Une réflexion franciscaine sur les injustices croisées des personnes transgenres - CIDSE

Une réflexion franciscaine sur les injustices croisées touchant les personnes transgenres

© Christian Seno

L'annonce par Twitter du président Trump, le mois dernier, de l'interdiction par l'armée américaine des transgenres et de son éventuelle codification dans la politique nationale a rouvert des plaies qui, pour bon nombre de nos frères et sœurs trans, n'ont pas encore été guéries.

NB: Les opinions exprimées dans ce blog ne reflètent pas nécessairement les positions officielles de la CIDSE.

Alors que de nombreux groupes de défense des droits de l'homme ont qualifié cette politique de nouvelle forme de discrimination injuste infligée à un groupe déjà marginalisé, plusieurs dirigeants religieux réputés ont soutenu l'interdiction de Trump. Leur affirmation et leur soutien à cette interdiction ont révélé à quel point beaucoup de membres de l'Église étaient déséquilibrés par rapport aux besoins des personnes les plus vulnérables et constituaient un autre exemple d'attitudes discriminatoires profondément ancrées dans notre langage théologique pathologisante envers des personnes d'origines et de cultures différentes. identité de genre.

Qu'il s'agisse du HB2 en Caroline du Nord ou du récent tweet transgenre du président Trump, nos frères et sœurs transsexuels ont été la cible de politiques discriminatoires qui portent atteinte à la dignité de leur personne et portent atteinte à la protection de leurs droits fondamentaux. L'été dernier, j'ai vécu à La 72 [1] , refuge pour migrants à Tenosique, Tabasco, Mexique, 30 miles au nord de la frontière entre le Mexique et le Guatemala. Bien que mon objectif principal cet été ait été d'apprendre l'espagnol, l'expérience la plus transformatrice a été pour moi le temps passé avec les migrants et les réfugiés LGBT. Ceux qui s'identifient ouvertement comme LGBT représentent moins de 1% de la population de La 72, cependant, leurs récits révèlent une vie de traumatismes physiques, psychologiques et spirituels profonds. En Amérique centrale, comme dans d’autres parties du monde, les attitudes homophobes et transphobes sont si graves que de nombreux LGBT sont obligés de migrer et de chercher asile ailleurs pour échapper à la violence à laquelle ils sont quotidiennement confrontés. Il s’agit d’une expérience de violence aggravée par des couches complexes et croisées d’injustice et de discrimination. Les injustices économiques, politiques, environnementales, raciales et sexuelles se superposent pour créer un cocktail mortel de violence et d'oppression qui suit les migrants et les réfugiés LGBT tout au long de leur parcours migratoire.

Durant mon séjour à La 72, j’ai travaillé en étroite collaboration avec plusieurs membres du groupe LGBT et me suis lié d’amitié avec lui. Quelques-uns ont réussi à se rendre aux États-Unis alors que d'autres sont toujours au Mexique ou sont rentrés dans leur pays d'origine. Je les garde tous dans mes pensées et mes prières quotidiennes. Les événements survenus récemment aux États-Unis ont toutefois suscité des inquiétudes quant au niveau de sécurité auquel ils seront confrontés dans leur pays de destination. En tant qu'attitude anti-immigrée, raciste et maintenant transphobe est concrétisée dans la politique nationale, je ne peux pas m'empêcher de me demander si les États-Unis deviennent aussi hostiles aux migrants et aux réfugiés transgenres que les pays qu'ils ont laissés derrière eux. C'est un point particulièrement important lorsque l'on considère que la violence à l'encontre des hommes et des femmes transgenres affecte de manière disproportionnée les personnes de couleur. Un rapide examen des statistiques révèle que tous les hommes et femmes transgenres assassinés jusqu'à présent à 2017 (16) sont des personnes de couleur [2]. Les années précédentes affichent tragiquement un schéma similaire [3].

En tant que frère mineur (petit frère), je me sens appelé à réfléchir à la manière dont je réagirai aux injustices auxquelles sont confrontés ceux qui sont considérés par la société comme des moins importants parmi nous (Matthew 25: 40). Dans notre pays, cela inclut inévitablement des personnes de couleur, des immigrants et nos frères et sœurs trans. Comment les catholiques, les chrétiens et tous les peuples de bonne foi devraient-ils réagir à la recrudescence des crimes de haine, des déportations massives et de la violence fondée sur l'identité sexuelle qui semblent proliférer dans tout le pays depuis novembre dernier? Comment réagissons-nous aux lois et aux politiques qui perpétuent la discrimination et l'exclusion à l'encontre de nos frères et soeurs LGBT? Sommes-nous en train de nous appuyer sur nos préjugés personnels et notre théologie pathologisante pour justifier notre silence et notre inaction, ou sommes-nous en train de réexaminer la manière dont notre propre foi a été complice et même responsable des injustices subies par ceux qui sont opprimés et marginalisés ?
Audre Lorde a écrit: «Il n'y a pas de hiérarchie de l'oppression." [4] La résurgence d'attitudes racistes, sexistes, anti-immigrantes, anti-musulmanes, homophobes et transphobes aux États-Unis est alarmante et menace notre sécurité collective. . Cependant, même si nous pouvons être facilement submergés au point de se décourager à l’idée d’une haine grandissante, nous devons nous rappeler que les croyants sont appelés à défendre tous ceux qui sont exclus et opprimés. Toute personne qui prétend être un disciple de Jésus-Christ doit donc en venir à reconnaître les injustices auxquelles sont confrontées les personnes économiquement pauvres, les femmes (dans la société laïque comme dans l'Église), les personnes de couleur, les migrants et les réfugiés, la communauté LGBT et à y remédier. , minorités religieuses et autres. L'issue des élections de 2016 et les politiques de la nouvelle administration, qui ont maintes fois œuvré pour saper les droits de nombreux groupes marginalisés, en exigeront autant. Ceux d'entre nous qui œuvrons en faveur des immigrants, des migrants et des réfugiés doivent en venir à reconnaître l'impact du racisme sur les personnes de couleur, non seulement aux États-Unis, mais également à l'étranger. De même, celles d'entre nous qui défendent les droits des femmes et l'égalité des sexes doivent faire face à l'oppression de nos frères et sœurs transgenres, dont beaucoup sont confrontés aux mêmes formes (et plus graves) de discrimination, de marginalisation et de violence en tant que femmes.

Les injustices perpétrées aux États-Unis sont particulièrement graves pour nos frères et sœurs trans, ceux qui, en raison de leur minorité incarnée et de leurs identités complexes d’oppression, sont confrontés à des assauts multicouches contre la dignité de leur humanité, provenant de multiples sources dans la société et notre église. Le fait de ne pas reconnaître l'intersectionnalité de l'injustice révèle une vision insuffisante et un recours permanent à des privilèges d'une sorte ou d'une autre. Lorsque nous choisissons les questions de justice qui nous intéressent en tant que communauté confessionnelle - après avoir validé dans notre esprit et dans notre cœur ces problèmes particuliers et les personnes que nous considérons dignes d'un combat - nous le faisons dans une position de privilège non examiné. Notre privilège. Nous échouons à ces vrais minores, nos frères et soeurs qui font face à la violence et à l'oppression parce qu'ils osent vivre comme Dieu les a créés.

[1] http://www.la72.org 

[2] http://www.hrc.org/resources/violence-against-the-transgender-community-in-2017

[3] https://en.wikipedia.org/wiki/List_of_unlawfully_killed_transgender_people

[4] https://lgbt.ucsd.edu/education/oppressions.html

À propos de l'auteur:

Br. Christian Leo Seno, OFM est un Frère Franciscain (Ordre des Frères Mineurs) de la Province du Saint Nom. Basé à New York, il a été impliqué dans l'organisation communautaire et le ministère pastoral auprès des migrants et des réfugiés, des LGBT et des jeunes adultes. Il a reçu sa maîtrise du département de conseil pastoral de l'Université de Loyola dans le Maryland. Sa thèse intitulée «Incarnation de la minorité: expériences post-électorales des frères minoritaires en formation initiale et travail pour la justice raciale dans la province du Saint-Nom», a analysé les expériences des frères minoritaires et la dynamique raciale opérant dans une communauté religieuse majoritairement blanche. Il travaille actuellement en tant qu'assistant de plaidoyer et de sensibilisation chez Franciscans International, une ONG représentant toute la famille franciscaine aux Nations Unies.

Partager ce contenu sur les médias sociaux