L'extractivisme menace les femmes du monde entier - CIDSE
Développement et Paix

Extractivisme menaçant les femmes du monde entier

Développement et Paix

Dans 1846, cinq dirigeants de la nation Tsilhqot'in en Colombie-Britannique se sont rendus pour rencontrer les autorités coloniales britanniques dans le cadre de ce qu'ils croyaient être des pourparlers de paix après avoir tué des travailleurs britanniques entrés sur leur territoire sans autorisation. Au lieu de cela, lorsque les dirigeants ont atteint les autorités coloniales, ils ont été arrêtés, puis jugés et pendus. Comme une grande partie de l'histoire des Premières Nations au Canada, cette histoire ne nous est pas enseignée à l'école.

Nous ne connaissons pas non plus la relation sacrée que les peuples des Premières nations du Canada entretiennent avec la nature et qui a conduit les dirigeants à se battre en premier lieu contre les colons pour les empêcher de construire une route menant à une rivière contenant des gisements aurifères. Cette relation avec la nature est tellement profonde que lorsque la Terre est violée, notre être même l'est aussi. Cela marque une éternité parce que certaines blessures de la Terre-Mère ne peuvent être guéries.

Aujourd'hui, le peuple Tsilhqot'in doit continuer à défendre la vie de son territoire contre l'exploitation des sociétés extractives. Même si le Premier ministre Trudeau a exonéré les dirigeants assassinés en mars 2018, la communauté cherche toujours à obtenir justice pour le désastre minier survenu pendant les années 4. il y a et contaminé leur rivière.

«En tant qu'enfants, on nous apprend à respecter la terre, car elle vous gardera dans l'avenir», a déclaré Loretta Williams lors d'une table ronde publique réunie pendant trois jours au cours de laquelle trois femmes dirigeantes du monde entier se sont affrontées et ont résisté à l'extractivisme. communautés. Williams est membre de la Première nation Xeni Gwet'in en Colombie-Britannique et dirigeante d'un groupe de femmes des Premières Nations appelant à une exploitation minière responsable. Sa communauté s'est battue 25 pendant des années pour obtenir un titre de propriété, ce qui leur permettait de protéger leur territoire d'un projet minier.

DSCF0039 DP redimensionné de crédit

Les femmes impliquées dans des luttes similaires à travers le monde se sont réunies lors du rassemblement Women Resisting Extractivism à Montréal, organisé conjointement par Développement et Paix - Caritas Canada, et la similitude dans la douleur et la souffrance subies du fait de la présence de sociétés d'extraction. dans leurs communautés est pénible.

Lors du débat public, des femmes originaires des Philippines, d'Afrique du Sud, du Pérou et du Canada ont livré de puissants témoignages sur les impacts néfastes de ces projets, notamment les déplacements, l'appauvrissement, la violence sexuelle, la criminalisation et la santé, et sur le rôle de premier plan joué par les femmes dans l'organisation mouvements de résistance.

«Je suis allé en prison pour avoir défendu la Terre nourricière. Quel système de justice étrange », a déclaré Viviane Michel, présidente de Femmes autochtones du Québec. Elle a expliqué qu'elle s'était lancée dans une campagne contre la construction d'un barrage hydroélectrique sur une rivière du nord du Québec et avait été arrêtée pour ses efforts.

Les autres femmes ont partagé des histoires similaires. Beverly Longid, du Mouvement des peuples autochtones pour l'autodétermination et la libération des Philippines, s'est fait l'écho de la tendance alarmante des gouvernements à criminaliser ceux qui défendent la Terre nourricière. «Nous sommes étiquetés comme des terroristes. Les dirigeants d'organisations locales ne sont pas des terroristes », a-t-elle déclaré.

À la fin, ces courageux protecteurs de la Terre nourricière ont lancé un appel à la laisser tranquille. Arrêter de l'exploiter, la laisser respirer et continuer à donner la vie. Ce message a été réitéré au cours du week-end, les femmes présentes ont exprimé le lien inséparable qu'elles entretiennent avec la Terre nourricière et le fait que maltraiter sa mère est un abus envers toutes les femmes et vice-versa.

Après de nombreux moments d’échange, de stratégie et de solidarité au cours du week-end, les femmes ont rédigé une déclaration contenant les principes de 13, qui consacre leur droit de gérer les terres, leur gouvernance souveraine, leurs moyens de subsistance, leur corps et leur patrimoine culturel.

Lire la déclaration complète

À la suite de la réunion, les femmes ont également identifié des demandes claires pour les décideurs canadiens:

  • Cette approche du Canada en matière de conduite responsable des entreprises à l'étranger garantit le respect, la protection et la réalisation des droits de la personne, y compris les droits des femmes et les droits des peuples autochtones. Le nouveau médiateur est un pas en avant qui offrira une solution, mais il ne pourra pas et ne pourra pas réparer tous les dommages causés par les sociétés minières canadiennes;
  • Que la Médiatrice adopte une approche sexospécifique dans ses travaux, y compris dans les enquêtes, pour faire en sorte que les réalités vécues par les femmes soient reconnues.
  • Que le Canada adopte un cadre juridique garantissant que les femmes participent pleinement aux processus de consultation et de consentement avant le début des projets d'extraction. et cela garantit que ce sont les communautés qui seront touchées par le projet qui détermineront si et comment le projet ira de l'avant;
  • Qu'un dialogue transparent soit établi entre les décideurs et les organisations ou communautés luttant pour la protection des territoires;
  • Que le Canada veille à ce que ses mécanismes de financement et son soutien politique aux sociétés minières ne compromettent pas les avantages découlant de sa politique d'aide internationale féministe;
  • Que le Canada adopte une législation pour obliger les sociétés minières canadiennes à rendre compte des atteintes aux droits humains ou à la protection de l'environnement commises par leurs filiales et de leurs relations commerciales à l'étranger;
  • Que les parlementaires, les fonctionnaires et les diplomates qui se rendent dans les pays où les sociétés minières canadiennes sont présentes rencontrent des organisations, y compris des organisations de femmes qui s'opposent à ces projets.

20180501 140656 redimensionné DP de crédit
Un groupe de femmes 10 s'est rendu à Ottawa pour rencontrer des membres du Parlement et des représentants d'Affaires mondiales Canada pour exprimer leurs revendications et partager leur expérience de la violation répétée de leurs droits, souvent par des entreprises canadiennes.

Les femmes poursuivront la lutte contre l'extractivisme dans leur pays d'origine mais sont plus fortes en sachant que leurs sœurs du monde entier font la même chose. Et ils continueront ce combat jusqu'à ce qu'ils aient obtenu un foyer vital pour leurs enfants et toutes les générations futures.

A propos de l'auteur: Kelly Di Domenico travaille comme agente de communication pour le développement et la paix - Caritas Canada, l'organisation canadienne membre de la CIDSE.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange