Accaparement des terres en Afrique francophone: identifier et renforcer les solutions endogènes - CIDSE
Crédit: CIDSE

Accaparement de terres en Afrique francophone: identifier et renforcer des solutions endogènes

Crédit: CIDSE

Conférence régionale, Abidjan, 21-23 novembre 2017.

Plus de 70 représentants d’institutions religieuses africaines et de groupes confessionnels, de mouvements sociaux et d’initiatives populaires ainsi que d’organisations non gouvernementales d’Afrique, d’Europe et d’Amérique se sont réunis la semaine dernière à Abidjan sous le slogan «Accaparement des terres en Afrique francophone: identifier et renforcer des solutions endogènes ”.

L’événement était organisé par la plate-forme «Notre terre est notre vie» établie au conférence sur "L'accaparement des terres et la gouvernance juste en Afrique" à Limuru / Kenya dans 2015 qui a réuni des acteurs d’églises et d’autres organisations pour échanger des connaissances et des stratégies en matière d’accaparement des terres.

La conférence d'Abidjan visait à partager les connaissances fondées sur les pratiques des communautés africaines et à élaborer des stratégies pour mettre fin à l'accaparement des terres en Afrique, en plus de la création de réseaux et du renforcement des mouvements en Afrique et entre l'Afrique et les autres continents. C’était aussi un espace de réflexion et de discussion sur les problèmes d’accaparement des terres du point de vue de Laudato Si ' et les enseignements sociaux de l'Église catholique.

Comité d'organisation

Le comité organisateur était composé de RECOWA / CERAO (Conférence épiscopale régionale d'Afrique de l'Ouest), AFJN (Réseau Foi et Justice en Afrique), AEFJN (Réseau Foi et Justice en Europe), CIDSE, CIKODEV Africa (Institut panafricain de recherche, de formation et d'action) pour la citoyenneté, la consommation et le développement en Afrique), Jinukun-COPAGEN (Coalition pour la protection du patrimoine génétique africain), AFSA (Alliance africaine pour la souveraineté alimentaire), CIKOD (Centre pour le savoir autochtone et le développement organisationnel) et CGLTE (Convergence mondiale sur la terre et Les luttes de l’eau).

Les organisations membres de la CIDSE soutenant cette initiative étaient CAFOD, KOO / DKA, Fastenopfer, Manos Unidas et MISEREOR avec 19 partenaires participants de la RD Congo, du Ghana, de Madagascar, du Mali, du Tchad et du Sénégal, ainsi que le personnel du Secrétariat de la CIDSE et de MISEREOR.

 

 

 

 

 

Le premier jour, la conférence a été ouverte par le p. Joseph Aka, secrétaire général de RECOWA, la Conférence épiscopale régionale de l'Afrique de l'Ouest.

1 Session d'ouverture

 

Le premier panel était composé des orateurs suivants (de gauche à droite):

• Colonel ME Kouamé Martial, représentant du ministère de l'Eau et des Forêts
• Mgr Lucius Ugorji, président de la Commission Justice et Paix
• Mgr Alexis Toubali, 2nd vice-président de RECOWA
• Mgr Joseph Spiteri, Nonce apostolique en Côte d'Ivoire
• Claire Quenum, représentante de l'AFSA (Alliance pour la souveraineté alimentaire en Afrique)
• Kadidja Koné, représentant de la CGLTE (Convergence mondiale des conflits de la terre et de l'eau)

 

 

 

 

Les orateurs ont reconnu le fait que l'accaparement des terres est en augmentation en Afrique et qu'il s'agit d'un problème à résoudre.

Mgr Joseph Spiteri: “L'accaparement des terres se propage dans toutes les régions d'Afrique. Nous devons évaluer: Quelles sont les différentes formes d’accaparement des terres? Comment le phénomène diffère-t-il entre les pays? Mais après avoir analysé la situation, nous devons également agir. Nous devons discuter du rôle que l'église peut jouer dans ce processus.. »

Claire Quenum: “Les gens ont le droit de se nourrir. Ils ont droit à la souveraineté alimentaire. Ne pas avoir accès à la terre et à l'eau est une menace pour la souveraineté alimentaire, l'agroécologie, l'espace de vie, l'espace de garde des animaux. »

Kadidja Koné: “La terre, l'eau et les semences de paysans ne sont pas des produits de base, mais des biens communs qui doivent être préservés pour les générations futures. »L'accès à la terre doit être garanti par des dispositions légales au niveau national, régional et continental, afin de protéger les communautés, les femmes et les hommes. les jeunes contre la discrimination. Cela implique de résister aux programmes d'investissement tels que la nouvelle alliance G7 pour la sécurité alimentaire et la nutrition en Afrique ou d'autres partenariats public-privé. »

Délégation des évêques 3

Neuf évêques du Bénin, du Burkina Faso, du Cameroun, de Côte d'Ivoire, du Gabon, de Guinée, du Niger et du Togo se sont rendus à Abidjan pour participer à la conférence et écouter le témoignage de personnes touchées par l'accaparement de terres et dialoguer avec les communautés, les organisations de paysans et les ONG. , groupes confessionnels, mouvements sociaux et autres.

5 Sr Modestine Rasolofoarivola Vahatra

Soeur Modestine Rasolofoarivola de l'organisation Vahatra à Madagascar: «Je suis ici pour faire connaissance avec les réseaux qui s’engagent en Afrique contre l’accaparement des terres et pour partager notre cas de Madagascar. À Madagascar, l’accaparement des terres est causé par des investisseurs étrangers et les politiciens ne nous protègent pas du phénomène. Recevoir des titres fonciers pour sécuriser des terres est très compliqué et coûteux. ”

6 Koffi Wisdom Adjawlo YVE Ghana Koffi Wisdom Adjawlo, de la Youth Volunteers for Environment (YVE) au Ghana, a présenté un cas d'accaparement de terres et d'eau impliquant une entreprise britannique dans le district de Bole au Ghana. Le travail présenté est réalisé conjointement par un consortium d'acteurs d'église et de non-église comprenant YVE Ghana, GRAIN et le Centre pour le savoir autochtone et le développement organisationnel (CIKOD). «L'entreprise a promis à la communauté une école, une route et de bons emplois. Rien n'est devenu vrai. Au lieu de cela, ils perdent leurs terres agricoles et leurs zones de pêche. "

 Séance plénière 7Séance plénière dans la salle de conférence du centre RECOWA.

8 Kadidja Kone Convergence mondialeKadidja Koné est un représentant du mouvement social Convergence mondiale pour la lutte contre les conflits liés aux terres et à l'eau et a travaillé pendant plusieurs années avec INADES-Côte d'Ivoire. Elle a co-animé la conférence.

10 Mariam Sow enda
Mariam Sow de l'organisation partenaire sénégalaise ENDA-Pronat: «Nos expériences montrent que le travail de plaidoyer sur l'agroécologie et la bonne gouvernance foncière doit aller de pair. C'est une tâche sociale. Sans un accès équitable à la terre, les gens ne peuvent pas cultiver selon leurs principes agroécologiques. »

 

Groupe de travail du groupe minier Dion Horizon 3000

Groupe de travail sur l'exploitation minière avec Armand Dione, Forum Civil (Sénégal)

 

GT agroalimentaire

Groupe de travail sur l'agroalimentaire: Mamy Rakotondrainibe, Collectif Tany (Madasgacar), Koffi Wisdom, YVE (Ghana) et Rose Oppong, CIKOD (Ghana)

 

Session de groupe en extérieur

Groupe de travail sur les forêts avec Lilia Ravoniarisoa (FVTM) et Merci Ralaitsiferana, agriculteurs de Madagascar

 

Législation du groupe de travail Sr Modestine Jao partenaires

Groupe de travail sur la législation: Sr Modestine Rasolofoarivola de Vahatra et les partenaires du réseau SOA (Madagascar).

 

Le dernier jour, la conférence s’est terminée par l’adoption d’un puissant déclaration commune signée par environ 60 acteurs de l'église et des non-église. Les évêques et les défenseurs des droits de l'homme se sont réunis pour rédiger ensemble le texte, ce qui a facilité la création de liens entre tous les acteurs du processus politique consistant à rapprocher l'église et la société civile. Un autre atout de cette déclaration est qu’elle englobe les sujets jugés les plus importants pour les communautés touchées par l’accaparement de terres: leur droit de gérer leurs terres comme des biens communs dans la notion de souveraineté alimentaire, la nécessité de renforcer leurs capacités à connaître et à pouvoir gérer leurs terres. défendre leurs droits et la protection de leur engagement qui est de plus en plus réduit en raison de la criminalisation des défenseurs des droits de l'homme. “Nous n'avons jamais eu une telle déclaration de l'église africaine sur l'accaparement des terres », a déclaré de nombreux participants.

Les participants ont également élaboré des plans d'action pour leurs pays ou régions. par exemple, les évêques participants se sont engagés à étendre leurs connaissances sur la gouvernance foncière à l'avenir et à diffuser les idées de la conférence au sein des institutions de l'Église. Le groupe de travail Afrique de l'Ouest souhaite créer un groupe d'applications Whats 'afin d'avoir un canal de communication immédiat en ce qui concerne les activités contre l'accaparement des terres sur le terrain.

 

séance de rédaction des déclarations

Séance de rédaction des déclarations.

 

Voir aussi Rapport de la conférence pour plus de détails (disponible en français seulement).

 

FR-Déclaration de la conférence d'Abidjan
Déclaration de la conférence EN-Abidjan

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange