Toute la communauté palestinienne vit quotidiennement sous la menace d'un transfert forcé - CIDSE
Crédit: Heidi Höök

Toute la communauté palestinienne vit sous la menace quotidienne d'un transfert forcé

Crédit: Heidi Höök

L'administration civile israélienne a signalé des avancées dans le transfert forcé de toute la communauté bédouine palestinienne de Khan al Ahmar, située dans le centre de la Cisjordanie, à l'est de Jérusalem. Le transfert forcé du village constituerait un crime de guerre au sens de la quatrième Convention de Genève et constituerait un précédent pour des dizaines d'autres communautés palestiniennes confrontées à des risques similaires.

La communauté bédouine palestinienne de Khan al Ahmar fait partie des communautés bédouines 46 du centre de la Cisjordanie où le risque de transfert forcé est élevé; Plans d'Israël déplacer leurs résidents à spécifié sites de relocalisation. Le village abrite des familles 21, dont des 146, dont 85 sont des mineurs. L'UE a donné beaucoup de ses maisons et la plupart des villageois vivent dans ce qui ressemble plus à des abris de fortune. Comme la plupart des communautés bédouines de Cisjordanie, le village n'est pas reconnu par l'État d'Israël et n'est donc pas raccordé au réseau électrique principal ou à l'approvisionnement en eau.

Khan al Ahmar est situé sur une terre réservée par Israël à l'expansion des colonies israéliennes illégales situées près de Ma'ale Adumim, en Cisjordanie près de Jérusalem. Les villageois ont vécu sous un menace de démolition Pendant des mois. Les ordres de démolition distribués par les autorités israéliennes concernent presque toutes les structures de la communauté, y compris le école de pneus financé par l'Italie et le soutien international, y compris un petit don du Vatican, qui sert aux étudiants 170 dans la région.

Il semble maintenant qu'Israël est avancer son plan transférer de force les villageois.

Le ministre israélien de la Défense, Avigdor Lieberman, a déclaré à la presse fin août que le ministère de la Défense "se préparait pour l'évacuation des communautés palestiniennes construites sans autorisation", et qu'il se préparait à évacuer les villages de Khan al Ahmar et de Susiya d'ici quelques jours. mois.

Mercredi XNU septembre, les représentants de l'armée israélienne et de l'administration civile se sont rendus à Khan al-Ahmar et ont informé les villageois qu'ils n'auraient plus d'autre choix que de s'installer à al-Jabal West, un site de réinstallation situé à proximité d'un dépotoir.

L'audience à la Haute Cour de justice israélienne était programmée pour le 25th de septembre. La veille, l'État avait informé la Haute Cour de justice de son intention d'évacuer un village bédouin non autorisé d'ici le milieu de l'année prochaine. Cela signifie que les villageois sont encore une fois obligés de vivre leur vie quotidienne avec la démolition imminente.

Les déplacements forcés violent le droit international, élément central du conflit israélo-palestinien

Le déplacement forcé de Khan al Ahmar constituerait une grave violation du droit international humanitaire et du Le droit international des droits de l'homme de plusieurs manières.

En vertu du droit international humanitaire (DIH), qu’Israël est tenu de respecter, tous les résidents palestiniens de Cisjordanie sont considérés comme des «personnes protégées». Ce statut leur confère le droit de protéger la puissance occupante dont les activités sur le territoire occupé sont limitées par de nombreuses réglementations. L’une d’elles est l’interdiction des transferts forcés de personnes protégées à l’intérieur du territoire occupé, quel que soit le motif. Les transferts forcés, les destructions considérables et l'appropriation de biens figurent parmi les infractions graves au DIH dans la quatrième Convention de Genève et sont considérés comme des crimes de guerre par le droit pénal international.

Si Khan al Ahmar s'en va, le reste ira-t-il ensuite également?

En plus d'appartenir aux communautés 46 sur le point d'être transférées vers des sites de réinstallation, Khan al Ahmar est également situé dans la zone stratégique E1, près de la colonie de Ma'ale Adumim, à l'est de Jérusalem. Israël a prévu de construire un nouveau quartier israélien dans la zone E1. La construction d'E1 créerait un bloc urbain entre Ma'ale Adumin et Jérusalem et couperait le étroit couloir terrestre qui sépare les parties nord et sud de la Cisjordanie. Cela nuirait donc à la possibilité d'un État palestinien contigu à l'avenir. Cela exacerberait également l'isolement de Jérusalem-Est, la future capitale du futur État palestinien, du reste de la Cisjordanie. Si elle était mise en œuvre, E1 mettrait en péril l’espoir d’une solution à deux États.

Découvrir l' Rien de mieux que d'etre a la maisonRapport de la CIDSE sur les déplacements internes forcés de Palestiniens.

 

Contact: Heidi Höök, chargée de mission pour Israël et les Territoires palestiniens occupés (hook (at) cidse.org)

 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange