«Je vais décider ça»: le patriarcat dans l'industrie des médias - CIDSE

«Je vais décider cela»: le patriarcat dans l'industrie des médias

En tant que photographe documentaire, Ana Palacios met en lumière les projets de relèvement post-conflit et de consolidation de la paix. Elle photographie les lieux brisés du monde: orphelinats, asiles, hôpitaux, unités psychiatriques et ghettos. Son intention est de rendre les communautés vulnérables visibles avec un sentiment d'optimisme et d'espoir.  

Son travail sur la coopération au développement a été publié dans le monde entier dans des médias tels que Al Jazeera, BBC, The Guardian et The New Internationalist, et elle a reçu des prix internationaux. 

Elle est l'auteur de «Amazonie fragile», l'exposition photo organisée par la CIDSE et REPAM au Synode panamazonien. Mais nous l'avons interviewée sur le féminisme et sur la façon dont sa photographie a un impact sur les problèmes qu'elle expose. 

1. Vous considérez-vous comme féministe? Pourquoi? 

Premièrement, nous devons définir exactement ce qu'est le féminisme pour y répondre avec précision et nuance. 

Le féminisme analyse les injustices, cherche et utilise les mécanismes existants pour les éliminer. C'est un mouvement ou une philosophie pour construire un monde meilleur, un antidote à ces injustices. 

Mon activisme ou mon militantisme vient naturellement. Depuis que je suis petite, j'ai toujours remarqué que nous devions nous battre plus fort pour être présents et qu'il y avait des inégalités absurdes et des préjugés en termes de capacités, rien que pour être une femme. 

Malheureusement, j'ai normalisé cette lutte et maintenant, grâce aux mouvements émergents, je me rends compte que je ne devrais pas avoir à travailler plus dur qu'un homme pour le même travail ou le même salaire, mais que c'est une question de justice sociale. 

Je suis en train de déconstruire l'acceptation, mais non la soumission, du patriarcat dans lequel j'ai été élevé. 

2. Le féminisme vous a-t-il aidé dans votre secteur / domaine ou dans votre vie quotidienne? 

Chaque femme souffre quotidiennement d'injustice, de situations violentes qu'elle considère comme «normales» et qui sont passées inaperçues. Le moment est venu où, grâce à tous ces témoignages qui montent maintenant que la normalisation est rompue, en constatant que ce ne sont pas des expériences isolées sinon des injustices d'un collectif, celle des femmes. Cela m'a aidé à comprendre que je ne suis pas seule, que les injustices dont je souffre du fait d'être une femme ne m'arrivent pas seulement. 

Si «aidez-moi» signifie que vous m'avez donné l'opportunité d'être présent dans des panels où des «quotas» ont été imposés, oui, mais je ne le saurai jamais car je ne sais pas si vous m'avez choisi à cause d'un quota ou à cause de la qualité de mon travail. Ce qui me donne des sentiments mitigés vis-à-vis de l’imposition de quotas, puisque logiquement je préfère être inclus pour mon «bon travail» et non pour le fait d’être une femme, ou d’être blanche ou noire, ou d’être de tel ou tel pays, parce que ne cesse d’être une discrimination positive. 

J'espère que, bientôt, il ne sera plus nécessaire qu'un système de quotas soit justement présent. 

3. Selon vous, quelles sont les deux mesures qui, selon vous, devraient être mises en œuvre pour améliorer l'égalité? 

Que les entreprises sont obligées d'égaliser les salaires pour le même travail et non pour le sexe. 

Que les entreprises aident vraiment les hommes et les femmes à concilier vie de famille et travail qu'ils font, sans sacrifier ni l'un ni l'autre.  

Bien que je pense également que cet effort ne doit pas être réduit uniquement à la sphère législative, comme si l'égalité n'était acquise que par l'application de la loi par l'État. La législation pose deux problèmes: 1) la législation peut être révoquée et 2) ces solutions surchargent le système judiciaire et ne servent que certaines personnes. 

S'il existe des lois, elles doivent également s'accompagner d'un changement social, afin qu'il y ait une prise de conscience, en investissant dans l'éducation que l'égalité est la tâche de chacun, pas seulement dans le système scolaire. 

 Il est urgent de lutter contre les violences sexistes de manière plus efficace et globale: dotation budgétaire, messages qui mettent davantage l'accent sur «ne pas maltraiter les femmes» et non sur «la femme dénonce…». 

4. Avez-vous rencontré des obstacles du fait d'être une femme? Lesquels? 

J'ai travaillé dans de nombreux secteurs: au cinéma, dans le journalisme, dans le sport, dans la radiodiffusion et autres émissions de télévision, dans le secteur social… et dans absolument tous, sans exception, j'ai connu le patriarcat et le machisme. 

De plus, dans les postes de direction, ce sont généralement les hommes qui «sélectionnent» les collaborateurs ou employés, et les critères de choix d'un homme sont clairs et adaptés à sa capacité professionnelle, mais lors de la sélection d'une femme, j'ai parfois observé que les critères sont sans discernement. Je me souviens d'un producteur de cinéma qui était mon patron, quand il a ramassé des CV qui contenaient ses notes d'entretiens avec des candidats, il avait noté si elle était belle, très jolie, laide. 

D'un autre côté, lorsque je rencontre des rédacteurs en chef de grands médias, je ressens leur manque d'attention et de considération envers mon travail, leur condescendance et leur paternalisme. J'écoute des commentaires comme "Tu vas être fatigué de bouger avec tant de poids dans ton sac à dos de la caméra, ce sera dangereux pour toi d'aller dans tel ou tel pays ..." Et je pense: "Je vais devoir décider ça , pas lui". 

J'ai moi-même une section dans mes réseaux que je publie tous les dimanches intitulée «Fotógrafas que habitan» avec l'intention de mettre en valeur le travail d'excellentes femmes photographes qui n'ont pas souvent l'espace pour leur expression. 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange