Banque mondiale pour statuer sur des griefs concernant des accords commerciaux. Le tribunal entendait une affaire intentée par Bear Creek Mining Corporation contre le gouvernement du Pérou après que le gouvernement a révoqué le permis d'exploitation de la société à Puno.

La société poursuit le Pérou pour un million de dollars 522 de pertes de profits attendues non seulement de leur mine d’argent initiale, mais également d’une deuxième mine qu’ils avaient projetée de développer avec les bénéfices de la première mine.

Le tribunal a accepté le mémoire d'amicus de DHUMA, qui réfute de nombreux arguments de la société. «Nous essayons de faire connaître ce qui s'est réellement passé dans la région selon le point de vue du peuple Aymara», a déclaré sœur Pat.

C’est la première fois que le Maryknoll Office for Global Concerns est au courant de la controverse de cette cour internationale qui a non seulement accepté un mémoire rédigé par des membres de la communauté, mais les a également invités à assister aux audiences afin de les inviter à répondre immédiatement aux demandes d’aide supplémentaire. preuve. C'est peut-être aussi la première fois que les audiences du tribunal sont diffusées en direct.

C'est à leur seul jour de congé des audiences d'une semaine qu'ils se sont joints à la manifestation du Dakota Access Pipeline. Ce fut un moment remarquable de voir les peuples autochtones Aymara du Pérou rejoindre les Indiens d'Amérique autochtones en tant que défenseurs de l'eau et protecteurs de la Terre nourricière.

Photo: Yolanda Flores tient une pancarte «Fin de la fracturation» devant la Maison Blanche le mois de septembre 14, 2016. La photo montre également Chloe Schwabe (à gauche de Yolanda), du Maryknoll Office for Global Concerns.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange