La campagne «Brown January» marque un an de crime à Vale SA à Brumadinho et met en garde contre les violations minières constantes - CIDSE

La campagne «Brown January» marque un an de crime à Vale SA à Brumadinho et alerte à des violations minières constantes

Le 25 janvier prochain, un an après l'un des plus grands délits sociaux et environnementaux commis par la société minière Vale SA au Brésil sera achevé. Le barrage relié à la mine Córrego do Feijão, à Brumadinho, dans l'État de Minas Gerais, a éclaté, tuant au moins 259 personnes déjà identifiées, ainsi que deux enfants à naître, Lorenzo et Maria Elisa, décédés dans le ventre de leur mère. Onze personnes sont toujours portées disparues.

L'avalanche d'environ 12 millions de mètres cubes de boue toxique qui a enterré les femmes, les hommes, les animaux et la végétation a également tué la rivière Paraopeba à 40 km en aval du barrage rompu, affectant les autochtones et la faune et la flore dont ils dépendent pour leur subsistance.

En 2015, Samarco, filiale de Vale SA et de l'anglo-australien BHP Billiton, avait commis le même crime au Minas Gerais. La perturbation du barrage de Fundão dans la municipalité de Mariana a tué 19 personnes et laissé une trace de destruction avec 40 millions de mètres cubes de boue toxique dévastant les animaux, la végétation, les communautés, les maisons, la rivière Doce et une partie de la côte brésilienne.

Samarco et Vale SA connaissaient à l'avance le risque réel de rupture des barrages, mais elles n'ont pris aucune mesure pour éviter les tragédies. Jusqu'à présent, personne n'a été puni pour aucun de ces crimes.

L'indignation en toute impunité, la connivence et l'omission de l'État et le mode de fonctionnement des sociétés minières du Minas Gerais ont conduit les membres de la Mouvement pour les montagnes et les eaux du Minas Gerais (MovSAM) pour créer la campagne "Janvier brun". Le but de la campagne, selon Maria Teresa Corujo, membre du mouvement et environnementaliste, est de se souvenir, tout au long du mois de janvier, du crime de Vale SA à Brumadinho et de rendre visible le rôle de l'État et des alliés des sociétés minières qui sont également responsable du crime.

De plus, il y a une forte mise en garde contre: «l'exploitation minière qui tue et hante les gens, détruit les communautés et les biomes, la vie, la faune, la flore, le paysage, la qualité de l'air et du sol, les sources, les aquifères et les rivières, et progresse sans relâche sur des territoires entravant d'autres voies vie, viole les droits et utilise les stratégies les plus diverses pour prendre en otage la population », ajoute Maria Teresa, qui fait également partie de la Mouvement pour la préservation de Serra do Gandarela et SOS Serra da Piedade.

Alliance entre l'eau pour le peuple! Campagne et janvier brun

En janvier, le volet brésilien de la campagne «De l'eau pour les gens» sera lié à la campagne «Janvier brun» en publiant sur ce site des reportages sur le crime de Vale et du contenu exclusif sur Twitter, Facebook et Instagram sur Brumadinho et la résistance des peuples et des communautés aux violations commises par les sociétés minières. Les tragédies de Mariana et Brumadinho montrent, de manière superlative, les tragédies quotidiennes de centaines de communautés brésiliennes, telles que Piquiá de Baixo (Açailândia / MA) et Santa Rosa dos Pretos (Itapecuru-Mirim / MA), violées pendant des décennies par Vale SA et autres sociétés.

Vivre à côté des aciéries est devenu impossible dans la communauté Pixia de Baixo. Vale SA est principalement responsable des violations contre les résidents locaux. Photo Marcelo Cruz

Qu'est-ce que le «janvier brun» et comment est-il arrivé?

Le mois de janvier brun est une campagne de sensibilisation et d'alerte, semblable à octobre rose ou novembre bleu, qui fait maintenant partie du calendrier annuel de la campagne nationale. Il est né en décembre de l'idée de Guto qui, avec d'autres membres du Mouvement pour les montagnes et les eaux du Minas Gerais (MovSAM), a développé le plan initial qui le partageait avec d'autres militants pour sa réalisation.

En quoi consiste l'initiative?

L'initiative consiste en une campagne à travers les réseaux sociaux basée sur la participation d'organisations, de mouvements et de personnes qui se rassemblent de manière collective pour embrasser et atteindre leur objectif. Tout au long du mois de janvier, du matériel sera publié avec des données, des informations, des clarifications, des réflexions et des nouvelles pertinentes sur l'exploitation minière et ses impacts sur les communautés et les environnements et comment l'État a été silencieux ou complice. La campagne donnera également de la visibilité aux actes, événements et manifestations liés au jalon d'un an de la rupture du barrage le 25 janvier 2019, comme le 1er pèlerinage archidiocésain d'écologie intégrale à Brumadinho.

Comment les personnes, les groupes et les entités peuvent-ils soutenir le «mois de janvier brun»?

Soutenir la campagne comme cela se produit déjà avec l'utilisation d'un arc brun dans les photos de profil sur Facebook et les logos des organisations et mouvements qui participent déjà à Brown Janvier. Suite à la campagne @janeiromarrom sur Instagram et Twitter et partage avec des amis, enregistrement d'une vidéo de support de campagne en utilisant le hashtag #janeiromarrom (max 1 minute), exécution d'actions publiques de janvier de Brown dans votre canton et envoi de photos / vidéos à publier (janeiromarrom @ gmail .com) et en suivant les blog messages de la campagne.

Dans quel contexte la campagne a-t-elle été créée?

Le mois de janvier brun a été créé parce que nous sommes indignés par l'impunité concernant les crimes de Samarco (2015) et Vale SA (2019) et l'hégémonie et le pouvoir de l'exploitation minière au Minas Gerais, malgré les graves répercussions et violations depuis des décennies. La vérité est que pour les sociétés minières et la plupart des autorités, gouvernements, municipalités, politiciens et magistrats, c'est comme si rien ne s'était passé à Brumadinho. C'est comme si 272 personnes n'étaient pas mortes (deux bébés sont morts avec leurs mères enceintes); comme si la rivière Paraopeba n'avait pas été détruite, endommageant à jamais l'approvisionnement en eau de milliers de personnes; comme si en 2015 la rivière Doce et la côte de l'océan n'avaient pas été touchées telles qu'elles étaient; 19 personnes n'étaient pas mortes; l'environnement de Bento Rodrigues et d'autres communautés n'a pas été détruit; le peuple Krenak n'avait pas perdu sa rivière Watu; et des milliers de personnes ont subi différents types de pertes.

Destruction du district de Bento Rodrigues à Mariana (MG). Tragédie provoquée en 2015 par Samarco, filiale de Vale SA et du BHP Billiton anglo-australien. Photo: Rogério Alves / TV Senado CC BY 2.0

Nous avons vu l'État à plusieurs reprises approuver des projets miniers comprenant des barrages qui sont des «bombes à retardement». Par exemple, le 20 décembre 2019, lors d'une réunion de la Chambre des activités minières (CMI) du Conseil d'État pour la politique environnementale, qui a duré 12 heures sans interruption, un permis d'exploitation a été accordé à la société anglo-américaine pour élever le barrage à Conceição do Mato Dentro (MG). Le barrage contiendra environ 300 millions de mètres cubes de résidus toxiques, même avec les communautés de la soi-disant zone d'auto-sauvetage (que nous appelons la zone à haut risque de mort), ce que la loi connue sous le nom de mer de boue ne reviendra plus jamais interdit expressément. L'avis juridique favorable du procureur général n'a pas tenu compte de la recommandation du procureur de la République. Dix des douze conseillers ont voté en faveur de la licence, face à la loi.

La perspective de nouvelles perturbations est très réelle, compte tenu de la manière dont le problème est traité, car aucune action efficace n'est montrée par les autorités. Nous avons des régions dans le Minas Gerais comme Itabira, Alto Rio das Velhas et Paracatu avec des barrages de résidus avec une énorme quantité de personnes à proximité. À Itabira, environ 10,000 17 personnes vivent dans la zone d'auto-sauvetage des 50 barrages de résidus de Vale et dans le haut Rio das Velhas, il y a plus de XNUMX barrages contenant des déchets toxiques qui, s'ils devaient se décomposer, contamineraient l'approvisionnement en eau des plus de deux millions de personnes dans la région métropolitaine de Belo Horizonte. Le volume de certains d'entre eux peut même détruire le fleuve São Francisco.

Nous sommes indignés et nous répudions que les solutions proposées consistent, par exemple, à former les gens à se sauver (!) Tout en permettant à l'exploitation minière de continuer à exploiter des barrages et à agrandir les complexes miniers où ces barrages sont inclus, sans parler des nouveaux permis. Nous n'acceptons pas que les solutions consistent simplement à placer des sirènes, à échapper à des panneaux de signalisation et à des points de rendez-vous, alors que le statu quo de l'exploitation minière continue comme si de rien n'était et que les entreprises minières continuent d'être autorisées en gros. Et nous avons encore ce que nous appelons le «terrorisme de barrage» qui a été utilisé pour évacuer des personnes des territoires en revendiquant des risques qui ne sont pas confirmés et justifiant toujours d'importants travaux «d'urgence» ayant de graves impacts sociaux et environnementaux, construits après le retrait des communautés, ce qui signifie qu'elles ne sont bonnes à rien, sauf pour l'expansion ou la construction de nouvelles mines dans ces régions.

D'où la nécessité de sensibiliser les gens à l'exploitation minière et de révéler la vérité sur cette activité extractive, qui est presque comme une boîte noire parce que l'industrie se protège et élabore des stratégies de marketing pour tromper la population. Une fois que la plupart de la population saura ce que nous, les environnementalistes, savons depuis des années, ce que les communautés autour de l'exploitation minière connaissent depuis des années, toutes les souffrances et tous les impacts, nous aurons créé beaucoup de pression sociale pour mettre contre le mur ces entreprises et les autorités. Parce que tout ce que nous vivons au Minas Gerais est honteux, cruel et violent.

L'article d'origine est disponible ici.

Photo de couverture: «Lac» de boue créé par Vale SA à Brumadinho (MG) en 2019. La société a tué 272 personnes, dont deux enfants à naître. Photo: Diego Baravelli - CC BY-SA 4.0

Partager ce contenu sur les médias sociaux