La politique européenne des droits de l'homme dans le prochain plan américain pour le Moyen-Orient - CIDSE

La politique européenne des droits de l'homme dans le prochain plan américain pour le Moyen-Orient

La CIDSE, conjointement avec 32 International et des organisations de la société civile européenne, israélienne et palestinienne, a adressé aujourd'hui une lettre commune à la Haute Représentante / Vice-présidente, Federica Mogherini, et aux ministres des Affaires étrangères de l'Union européenne, exprimant sa profonde préoccupation face au plan à venir de l'administration américaine pour le Moyen-Orient. Est.

La lettre appelle l'Union européenne et ses États membres à diriger Israël / Palestine avec une approche basée sur les droits de l'homme et à rejeter un plan qui ne respecte pas les principes du droit international. À la veille de l'atelier économique organisé par les États-Unis et tenu à Bahreïn le 25-26 de juin, la lettre exhorte l'UE et ses États membres à se préparer à contrecarrer les efforts, tant économiques que politiques, visant à saper ces principes fondamentaux et à normaliser le contrôle exercé par Israël. le territoire palestinien occupé. Lire la lettre complète ci-dessous:


Cher haute représentante Federica Mogherini,
Chers ministres des affaires étrangères de l'UE,

Nous écrivons en tant que groupe d'organisations non gouvernementales israéliennes, palestiniennes, européennes et internationales vivement préoccupées par le prochain plan de paix des États-Unis au Moyen-Orient. Le plan menace de miner davantage le respect des droits de l'homme et des considérations de droit international en Israël / Palestine. C’est une occasion pour l’Union européenne, ses États membres et ceux qui se soucient des principes du droit international de mener Israël / Palestine avec une approche fondée sur les droits de l’homme et de rejeter un plan qui n’englobe pas ces principes fondamentaux.

Avant le plan américain, l'UE doit insister sur une approche fondée sur les droits de l'homme comme critère de base pour son acceptation et son engagement. Ce leadership nécessite de définir de manière proactive les normes de l'UE en faveur du droit palestinien à l'autodétermination et de l'égalité des droits pour tous les peuples en Israël / Palestine - rejetant ainsi fermement toute tentative de nier ces droits.

L'UE a fondé sa position sur Israël / la Palestine sur les droits de l'homme et le droit international, notamment depuis que ce pays a été le fer de lance du droit du peuple palestinien à l'autodétermination dans la Déclaration de Venise 1980. Plutôt que de simplement réaffirmer son objectif fondamental des deux États, la promotion du droit palestinien à l'autodétermination, aux côtés des droits de l'homme individuels, fournirait à l'UE un fondement normatif efficace pour des orientations politiques dans la plus longue occupation de l'histoire moderne. Cela constituerait également la plus grande force de l'Union européenne pour préserver la solution préconisée de deux États en tant qu'objectif politique réaliste.

Les principes fondamentaux du droit international comprennent le droit à l'autodétermination et l'interdiction absolue de l'acquisition d'un territoire par la force. Les droits de l'homme et l'autodétermination doivent être respectés pour tous les Palestiniens, quel que soit leur emplacement, y compris les Palestiniens du territoire palestinien occupé, les citoyens palestiniens d'Israël et les réfugiés palestiniens de la région. Il faut fermement s'opposer aux efforts visant à légitimer une politique de séparation et de fragmentation de la population palestinienne faisant l'objet d'une discrimination institutionnalisée.

Dans le territoire palestinien occupé, le gouvernement israélien continue de modifier les réalités démographiques, territoriales et juridiques sur le terrain, atteignant rapidement le point de non-retour grâce à l'expansion effrénée des colonies de peuplement, à l'exploitation croissante des ressources naturelles palestiniennes et à l'annexion de facto de la Cisjordanie. Ces développements ont des conséquences désastreuses qui vont durer plus longtemps que le gouvernement américain actuel. L'UE en supporterait les coûts non seulement dans son voisinage, mais également au niveau mondial, car elle éroderait davantage l'ordre international fondé sur des règles dans lequel la vision européenne est profondément enracinée.

Compte tenu de l'atelier économique organisé par les États-Unis à Bahreïn le 25-26 de juin, l'UE et ses États membres devraient être prêts à s'opposer à tout effort économique et politique visant à normaliser le contrôle et l'annexion par Israël du territoire palestinien occupé, comme dans les cas de Jérusalem et du Golan syrien occupé portent atteinte aux droits des réfugiés palestiniens et entérinent le régime discriminatoire existant.

L’Europe ne doit rien accepter qui soit en deçà des normes susmentionnées et déploie tous les efforts possibles pour empêcher l’élimination des droits de l’homme. Cela montrerait que le respect des droits de l'homme et le respect du droit international sont la seule voie possible et réalisable vers une solution juste et durable, et que l'UE est prête à peser de tout son poids pour atteindre cet objectif.

Cordialement,

Les organisations soussignées:
11.11.11
ACT Alliance EU
Adalah - le centre juridique pour les droits des minorités arabes en Israël
Al Haq
Al Marsad, Centre arabe des droits de l'homme sur le plateau du Golan
Centre Al Mezan pour les droits de l'homme
Association culturelle et culturelle italienne (ARCI)
Broederlijk Delen
BADIL Resource Center pour la résidence palestinienne et les droits des réfugiés
Institut du Caire pour l'étude des droits de l'homme (CIHRS)
CAFOD
CCFD - Terre Solidaire
CIDSE
CNCD-11.11.11
Droits EuroMed
ECCP - Coordination européenne des comités et associations pour la Palestine
Gisha - Centre juridique pour la liberté de circulation
Fédération internationale des droits de l'homme (FIDH)
Centre d'aide juridique et de défense des droits de l'homme à Jérusalem (JLAC)
La Plateforme des ONG françaises pour la Palestine
Avocats pour les droits humains palestiniens (LPHR)
Ligue des Droits Humains (LDH)
Médecins du Monde
Aide médicale aux Palestiniens (MAP)
Medico International
Centre palestinien pour les droits de l'homme (PCHR)
PAX for Peace
Pax Christi International
SOLIDAR
Le forum des droits
Trócaire
Guerre contre le vouloir
Centre des femmes pour l'aide juridique et le conseil (WCLAC)

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange