L'urgence du moment présent ne se mesure pas - CIDSE

L'urgence du moment présent ne peut être mesurée

Par Josianne Gauthier, secrétaire générale de la CIDSE

(Français original traduction ci-dessous)

VERSION ANGLAISE

«L'urgence du moment présent ne peut être mesurée. Le moment est venu d'agir immédiatement. Nous appelons les décideurs à prendre des mesures concrètes pour sauver notre planète et nous appelons l’Église catholique à donner l’exemple à travers son témoignage. »C’était là certains des messages des jeunes et des moins jeunes, des communautés autochtones d’Amazonie et «Pacific Warriors» venus à Rome pour répondre à l'appel du pape François en faveur d'une conversion écologique.

Près de personnes 400 ont accepté une invitation du Vatican à assister à une conférence 5-6 en juillet intitulée «Sauver notre maison commune et l'avenir de la vie sur terre, ”Pour marquer et célébrer le troisième anniversaire de l'encyclique Laudato Si 'du pape François sur la protection de notre foyer commun.

Parmi les participants figuraient des chrétiens et des non-chrétiens, des scientifiques, des artistes, des politiciens, des économistes et des militants, tous impliqués de différentes manières dans la promotion de la justice climatique et la protection d'une vie digne sur la Terre. Tous se sont sentis interpellés par l'urgence croissante d'agir et de faire pression pour obtenir un engagement ferme des États et des autres parties dans les négociations climatiques COP24 qui se dérouleront en Pologne en décembre prochain. Comme Mgr. Bruno Marie Duffé, secrétaire du Dicastère pour le développement humain intégral, nous a déclaré: "Nous ne pouvons plus accepter que l'appropriation et l'épuisement des ressources naturelles continuent à enrichir un petit nombre de personnes tout en mettant en danger la vie des plus pauvres." [1 ]

Les jeunes présents ont compris comment attirer l'attention de la salle plénière. Nous n'avons pas le luxe du temps, ont-ils dit, nous appelant - leurs aînés - de leur «donner une chance» sur cette terre. Divers scientifiques, politiciens et économistes ont également partagé leurs observations respectives. La vitesse alarmante du changement climatique causée par le comportement humain et les choix que nous faisons menacent la survie même des espèces, la qualité de l'eau et de l'air ainsi que la sécurité alimentaire. Ce sont des défis énormes. Cependant, nous avons également entendu les représentants des communautés autochtones et des «guerriers du Pacifique» dire qu’au-delà des risques pour les autres espèces, la vie humaine était également menacée. Par conséquent, les demandes de mise en œuvre de l'Accord de Paris sont un minimum absolu et ne vont en fait pas assez. Le plafond 2 ° C pour le réchauffement planétaire dépasse ce qui est réellement acceptable. Tous les points de vue exprimés ces derniers jours le confirment. La différence entre le réchauffement de 1.5 ° et de 2 ° fera la différence entre la vie et la mort des îles du Pacifique et des communautés qui y vivent, de leurs traditions, de leur histoire et de leur culture. L'accord de Paris ne doit pas échouer.

Pour certains d'entre nous, cet appel à l'action dépasse la compréhension logique ou intellectuelle. C'est plutôt un cri du cœur, du fond des forêts, un cri entendu par la musique et la beauté de la Création que nous devons protéger contre notre comportement humain. Pour ceux qui constituent la grande famille de l'Église catholique, nous nous sentons également responsables moralement et moralement d'agir, de témoigner de cette conversion écologique et de faire avancer la révolution culturelle dont le pape a parlé. Dans son allocution aux participants à la réunion, le pape François nous a dit qu'il était encore temps de corriger notre objectif. À partir de maintenant, nous devons tous apporter des changements profonds et radicaux à nos modes de vie, à nos choix économiques et même à nos définitions mêmes du progrès, du développement et de l’épanouissement. La terre et la vie digne sur cette terre sont des biens communs. Nous devons être prêts à les défendre avec tous les dons et les talents à notre disposition. Et nous devons le faire ensemble, en solidarité les uns avec les autres.

Josianne Gauthier, secrétaire générale, CIDSE

[1] Extrait des recommandations de la Conférence «Sauver notre maison commune et l'avenir de la lumière sur terre», présenté par Mgr. Bruno Marie Duffé, secrétaire du Dicastère pour le développement humain intégral, Cité du Vatican, 5 juillet 2018.

VERSION FRANÇAISE

Laudato Si ' , l'encyclique du pape François, a été publiée il y a trois ans et a été une source d'inspiration pour un nombre incroyable de personnes, s'adressant à tous les peuples de la terre. La conférence «Sauver notre maison commune et l'avenir de la vie sur terre» vient de se terminer. Elle a rassemblé des personnes de tous les milieux et de toutes les origines reflétant parfaitement l'esprit de Laudato Si '.

Tribune de Josianne Gauthier, Secrétaire générale de la CIDSE publiée dans l'espace Forum et Débats du site de la Croix.

«L'urgence du moment ne se mesure pas. Le temps est venu d'agir et de faire immédiatement. Nous appelons les décideurs à poser des gestes concrets pour sauver notre planète et nous demandons à l'Église catholique de donner l'exemple par témoignage. »Voici quelques messages de voix de jeunes et de moins de communautés autochtones d'Amazonie et des «Guerriers du Pacifique» (Pacific Warriors) invités à Rome pour que l'appel soit lancé par le Pape François pour une conversion écologique.

400 people is noties to Vatican Vatican pour marquer et célébrer le troisième anniversaire de la lettre encyclique du Pape François Laudato Si ' sur la protection de notre maison commune.

Participants à la conférence HS

Les participants à la conférence Sauver notre maison commune et l'avenir de la vie sur terre »(Sauver notre maison commune et l'avenir de la vie sur terre), étaient un groupe divers de chrétiens et non chrétiens, scientifiques, artistes, politiciens, économistes, militants et militantes - tous et toutes engagées pour la justice climatique et la protection de la vie digne sur la terre, et tous interpelés par l'urgence alarmante agir et de faire pression pour obtenir un engagement ferme des États et parties présentes aux négociations climatiques de la COP 24 qui se dérouleront à Katowice, en Pologne au mois de décembre prochain. Comme l'a déclaré Mgr Bruno Marie Duffé, Secrétaire du Dicastère pour la Promotion du Développement Humain Intégral «Nous ne pouvons plus accepter que l'appropriation et l'épuisement des ressources naturelles continuent d'enrichir un petit nombre de personnes et de prévoir en péril la vie des plus pauvres. [1] »

Les jeunes qui étaient présents sur la salle comble, en nous rappelant le temps est un luxe qui ne nous a pas donné, en nous, nous aimerions, à eux, de leur donner une chance sur cette terre. Scientifiques, politiciens et économistes ont partagé leurs constats. You are here: buy the speed on a self-risk changeing changeing on-the-changeing-and-changeing-and-chois-do-do-our-the-life-the-life-of-the-life-of-food-life, the life, the life, food and food, food, food, security, the life. Les défis sont immenses. Mais ce que nous avons aussi entendu des représentants des communautés autochtones et des jeunes «guerriers du Pacifique», c'est que c'est la vie humaine qui est menacée au-delà de toute autre espèce. Ainsi, les demandes liées à la mise en œuvre de l'Accord de Paris, sont un minimum absolu qui n'est pas seulement en danger de mort ne sont pas remplies mais sont loin d'être ambitieux. Le plafond de 2 ° C Les voix réunies ensemble ces derniers jours le confirment. La différence entre 1,5 ° et 2 ° C, c'est la différence entre la vie et la mort pour les îles du Pacifique et les communautés qui y vivent, leurs traditions, leur histoire et leur culture. L'accord de Paris ne peut pas échouer.

Conférence HS pape Francis

Pour que nous puissions parler entre nous, nous avons réagi de manière logique ou intellectuelle. C'est un cri du cœur, un fond des forêts, un cri vers la musique et la beauté de la création que nous voulons protéger contre nos comportements humains. Ceux qui font partie de la grande famille de l'Église catholique, nous avons aussi la responsabilité morale et éthique d'agir, nous sommes témoins de cette conversion écologique et de cette révolution culturelle dont nous parle le Saint- Père En s'adressant aux participants réunis au Vatican, le papier François nous rappelle qu'il est encore temps de corriger le tir. All rights reserved. All rights reserved. All rights reserved. The life and the life in the self-life. Nous nous engageons à les défendre avec nos dons et nos talents.

[1] Extrait des recommandations de la Conférence «Sauver notre maison commune et l'avenir de la lumière sur terre», présenté par Mgr Bruno-Marie Duffé, Secrétaire du Dicastère pour le Développement Humain Intégral, Vatican le 5 juillet 2018

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange