Un message interreligieux pour le Jour de la Terre en période de Covid 19 et d'urgence climatique - CIDSE

Un message interreligieux pour le Jour de la Terre en période de Covid 19 et d'urgence climatique

Le Jour de la Terre, la CIDSE rejoint le message interconfessionnel d'organisations confessionnelles travaillant ensemble aux conférences de la CCNUCC en réponse au report de la conférence des Nations Unies sur la climat COP26.

En tant qu'organisations et mouvements confessionnels appelant à des politiques justes et justes capables de faire face à l'urgence climatique, nous comprenons et soutenons la décision de la CCNUCC de reporter la COP26 à la lumière de la pandémie actuelle de COVID-19 qui affecte l'ensemble de l'humanité. Nous appelons néanmoins nous-mêmes et toutes les parties prenantes à ne pas retarder une action climatique ambitieuse et urgente.

Nous constatons les traumatismes, l'anxiété, la vulnérabilité et les pertes de vie dans le monde causés par la pandémie de COVID-19, en particulier parmi les communautés déjà vulnérables. Nous sommes consternés par l'augmentation des violations des droits de l'homme, notamment le racisme, l'extrême surveillance, la xénophobie, les abus de pouvoir d'urgence et la violence domestique.

Nous gardons espoir en voyant des personnes de toutes confessions et de toutes les frontières répondre à un puissant appel à la solidarité, à la gentillesse et au soutien, à ajuster nos vies pour le plus grand bien, à rechercher des solutions créatives et simples pour se soucier les unes des autres. Nous assistons également à plus de temps pour la réflexion.

Nous proclamons haut et fort que nous vivions déjà dans un état d'urgence avant COVID-19. Nous avons la responsabilité de ne pas revenir à des comportements qui, comme l'a montré la crise actuelle, laissent la grande majorité extrêmement vulnérable aux épreuves et aux souffrances après seulement quelques semaines de stagnation économique. Ici, nous voyons le rôle de la foi dans l'apprentissage de la crise COVID-19 et de plaider pour une juste récupération afin de construire un avenir plus sain où la famille humaine vit d'une manière qui respecte la nature et la Terre Mère dont nous dépendons tous.

Les choix que nous faisons maintenant façonneront notre société pendant des années et il est essentiel que les efforts de reconstruction des économies mettent la santé des gens avant le profit. Les gouvernements ont promis des sommes extraordinaires pour prévenir les catastrophes économiques à cause de cette pandémie, mais cet argent ne doit pas être utilisé pour financer la dégradation future de l'environnement. Nous ne devons pas recommencer à relancer les subventions aux combustibles fossiles et les modes de consommation malsains. Les plans pour une juste récupération du COVID-19 doivent prendre en compte les mesures nécessaires pour lutter contre le changement climatique avec une approche gérée, planifiée et équitable. Nous appelons à une reconstruction qui respecte les droits de l'homme, la santé et le bien-être des citoyens, qui sont essentiels à la stabilité et à la sécurité de tous les pays.

Nous sommes poussés par nos confessions à voir au-delà de ce moment de peur et à appeler à la solidarité, à l'action communautaire et au courage moral. Nous appelons la CCNUCC, tous les gouvernements et tous les peuples, à construire une société durable, juste et saine, résiliente en période de crises telles que COVID-19 et le changement climatique, et à agir suffisamment tôt pour éviter de plus grandes épreuves et souffrances dans le monde. futur. C'est le moment de créer ensemble une société plus saine et plus résiliente.

Voir aussi la déclaration CIDSE «La COP 26 est reportée mais l'urgence demeure »


Photo par Min An à partir de Pexels

Partager ce contenu sur les médias sociaux