Israël / Palestine: la marche du retour - CIDSE
© Gerry Lee

Israël / Palestine: la marche du retour

© Gerry Lee

Gerry Lee, directeur du Maryknoll Office for Global Concerns, s'est joint à une délégation de représentants d'organisations de défense catholiques en Israël et dans le territoire palestinien occupé en avril.

 

Cet article a été initialement publié sur le site Web de Maryknoll ici. Maryknoll est l'un des membres de la CIDSE aux États-Unis.

Chaque vendredi, depuis mars, des milliers de Palestiniens se sont rassemblés dans des manifestations non-violentes à Gaza près de la barrière avec Israël pour protester contre la crise humanitaire provoquée par le blocus imposé par Israël depuis une décennie et par les précédentes frappes contre Gaza. Appelée «La marche du retour», la manifestation met en lumière le sort tragique du 30, un pourcentage de réfugiés de Gaza, et leur droit de retourner dans les villages où ils ont été expulsés il y a plusieurs décennies.

Selon un rapport 2017 des Nations Unies daté de juillet, le taux de chômage à Gaza est de 41%, 96% est impensable et chaque jour les habitants de Gaza ne disposent que d'environ trois heures de courant. Le rapport 2017 concluait que la prévision faite par l'ONU dans un rapport similaire de 2012 que Gaza était sur le point de devenir "invivable" par 2020 était non seulement valable, mais que la détérioration des conditions de vie des deux millions d'habitants de Gaza s'était accélérée. "La vie du Palestinien moyen à Gaza devient de plus en plus misérable", indique le rapport.

Dans les camps installés près de la barrière frontalière, de nombreux manifestants ont nommé leurs tentes pour les villages que leurs familles ont laissés derrière eux. Dans ces tentes, les familles peuvent rencontrer d'autres membres de leur village, certains pour la première fois, pour partager un repas et chanter des chansons traditionnelles. Les voisins et les associations caritatives locales apportent de la nourriture à partager; les enfants jouent sur une aire de jeux; les femmes en costume traditionnel dansent devant les tentes et des groupes de théâtre de rue se produisent.

Un sentiment de fête et de célébration règne dans les camps, qui contraste avec la confrontation qui se déroule à un quart de mille de la barrière d’Israël. Alors qu'au début, les manifestations à la clôture étaient non violentes, depuis la première manifestation de vendredi, quand des personnes de 16 ont été tuées et des centaines de blessées par des tireurs d'élite des forces de défense israéliennes, les manifestants sont devenus encore plus désespérés. Les jeunes crient «Nous voulons revenir» aux soldats israéliens alors qu'ils jettent des pierres à travers la clôture et que les soldats répondent avec des gaz lacrymogènes et parfois même des tirs réels. À certains moments, les jeunes ont tenté d'abattre la clôture et ont envoyé des cerfs-volants accompagnés de cocktails Molotov à travers la frontière.

Au cours du premier mois des manifestations, des Palestiniens de 46 ont été tués, dont plusieurs enfants, et des centaines ont été grièvement blessés par des tirs réels de l'armée israélienne. Avec d'autres églises et bureaux de défense des droits américains, le Maryknoll Office for Global Concerns a dénoncé l'utilisation de cette force meurtrière contre des manifestants non armés qui ne représentent aucune menace pour des soldats lourdement armés.

Une délégation de représentants de 11 d'organisations catholiques de Belgique, du pays de Galles, du Royaume-Uni, d'Irlande, de France, d'Allemagne, de Slovaquie et des États-Unis a passé des heures 24 à Gaza, où elle a visité des projets du Catholic Relief Services et rencontré le personnel de l'Agence des Nations Unies pour les réfugiés ( UNRWA) et des groupes locaux de défense des droits de l’homme, ainsi que des habitants de la ville. Parrainé par la CIDSE, une organisation faîtière des agences de justice sociale catholiques d'Europe et d'Amérique du Nord basée à Bruxelles, le groupe a directement entendu un prêtre de paroisse catholique, des travailleurs et des jeunes parler du désespoir qui anime les manifestations.

Le taux de chômage chez les jeunes représente un pourcentage stupéfiant de 64, selon le Centre Al Mezan pour les droits de l'homme, basé dans le camp de réfugiés palestiniens de Jabalia à Gaza. Même les diplômés universitaires ne peuvent souvent pas trouver de travail. Sans emploi, incapable de quitter Gaza et sans avenir viable, un étudiant a déclaré à la délégation: «Nous n'avons rien pour vivre. Qui veut rester ici? Personne. Vous devez accepter l'humiliation et rester silencieux. "

Avec très peu d'heures d'électricité chaque jour et pratiquement pas d'eau potable, plus de 40 pour cent des résidents de Gaza souffrent d'insécurité alimentaire et 85 pour cent dépendent de l'aide de l'ONU ou de donateurs internationaux. C'est une économie en train de s'effondrer. Nous avons parlé à des pêcheurs qui ne pouvaient pas gagner leur vie parce qu'Israël avait limité leurs bateaux à moins de 3 milles marins du rivage et à des agriculteurs qui ne pouvaient pas vendre leurs produits en Israël.

Le blocus de Gaza affecte toute la vie ici - et la mort aussi. Selon le Centre pour les droits de l'homme Al Mezan, les autorités israéliennes n'ont pas autorisé la sortie de Gaza de dizaines d'habitants. Certains sont morts en attendant un permis.

"Pour moi, c'est un miracle à Gaza de vivre encore", a déclaré une femme à la délégation. "C'est la pire période de notre histoire."

La Marche du retour s'achèvera par une manifestation de masse à la barrière de sécurité frontalière de mai 15, au lendemain du Jour de l'indépendance israélienne, connu des Palestiniens sous le nom de Jour de la "catastrophe" (Nakba) .§

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange