Une action pour symboliser le privilège d'entreprise - CIDSE

Une action pour symboliser le privilège de l'entreprise

Bien que les victimes de violations des droits humains rencontrent de nombreux obstacles lorsqu'elles demandent justice, les entreprises obtiennent le tapis rouge pour poursuivre les gouvernements qui tentent de les réglementer, grâce à un mécanisme juridique appelé Règlement des différends entre investisseurs et États (ISDS). La campagne Stop ISDS a mené une action devant l'UE avant de transmettre une pétition contre la signature par des citoyens européens aux signatures 500,000 au premier vice-président de la Commission européenne, Frans Timmermans.

 

 

 Les clauses de règlement des différends entre investisseurs et États (ISDS), qui figurent dans toute une série d’accords de commerce et d’investissement, permettent aux sociétés multinationales de poursuivre des États par le biais de tribunaux internationaux secrets si les gouvernements prennent des mesures qui entravent les bénéfices. La campagne «Arrêtez ISDS» a décollé à un rythme record en janvier, réunissant les signatures 100,000 le premier jour.

Pour symboliser l'injustice actuelle de ce système juridique, les alliés de la campagne Stop ISDS, y compris la CIDSE, ont organisé une action en dehors de la Commission européenne. Les activistes habillés comme des lobbyistes et les citoyens ordinaires ont organisé une «course» à une statue géante de la justice. Les lobbyistes ont parcouru un tapis rouge propre à l'aide de scooters électriques, tandis que les citoyens ordinaires, les mains liées et les pieds liés, tentaient de franchir les obstacles pour se rendre à la ligne d'arrivée.

Après l'action, les activistes ont rencontré Timmermans devant le bâtiment de la Commission européenne pour lui remettre les 500 millions de signatures des citoyens européens ayant signé la pétition appelant l'Union européenne à stopper l'ISDS.

La pétition demande à l'UE de mettre fin à ses projets d'élargissement de l'ISDS en créant un tribunal mondial permanent, un système de tribunaux des investissements, permettant aux entreprises de poursuivre en justice les États. L'UE et les gouvernements des États membres veulent le faire en l'intégrant dans de nouveaux accords commerciaux. Il faut opposer ces nouveaux accords et mettre fin aux accords existants. Timmermans a répondu "vous pouvez compter sur moi."

La pétition a été délibérément déposée la veille du vote sur une décision de la Cour de justice européenne sur la légalité de l'AECG eu égard au système de contrôle interne et aux avantages juridiques de la disposition relative au règlement des différends entre investisseurs et États. Malheureusement, la CJCE a jugé que le SCI était compatible avec le droit de l'UE.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange