Les organisations de la société civile de l'UE appellent l'UE à contribuer de manière substantielle aux négociations sur le projet de traité zéro sur les entreprises et les droits de l'homme - CIDSE
© Victor Barro, Amis de la Terre International

Les organisations de la société civile de l'Union européenne demandent à l'Union européenne de contribuer de manière substantielle aux négociations sur le projet de traité zéro sur les entreprises et les droits de l'homme

© Victor Barro, Amis de la Terre International

Des groupes de la société civile des États membres de l'Union européenne se sont réunis à l'ONU à Genève pour soutenir le groupe de travail intergouvernemental chargé d'élaborer un instrument contraignant visant à garantir que les entreprises respectent les droits humains. L’année dernière, nous avons perdu beaucoup de temps et d’énergie en tentant de retarder le processus. Nous sommes impatients de pouvoir relever les véritables défis, à la lumière des dangers très réels auxquels font face les communautés, les travailleurs, les activistes et les défenseurs des droits de l’homme s’ils défient des intérêts commerciaux.

Jusqu'à présent, dans 2018, nous avons eu les consultations informelles demandées par l'UE et une occasion d'analyser le projet de texte zéro publié en juillet, qui constitue un bon point de départ pour la négociation d'un traité qui sera efficace. L’appui et la dynamique de ce traité se renforcent: le Parlement européen a adopté une résolution la semaine dernière invitant l’Union européenne et ses États membres à s’engager véritablement et de manière constructive; sur 1st octobre, des experts et des universitaires éminents de 150 +, y compris de nombreux universitaires européens, ont publié une lettre de soutien au processus du traité; La récente déclaration du Réseau européen d'institutions nationales des droits de l'homme a déclaré qu '«un traité sur les entreprises et les droits de l'homme fondé sur les trois piliers des UNGP devrait et pourrait être complémentaire aux UNGP». Les fédérations syndicales mondiales ont appelé tous les gouvernements à se présenter avec des commentaires de fond sur l'avant-projet. Cela fait suite aux appels de la Conférence épiscopale européenne et de la conférence épiscopale latino-américaine en faveur d'un engagement constructif des gouvernements dans le traité contraignant.

En tant que société civile des États membres de l’UE, nous attendons de l’Union européenne et de ses États membres individuels qu’ils apportent leur expérience et leurs points de vue collectifs à la discussion sur le contenu du traité. Ceci est particulièrement important pour les questions clés telles que l'accès des communautés à la justice en cas de problème, la responsabilité des entreprises pour violations des droits de l'homme et la diligence raisonnable en matière de droits de l'homme pour prédire et prévenir les dommages. Nous avons déjà effectué nos propres analyses sur la manière dont le texte peut être renforcé afin que les entreprises mondiales soient tenues de respecter les droits de l'homme et l'environnement partout où elles exercent leurs activités. Les organisations soussignées sont prêtes à soutenir les délégations de notre gouvernement, les parlementaires et les députés européens dans cette tâche historique.

Joint_statement_to_call_on_EU.pdf

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange