Nous pleurons avec la Terre Mère des larmes de boue et de sang - CIDSE
© Iglesias y Minería

Nous pleurons avec la Terre Mère des larmes de boue et de sang

© Iglesias y Minería

Non à l'impunité! Le réseau des églises et de l'industrie minière pleure les victimes du crime socio-environnemental de Brumadinho, Minas Gerais (Brésil)

Version espagnole disponible disponible ici.

Version portugaise en pièce jointe ci-dessous.

Nous écrivons aujourd’hui à cette communauté violée, que nous connaissons bien et que nous visitons encore après, après avoir célébré avec elle à plusieurs reprises dans la marche, la vie et la résistance à l’expansion minière.

Nous écrivons également de la part des nombreuses communautés latino-américaines touchées par la violence arrogante de l'extractivisme, qui a aujourd'hui embrassé en silence le petit Brumadinho, en larmes.

Nous sommes solidaires des familles des victimes et des communautés de foi, qui auront le difficile défi de reconstruire l'espérance. Nous rejoignons également l'archidiocèse de Belo Horizonte, qui, avec les paroles de l'Évangile, a défini la tragédie comme «abomination de la désolation», faisant référence aux «absurdités nées des gains et du mépris de l'autre, de la vérité et du bien de tous»

Nous continuons d’accompagner et de conseiller les églises impliquées dans les territoires touchés par l’exploitation minière et dans tous les conflits ouverts entre entreprises extractives et leurs communautés (il n’existe qu’au Brésil plus de diocèses de 70 où ces conflits ont été cartographiés).

L'impunité consolide le crime
La société VALE SA, conjointement avec BHP Billiton, est responsable des décès par 19 et de la pollution de l’ensemble du bassin de la rivière Doce, en novembre 5, 2015. Le même préjudice a été répété trois ans plus tard, avec une trace de décès beaucoup plus graves, confirmant l’incapacité de gestion et la prévention des dommages, du désintérêt et du comportement criminel.

Cette responsabilité implique également l'État, qui octroie des licences aux projets d'extraction et devrait en assurer le suivi afin de garantir la sécurité et la dignité de la vie des communautés et de l'environnement.
La responsabilité de l'Etat est double, car l'impunité et le manque de réparations complètes et suffisantes pour les victimes du crime de la Marine ont été l'une des principales conditions qui ont permis le nouveau crime de Brumadinho.

Portes tournantes
Adopté, le capital des sociétés minières et du pouvoir politique, facilite l'installation ou l'expansion de grands projets extractifs, en minimisant les conditions et les règles d'octroi de licences de ceux-ci. Le «Córrego do Feijão» lui-même, dont le gisement de déchets toxiques a été rompu, a obtenu en décembre 2018 un permis environnemental pour l'expansion de 88% de ses activités. Au Conseil des politiques environnementales de l'État de Minas. Seul le Forum national de la société civile sur la gestion des bassins hydrographiques (FONASC) a voté contre l'expansion, dénonçant des mécanismes «insensés» pour réduire les demandes de licences de grands projets miniers. Les catastrophes causées par le comportement irresponsable des entreprises alliées à la puissance publique ne peuvent pas être qualifiées d '«accidents environnementaux».

Société civile organisée mais non écoutée
Depuis 2011, la population de Brumadinho et de la région manifeste de manière organisée contre la mine, ses impacts et ses menaces. Le FONASC, en décembre 2018, a écrit une communication officielle au secrétaire d'État à l'environnement, demandant la suspension de l'autorisation de la mine «Córrego do Feijão». L'articulation internationale des Affectés par le Val a dénoncé à l'Assemblée Générale des Actionnaires du Val, en avril 2018, «les dangers du processus répété de réduction des dépenses et des coûts de ses opérations», faisant explicitement mention des différents gisements de déchets.
Les responsables de ces crimes ne peuvent pas prétendre à l'ignorance. Au contraire, au nom du progrès et du profit de quelques-uns, il y a une disqualification systématique des différentes voix.
Avec énergie, nous faisons écho aux paroles du Pape François dans l'encyclique Laudato Si ': «dans le débat, les habitants locaux doivent avoir une place privilégiée, ceux qui s'interrogent sur ce qu'ils veulent pour eux et leurs enfants et peuvent fins qui transcendent l’intérêt économique immédiat »(LS 183).

Rendez-le flexible jusqu'à la rupture
Le président nouvellement élu du Brésil, en réponse à la pression de la personne qui a financé sa campagne, a exprimé son intention de rendre le contrôle environnemental et les licences aussi flexibles que possible. Il a critiqué la prétendue «industrie fine de l'environnement»; son gouvernement a dépouillé les pouvoirs du portefeuille de l'environnement, suspendu les contrats avec des ONG engagées dans la défense de l'environnement, éteint les secrétariats qui travaillaient pour les politiques publiques contre le réchauffement climatique.
Les gouvernements précédents ont également facilité l'expansion incontrôlée de l'exploitation minière dans le pays, en promouvant le Plan minier national et en reformulant, par décret, le cadre juridique de l'exploitation minière.
Les événements récents démontrent, avec violence, que ces politiques constituent un suicide collectif et une menace pour la vie des générations futures.
Ce modèle de croissance est insoutenable et mortel; Vous ne pouvez pas faire chanter des gens qui ont besoin d'un emploi pour survivre dans des régions contrôlées par l'exploitation minière, sans garantir à la fois sécurité, santé et bien-être social. Les problèmes ne sont pas résolus «seulement avec la croissance des bénéfices des entreprises et des particuliers». «Il ne suffit pas de concilier, à moyen terme, le soin de la nature avec les revenus financiers, ou la préservation de l'environnement avec le progrès. Dans ce numéro, les durées moyennes ne représentent qu'un petit retard dans l'effondrement. Il s'agit simplement de redéfinir le progrès. "(LS190,194)

Faux dialogues
Souvent, les entreprises et les gouvernements font appel à la médiation des conflits avec les communautés par le «dialogue». Ils recherchent même l'intermédiation des Églises, pour offrir une plus grande crédibilité à ces processus. En outre, sur le plan institutionnel, ils ont investi dans des médiations extrajudiciaires et des ajustements de comportement pour rendre plus efficace et plus rapide la réparation des dommages et des violations de l'environnement. Le manque de mise en œuvre des mesures d'atténuation et de réparation, la négligence de prévenir de nouvelles catastrophes et la répétition de pratiques irresponsables et criminelles confirment que: ce type de proposition n'est pas un vrai dialogue. C'est une stratégie des entreprises pour séduire l'opinion publique, garantir une sorte de licence sociale pour polluer, réduire la résistance populaire et éviter que le gros capital ne se convertisse aux valeurs de durabilité et de bien commun. Plus que ce «dialogue», asymétrique et irrespectueux, nous faisons confiance aux règles démocratiques de protection de l'environnement et aux droits des populations, ainsi qu'aux autorités qui surveillent efficacement leur respect et punissent ceux qui les violent. Nous soutenons un traité contraignant pour les entreprises et les droits de l'homme, au niveau international, et une réponse judiciaire responsable, efficace et rapide pour ceux qui parient sur l'impunité ou, tout au plus, une légère incidence financière de rares amendes appliquées.

La criminalité socio-environnementale n'est pas un accident!

De Brumadinho et d’Amérique latine, janvier 26, 2019

PT_Nota-IyM-Brumadinho.pdf

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange