Les évêques latino-américains lancent un appel urgent pour une conversion écologique dans une nouvelle exhortation pastorale - CIDSE

Les évêques d'Amérique latine lancent un appel urgent pour une conversion écologique dans la nouvelle exhortation pastorale

La Conférence épiscopale d'Amérique latine et des Caraïbes (CELAM) a publié une exhortation pastorale intitulée «Disciples missionnaires gardiens de la maison commune, discernement à la lumière de Laudato si '», qui appelle au soin de la création en réponse aux conséquences néfastes de la surexploitation des ressources naturelles de la Terre.

 Cet article a été initialement publié par Développement et Paix, membre canadien de la CIDSE ici. Il est également disponible en anglais ici

«… En tant que pasteurs de nos peuples, nous voulons exprimer notre grande inquiétude face au fait que dans plusieurs pays d'Amérique latine, il existe des milliers de passifs environnementaux à haut risque qui, en plus de polluer l'eau, le sol et l'air, affectent la santé des gens. vivant dans les environs. »

Développement et Paix se félicite de cette lettre pastorale, qui reconnaît le travail important des défenseurs de la terre et le besoin urgent de veiller à la création. De nombreux partenaires de Développement et Paix en Amérique latine mettent quotidiennement leur vie en danger en marchant aux côtés des communautés autochtones et paysannes menacées et criminalisées pour avoir protégé leurs terres et les dons de la Terre.

L'Amérique latine est dotée d'une abondance de ressources naturelles, ce qui a également fait du continent un théâtre d'exploitation, souvent par des investisseurs étrangers. L’Église en Amérique latine a été témoin des conséquences de cette recherche de profits sur les communautés: violations des droits de l’homme, conflits, déplacements, pollution et même parfois la mort.

Par exemple, en novembre, un barrage contenant des déchets d’exploitation minière, 2015, a éclaté dans la municipalité de Mariana, au Brésil. Des millions de mètres cubes de déchets de minerai de fer ont formé une vague de boue qui a détruit des maisons, des écoles et des églises, tuant des 19 et contaminant des sources d’eau locales. Ce dossier multimédia fournit un compte rendu de la catastrophe et de la façon dont les affligés se battent pour la justice.

dossier multimédia

Les évêques expriment une préoccupation particulière pour l'Amazonie et ses peuples autochtones. La biodiversité unique de cet écosystème contribue de manière significative à la purification de l'air que nous respirons, mais il est en train d'être détruit à un rythme rapide qui menace directement la vie d'au moins un million de personnes.

«Nous voudrions attirer particulièrement l’attention sur le fait que l’Amazonie a été touchée par des marées noires qui ont pollué les cours d’eau et les eaux souterraines à des niveaux alarmants, ce qui a de graves conséquences pour la santé de la population et la flore et la faune de la région. Dans le cas de l'exploitation minière, l'eau est souvent la cause de différends et de conflits persistants en raison du montant élevé requis pour les activités minières, alors que la population adjacente souffre de graves pénuries d'eau. "

Cette attention portée à la destruction de l’Amazonie et à la reconnaissance de ses communautés autochtones en tant que défenseurs de notre foyer commun nous amène au Synode sur l’Amazone qui aura lieu au Vatican en octobre 2019. Le Synode insiste sur la nécessité de progresser vers une écologie intégrale pour sauver l'Amazonie et, par extension, la planète elle-même, au cœur de la mission universelle de l'Église.

«Avec le synode de l'Amazone prévu pour 2019, un horizon de renouveau théologique et de créativité pastorale s'ouvre, invitant une conversion écologique, une spiritualité de communion et un engagement à vivre sainement (Buen Vivir), en harmonie avec les cycles de la nature. , l’eau étant un droit fondamental et une valeur intrinsèque pour chaque créature. "

La lettre souligne que la terre, l'eau et le climat sont des biens communs et dénonce la privatisation des richesses de la Terre. Il remet en question les avantages réels de l'extractivisme, car il alimente un consumérisme qui détruit la planète et se fait au détriment des pays les plus pauvres, qui contribuent le moins au changement climatique tout en subissant les conséquences les plus graves.

Dans la perspective de notre option préférentielle pour les pauvres, nous insistons pour que les États et les entreprises fassent tout ce qui est en leur pouvoir pour protéger efficacement le climat. Ensemble avec de nombreux autres acteurs de la société civile, nous rejoignons ces efforts.

Bien que les évêques attribuent une responsabilité particulière aux États et aux entreprises pour ce qui est d'atténuer les effets du changement climatique et de procéder à une transition juste vers des économies qui ne dépendent pas des combustibles fossiles, il incite également les individus à se convertir eux-mêmes de manière écologique, en renouant avec la vie La Terre Mère fournit.

«Nous oublions que nous sommes nous-mêmes la Terre (voir Gén. 2: 7 et LS 2). Nos corps mêmes sont constitués de ses éléments, nous respirons son air et nous recevons la vie et le rafraîchissement de ses eaux. "

En tant que chrétiens, nous rappellent les évêques, nous avons pour mission de prendre soin de la Terre. Nous devons être des leaders dans nos propres communautés en rejetant la «culture du jetable» qui place le profit et le matérialisme avant la dignité des autres, même de la Terre nourricière. En outre, nous devons nous tenir aux côtés de ceux qui défendent la terre et l’eau, car leurs actions profitent à tous, et plus particulièrement aux générations futures qui suivront la Terre après nous.

«Il est également nécessaire de prendre soin des gardiens de la maison commune, car ils sont souvent menacés, maltraités, réprimés et emprisonnés pour avoir annoncé la Bonne Nouvelle du Royaume et dénoncé les« dieux du pouvoir et de l'argent ». Il y a déjà beaucoup de martyrs qui ont donné leur vie en Amérique latine dans la lutte pour la défense de la vie. Leur sang est la graine de la liberté et de l'espoir.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange