Les banques européennes investissent plus de 100 milliards d'euros dans des entreprises extractives sales. - CIDSE

Les banques européennes investissent plus de 100 milliards d’euros dans des entreprises extractives sales.

Le rapport Dirty Profits 6 publié par Facing Finance met en évidence les investissements de dix banques européennes dans des sociétés extractives transnationales telles que Glencore, Vale, Rio Tinto et d'autres, qui violent continuellement les droits de l'homme et l'environnement.

 

Les violations couvrent la contamination des terres, de l'eau et de l'air; faire taire les militants communautaires en recourant à la violence, aux menaces et à l'intimidation; violations du travail et travail forcé; et l'incapacité de fournir les remèdes que les communautés méritent. Le rapport «Dirty Profits 6» montre que les dix banques européennes sélectionnées ont fourni à elles seules un capital de plus de 100 milliards d'euros à ces 10 entreprises extractives entre 2010 et 2017. La plupart des banques, en particulier celles qui ont dégagé le plus de capitaux disponibles, ne prennent pas des mesures suffisamment fortes garantir que les entreprises minières et extractives respectent les droits de l'homme et les préoccupations environnementales. Les auteurs du rapport attendent des banques qu'elles assument la responsabilité des droits de l'homme et des préoccupations environnementales dans leur prise de décision, par exemple en améliorant la transparence et en rendant publiques toutes les informations pertinentes liées à l'engagement et en adoptant une approche proactive pour identifier les entreprises non conformes.

 

Dirty_Profits_6__Facing_Finance.pdf

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange