Nous sommes la force et nous sommes l'espoir! - CIDSE

Nous sommes la force et nous sommes l'espoir!

Un blog du Dr Vaishali Patil, activiste anti-nucléaire (Jaitapur, Inde) et membre de l'Alliance nationale des mouvements anti-nucléaires, sur la résistance des femmes à l'énergie nucléaire.

NB: Les opinions exprimées dans ce blog ne reflètent pas nécessairement les positions officielles de la CIDSE.

«Si le gouvernement tient vraiment à notre réhabilitation en tant que pêcheurs, alors une autre mer d'Arabie devrait être créée pour nous. C’est la seule compensation que nous puissions considérer comme une femme », a déclaré Noorjaha Tamake, du village de Nate à Jaitapur, en Inde. Elle exprimait sa colère et tentait d'exprimer ses revendications en tant que personne concernée par le projet de construction de la plus grande centrale nucléaire au monde, encore plus grande que l'usine japonaise de Kashiwazi-Kariwa, par la Nuclear Power Corporation of India Ltd. ( NPCIL).

En septembre 2005, NPCIL a annoncé son intention de mettre en place six réacteurs nucléaires d’une capacité totale de 9,900 MW à Jaitapur, située au bord de la mer d’Arabie dans la région de Konkan, dans l’État du Maharashtra. Les réacteurs devaient être conçus et construits par Areva, une entreprise française du secteur de l’énergie nucléaire, à laquelle appartenait en grande partie Electricité de France (EDF).

S'étendant sur plus de 968 hectares de terres, le projet a conduit à l'expropriation de cinq villages d'une population totale de 4,000 XNUMX personnes. Dès le début, les habitants de Jaitapur ont opposé une résistance courageuse à ce projet d'énergie nucléaire, l'opposition initiale venant principalement des agriculteurs dont les terres étaient menacées d'acquisition. En Inde, il existe une loi sur l'acquisition de terres qui donne à l'État le pouvoir d'acquérir les terres de n'importe qui, car l'État maintient la domination globale.

De plus, les pêcheries des villages de Sakhri Nate, Tulsundi, Ambolgad, Sagve, Kathodi, Jambhli et Nanu-Ingalvadi, avec une population approximative de 50,000, sont également menacées par ce projet de centrale nucléaire. Malheureusement, NPCIL n'a pas considéré ces poissons comme des personnes affectées par le projet, même si la capture annuelle de poisson dans le district de Ratnagiri est de l'ordre de 12,500 et que, de ce fait, 4,000 provient du village de Sakhri Nate. Il existe autour de 200 de gros chalutiers et plus de 300 petits bateaux de pêche. Près de 6,000, les habitants de Sakhri Nate dépendent directement de la pêche et plus de 10,000, y compris les femmes, dépendent d’activités connexes.

Les pêcheurs musulmans de Sakhri Nate se rendent dans les villages environnants vendant du poisson de porte à porte. Ils commercialisent et transforment également du poisson sec. Ces activités constituent une source majeure de revenus pour leurs familles. En tant que tels, ils sont devenus la colonne vertébrale du mouvement anti-nucléaire de Jaitapur.

Dans 2009, l’administration du district a organisé une audition publique pour obtenir l’approbation environnementale du projet. Un rapport d'évaluation de l'impact sur l'environnement hautement technique de pages 1,200 a été distribué en anglais aux femmes de Sakhri Nate, dont beaucoup sont analphabètes ou ne lisent pas l'anglais. Bien qu'une disposition stipule qu'un tel rapport devrait être disponible dans la langue locale, cela a été refusé et les femmes ont dû se battre pour l'obtenir. Les femmes sont devenues agitées lorsqu'elles ont appris que 52,000, un million de litres d'eau chaude seraient rejetés dans la mer d'Oman par le projet de centrale nucléaire. Ils ont compris que cette augmentation de la température de la mer leur priverait de moyens de subsistance. Ces informations suffisaient à elles seules pour que les femmes s’organisent et se mobilisent contre ce projet nucléaire. Les normes traditionnelles de la communauté musulmane interdisant aux femmes de quitter leurs villages, elles ont donc obligé les hommes à se rendre à Tarapur, site du premier projet d'énergie nucléaire en Inde. À leur retour, les femmes ont continué à écouter les informations que leurs maris partageaient dans la famille.

Cette visite du projet de centrale nucléaire de Tarapur, qui a débuté il y a 42 ans, a été une excellente leçon d'apprentissage pour les dirigeants locaux. Cela les a incités à agir lorsque le président français Nicolas Sarkozy est venu en Inde en décembre 2010 pour conclure un accord. Les femmes se tenaient au premier rang, tenant des banderoles disant: «Sarkozy Go Back».

La sagesse populaire, en particulier celle des femmes, sur les impacts sur les moyens de subsistance et les droits démocratiques, a été remarquable. Lorsque le mouvement de masse était à son apogée, les femmes et leurs enfants criaient «Nako Anu-Urja (Non à l'énergie nucléaire)» à chaque véhicule qui passait. Le mouvement a été confronté à des revers difficiles, tels que la fusillade par la police du jeune activiste Tabrej Sayekar, des militants piégés dans diverses affaires judiciaires et des agriculteurs presque obligés d'accepter un accord de compensation foncière, ce qui a créé des divisions au sein du mouvement anti-nucléaire. Malgré ces obstacles et le fait qu'elles n'ont effectivement reçu aucune compensation en tant que pêcheurs, les femmes sont restées engagées dans le mouvement antinucléaire. Ils savent trop bien quel sera leur avenir si ce projet est achevé.

En tant que militante qui a soutenu l'organisation et la mobilisation des communautés contre ce projet catastrophique, ce qui m'a étonnée de voir, c'est comment les femmes ont compris au cours des dernières années 10 ce qu'est l'énergie nucléaire, comment les rayonnements affectent le corps humain et les impacts négatifs potentiels sur leurs moyens de subsistance. Une fois que les femmes ont compris cela, et plus encore après l'accident nucléaire de Fukushima en mars 2011, elles étaient prêtes à mourir pour leur cause. Juste après Fukushima, les femmes et les hommes du village de Nate ne sont pas allés pêcher pendant presque une semaine. Divers réseaux de télévision diffusaient des images et racontaient les histoires des victimes de cette catastrophe. C’est à ce moment-là que les femmes ont estimé que soutenir et diriger le mouvement anti-nucléaire serait le seul moyen de survivre.

Au cours des 10 à 12 dernières années, il y a eu plus de 25 manifestations, de nombreux militants ont été emprisonnés, de fausses affaires criminelles ont été enregistrées par la police et la répression étatique s'est intensifiée. Le magistrat du district a adopté une ordonnance contre moi et notre haut dirigeant, l'ex-juge Kolse Patil, nous interdisant d'entrer dans la région de Jaitapur car il était devenu très difficile pour la police de contrôler la participation des femmes et des enfants aux manifestations. Cependant, même pendant cette période de répression, les femmes n'ont jamais abandonné. Toutes les mères ont encouragé leurs enfants, âgés de 6 à 18 ans, à participer à des grèves scolaires. La raison en était que le gouvernement avait rendu obligatoire pour la direction de l'école d'enseigner la propagande par la projection de documentaires, la distribution de brochures et l'organisation de conférences dans lesquelles il était répété à plusieurs reprises: «le nucléaire est vert et propre».

Ce mouvement a inspiré l’organisation d’une manifestation non violente à Koodam-Kulam. Plus tard, les dirigeantes anti-nucléaires de Koodam-Kulam sont devenues une source d'inspiration pour les femmes de Jaitapur. Même si les femmes de Jaitapur ont eu du mal à trouver leur place dans la prise de décision du mouvement anti-nucléaire, leurs aspirations ne peuvent être réprimées.

Depuis que cette lutte est en cours depuis plus de 10 années, les hommes se sentent parfois désespérés face à la position du gouvernement, et encore plus maintenant avec le conservatisme du gouvernement actuel. Le Premier ministre Modi a conclu des accords nucléaires avec différents pays, ce qui est décourageant. Mais les femmes ont la qualité innée d’être persévérantes et visionnaires, et leur abnégation déterminée a permis à ce mouvement de rester vivant. C’est précisément pour cette raison que le mois d’octobre du 2nd, 2016, anniversaire de la naissance du Mahatma Gandhi, plus de femmes que de femmes 1,000 ont participé à une puissante manifestation de jeûne non violent. Cet acte lui-même a donné une force et un espoir puissants à ce mouvement anti-nucléaire.

Il y a certainement beaucoup de chemin à parcourir, mais les femmes ont commencé à briser les structures patriarcales au sein de la religion et de la famille qui les ont maintenues réprimées pendant tant d'années. Enfin, les femmes ne sont pas seulement la force du mouvement, mais aussi l'espoir du mouvement…


2017 02 27 150548

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange