Une année cruciale pour le Traité des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l'homme - CIDSE
© CIDSE

Une année cruciale pour le Traité des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l'homme

© CIDSE
Délégation de la CIDSE à Genève, 2017

La CIDSE plaide pour un traité des Nations Unies en tant qu'instrument clé de la protection des droits de l'homme dans le monde. Dans le cadre de son engagement, la CIDSE a participé à la quatrième session du groupe de travail intergouvernemental à composition non limitée sur les sociétés transnationales et autres entreprises liées aux droits de l'homme (IGWG), qui s'est déroulée à Genève du 15 au 19 d'octobre.

Contexte politique
Jusqu'à présent, si le droit international a défini les obligations des États en matière de protection des droits de l'homme, il n'a pas suffisamment réglementé la responsabilité des entreprises pour leurs violations des droits de l'homme. Un tournant a été atteint le 25 de juin 2014, lorsque le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies à Genève a adopté une résolution sur l’élaboration d’un instrument international juridiquement contraignant sur les sociétés transnationales et autres entreprises du secteur des droits de l’homme, également appelé «Traité des Nations Unies». ”.

La résolution des Nations unies appelait à la création d'un groupe de travail intergouvernemental (IGWG) chargé d'élaborer le traité. Après quelques années de sessions visant à établir le fondement du traité, la présidence du OEIGWG a publié en juillet 2018 le Zero Draft du traité contraignant des Nations unies, qui a été examiné à l'occasion de la 4e session de l'OEIGWG en octobre.

Cela a marqué un moment décisif pour le processus d'élaboration d'un traité des Nations Unies qui puisse valoriser les efforts mondiaux visant à prévenir les effets préjudiciables des activités commerciales sur les droits de l'homme et à fournir un accès à la justice pour les personnes et les communautés touchées.

Analyse de la CIDSE sur les résultats de la session de Genève: La pression grandit pour un traité contraignant des Nations Unies avec ou sans le soutien de l'UE

La position de la CIDSE vis-à-vis du traité
La CIDSE se félicite des aspects positifs suivants de l'avant-projet: complémentarité avec les Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme; mettre l'accent sur la prévention et la responsabilité juridique dans l'ensemble de la chaîne de valeur; mettre l'accent sur l'amélioration de l'accès aux recours en mettant l'accent sur les droits des personnes touchées.
Dans le même temps, la CIDSE estime qu'il est nécessaire d'apporter des améliorations dans les domaines suivants: primauté des droits de l'homme dans les politiques en matière de commerce et d'investissement, protection des défenseurs des droits de l'homme, mécanismes d'application.

Pour une analyse plus approfondie du zéro projet de texte de CIDSE, vous pouvez consulter notre «Contribution au groupe de travail intergouvernemental à composition non limitée sur les sociétés transnationales et autres entreprises du secteur des droits de l'homme"Et l'article"Que peut offrir le texte du projet de traité zéro pour améliorer concrètement la situation des personnes affectées négativement par les activités commerciales?”Par Denise Auclair, conseillère principale de la CIDSE.

La CIDSE a également publié récemment un communiqué de presse “L'UE doit s'engager de manière constructive dans le traité des Nations unies sur les entreprises et les droits de l'homme ».

Activités à Genève par les membres et partenaires de la CIDSE
Des représentants du secrétariat de la CIDSE ont assisté à la session avec ses membres CAFOD; CCFD-Terre Solidaire; Entraide & Fraternité; Fastenopfer, MISEREOR et Trócaire.

Événements parallèles
La CIDSE a co-organisé les deux événements parallèles suivants à Genève:
- «Comment le processus du Traité des Nations Unies peut-il s'appuyer sur les développements européens et internationaux dans le domaine des entreprises et des droits de l'homme?» (Palais des Nations, mardi 16 octobre, 13h15-14h45)
- «La voix des chefs religieux de haut niveau sur la nécessité d'un traité pour une plus grande responsabilité des entreprises pour les violations des droits de l'homme» au Palais des Nations, Salle XXIII, mercredi 17 octobre, 13 h 00 - 14 h 30
(Voir dépliant en pièce jointe ci-dessous)

Après la session à Genève, la CIDSE a également discuté du traité contraignant des Nations Unies lors de la table ronde «Multinationales société privée à irresponsabilités illimitées?”Au Festival des Libertés le 23 Octobre à Bruxelles.

Déclarations orales (voir la liste des pièces jointes ci-dessous)

CIDSE et l'Alliance des Traités
La CIDSE est l’un des principaux membres de la Alliance des traités, une coalition mondiale de groupes et de mouvements de la société civile soutenant l’élaboration d’un instrument international contraignant.
Voir le Traité Alliance déclaration finale sur la session IGWG 4 (EN-ES). Ici vous pouvez également trouver la déclaration émise pour la session 3rd IGWG (EN-ES-FR-PT-DE-IT).

RESSOURCES

Les études de la CIDSE
- Supprimer les obstacles à la justice (2017)
- Droits de l'homme dans les politiques en matière de commerce et d'investissement (2017)
- Assurer la primauté des droits de l'homme dans les politiques en matière de commerce et d'investissement (2017)

Ressources vidéo
- Compilation vidéo “Rejoignez le mouvement pour un traité contraignant"(2018)
- Vidéo de sensibilisation par Commission Justice & Paix Belgium (2017)
- Entretien avec Cesar Flores / CooperAcción - Pérou (2017)
- JEEntretien avec Mgr Ramazzini / évêque de Huehuetenango - Guatemala (2017)
- La voix des droits de l'homme à Genève: compilation de vidéos de la session 2016

Ressources des membres et alliés de la CIDSE
• Le film "Breathless”À propos de l'amiante qui touche les communautés indiennes et belges a été présenté lors d'un événement organisé par Entraide et Fraternité et d'autres à l'occasion du 8th October
• À travers cela outil en ligne développées par une coalition d'ONG belges, parmi lesquelles nos membres Entraide et Fraternité et Broederlijk Delen, les citoyens peuvent demander au ministre belge des Affaires étrangères de défendre le Traité à Genève et de participer de manière constructive aux négociations.
• Le rapport Sale bénéfices 6 (de Facing Finance, avec le soutien de MISEREOR) analyse les investissements des banques européennes dans des entreprises extractives liées à des violations des droits de l'homme et à des atteintes à l'environnement, y compris le cas de l'effondrement du barrage de résidus 2015 Fundaõ à Mariana, au Brésil.
• Le rapport 'Défendre notre terre et notre nature est notre droit'(Broederlijk Delen et d'autres ONG) souligne l'expérience de défenseurs dans des régions qui subissent les impacts négatifs des industries extractives et des projets énergétiques.
• dans l'article d'opinion Droits de l'homme, l'écologie devrait être supérieure aux intérêts des entreprises Le Réseau ecclésial panamazonien appelle l'UE à s'engager de manière constructive dans les négociations du traité.
• Communiqué de presse de Fastenopfer: Les entreprises suisses violentes régulièrement les droits humains
Défenseurs des droits humains campagne de Trócaire
Rapport régional sur les violations des droits de l'homme en Amazonie par REPAM
• des analyses L'ONU sera-t-elle enfin protéger nos multinationales?”Par Entraide & Fraternité
• des analyses The European Union for the Deal for Transnationales and Human Rights par CCFD-Terre Solidaire

Contacts de la CIDSE à Genève
Denise Auclair: auclair (at) cidse.org
Stefan Reinhold: reinhold (at) cidse.org
Anya Verkamp: verkamp (at) cidse.org

Flyer IGWG petit

 

 
 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange