Les citoyens demandent que l'UE cesse de caler sur un traité pour garantir que les entreprises respectent les droits de l'homme - CIDSE

Les citoyens exigent que l'UE cesse de signer un traité pour garantir que les entreprises respectent les droits de l'homme

Cette semaine a vu la publication du projet révisé historique d'un traité des Nations Unies visant à prévenir les violations des droits de l'homme par les sociétés transnationales et autres entreprises.et combler les lacunes existantes en matière d'accès à la justice pour les victimes.

Une coalition de groupes de la société civile européenne 20 se félicite de la publication du projet révisé de traité des Nations unies sur les entreprises et les droits de l'homme et demande à l'UE de procéder à une analyse approfondie de celui-ci. Cela est particulièrement important car le projet révisé répond à de nombreuses préoccupations de l'UE, en s'appuyant sur les principes existants des Nations unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme et en définissant les activités commerciales à couvrir. Une nouvelle analyse devrait jeter les bases d'un engagement déterminé et proactif de l'UE lors de la prochaine session de 5, qui se tiendra en octobre, à Genève.

Les soussignés demandent donc instamment à l'UE et à ses États membres d'analyser le contenu du projet révisé et de travailler dans un processus transparent et inclusif. Cela comprend le partage de leur analyse juridique, la consultation de groupes de la société civile et la préparation de la participation de l'UE à la session de négociation formelle.

Les communautés luttent depuis des décennies contre les abus des entreprises, tels que les atteintes à l'environnement, les saisies foncières, la discrimination et le harcèlement ou les conditions de travail épouvantables au bas des chaînes de valeur mondiales. Face à de nombreux obstacles pour la justice, les victimes ont du mal à demander des comptes aux entreprises et subissent souvent des menaces, de l'intimidation et de la violence lorsqu'elles tentent de le faire - les femmes étant confrontées à des violations particulières des droits des femmes.

Le processus en cours pour un traité des Nations Unies est une opportunité historique s'attaquer à la fragmentation du droit international et à modifier l'asymétrie actuelle du pouvoir entre les individus, la planète et les entreprises, en réglementant les activités commerciales dans le droit international des droits de l'homme. Malheureusement, l'UE s'est jusqu'à présent engagée à contrecœur dans cet important processus international, malgré les nombreux appels du Parlement européen et de sur les citoyens européens 580,000 qu'il devrait le faire.

En tant que bloc économique et commercial le plus important du monde, l'UE a un rôle crucial à jouer en ce qui concerne la responsabilisation de ses entreprises. L'absence d'engagement concret de l'UE dans le processus du traité des Nations unies contraste nettement avec les fortes pressions de l'UE pour l'expansion et le respect des droits des investisseurs dans les accords bilatéraux. Plutôt que de donner la priorité aux intérêts des entreprises avant les droits des personnes et l'environnement, l'Union européenne devrait investir ce niveau d'effort et d'engagement pour la protection contre les activités commerciales nuisibles. L'engagement politique de l'Union européenne est nécessaire pour s'attaquer au problème de l'impunité des entreprises pour les violations des droits de l'homme.

Si l'UE n'organise pas une position commune sur le traité des Nations unies, les États membres doivent assumer leurs responsabilités, prendre la parole au cours des négociations et apporter leur expérience et leurs points de vue au débat international.

Les soussignés demandent à l'UE de respecter ses engagements de défendre les droits de l'homme et l'égalité des genres et de négocier en conséquence avec les autres pays, afin que le traité serve efficacement à protéger les femmes et les hommes victimes de violations des droits des entreprises leur remède approprié pour les dommages causés. Nous sommes prêts à soutenir nos délégations gouvernementales, la Commission européenne, les parlementaires et les députés européens dans cette tâche historique.

  • ActionAid international
  • CAFOD (Angleterre et Pays de Galles)
  • CCFD-Terre Solidaire (France)
  • Centre de recherche sur les sociétés multinationales (SOMO)
  • CIDSE - Famille internationale d'organisations catholiques de justice sociale
  • Bureau international de la campagne Clean Clothes
  • Commission Justice et Paix Belgique
  • Ekumenická akademie (République tchèque)
  • FIDH (Fédération Internationale des Droits de l'Homme)
  • Amis de la Terre Finlande
  • Amis de la Terre Allemagne (BUND)
  • Forum politique mondial
  • UICN NL
  • Latinamerikagrupperna / Solidaridad Suecia-América Latina (SAL) / Solidarité Suède-Amérique latine
  • Mani Tese (Italie)
  • NaZemi (République tchèque)
  • Sherpa
  • Institut SÜDWIND
  • TROCA - Plataforma por um Comércio Internacional Justo
  • Trócaire
Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange