La CIDSE salue l'annonce historique de la Commission européenne concernant la diligence raisonnable en matière de droits humains pour 2021 - CIDSE

La CIDSE salue l'annonce historique de la Commission européenne sur la diligence raisonnable en matière de droits humains pour 2021

La CIDSE se félicite de l'annonce historique faite par le commissaire européen à la Justice, Didier Reynders, que la législation européenne sur les droits de l'homme obligatoires et la diligence raisonnable environnementale pour les entreprises sera développée. À webinaire organisé par le groupe de travail sur la conduite responsable des affaires du Parlement européen, le commissaire Reynders s'est engagé à développer une initiative législative au début de 2021 et a déclaré que la législation sera intersectorielle et obligatoire avec «la capacité de faire respecter et de mettre en œuvre». Il s'agit d'une évolution majeure et d'un pas important au-delà des mesures volontaires qui n'ont pas réussi à garantir que les communautés sont protégées contre les violations des droits de l'homme liées aux entreprises.

Surtout, le commissaire Reynders a souligné la nécessité de sanctions: «Il est important que nous ayons la possibilité de sanctionner avec responsabilité sur le plan civil, pénal et administratif le non-respect du règlement.». Les organisations membres de la CIDSE qui travaillent avec les défenseurs des droits de l'homme et les communautés touchées par les violations des droits de l'homme dans le monde, saluent cette évolution pour offrir un accès à la justice aux victimes de violations par les entreprises et les investisseurs de l'UE.

La décision est basée sur les résultats de la récente publication étude sur les exigences de diligence raisonnable tout au long de la chaîne d'approvisionnement qui a confirmé que les mesures volontaires échouent et qu'il est urgent de prendre des mesures réglementaires au niveau de l'UE afin de protéger les travailleurs, les communautés et l'environnement contre les impacts systématiques, continus et aggravants des droits de l'homme et de l'environnement liés aux chaînes d'approvisionnement mondiales des entreprises et des institutions financières. L'étude révèle que "Seule une entreprise sur trois dans l'UE entreprend actuellement une diligence raisonnable qui prend en compte tous les droits de l'homme et les impacts environnementaux." Et seulement 16% des entreprises prennent des mesures de diligence raisonnable au-delà du niveau un. C'est cependant l'exigence des Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l'homme.

Reynders a reconnu que le La crise du COVID-19 révèle la dépendance de l'UE à l'égard des chaînes d'approvisionnement fragiles des pays tiers. «Les entreprises qui ont de meilleurs processus d'atténuation des risques dans leurs chaînes d'approvisionnement causent moins de dommages aux personnes et résistent mieux à la crise.» Le Coronavirus a également révélé de mauvaises pratiques en matière de droits de l'homme en l'absence de réglementation légale et a une fois de plus mis en évidence la fragilité des chaînes d'approvisionnement, qui a entraîné le chômage de masse des travailleurs qui peuvent le moins se le permettre en raison de l'annulation des commandes et du refus de certains les entreprises à payer pour des biens déjà produits. Cette manière injuste de mener des affaires nous rappelle clairement pourquoi une législation obligatoire en matière de droits de l'homme et de diligence raisonnable en matière d'environnement est nécessaire. La CIDSE salue également le discours du commissaire sur son intention claire de présenter cette législation dans le cadre du plan de relance COVID-19 de l'UE aux côtés du Green Deal européen, notant que «durable comprend les questions environnementales, les droits de l'homme et les questions sociales».

Les entreprises ont convenu que la diligence raisonnable «créerait une sécurité juridique et une norme harmonisée unique à la place des différentes approches dans les États membres». Les États membres qui ont actuellement une diligence raisonnable au niveau national, comme la France, et ceux qui élaborent actuellement une telle législation comme le Danemark et l'Allemagne, constateront que leurs sociétés ont désormais des règles du jeu plus équitables avec les autres sociétés de l'UE. Le ministère fédéral du Travail et des Affaires sociales d'Allemagne a affirmé son soutien à la législation de l'UE et a suggéré de se concentrer sur ce point lors de la prochaine présidence allemande.

Il s'agit d'une étape cruciale pour les droits des défenseurs des terres et de l'environnement et des communautés qui résistent aux activités des entreprises et aux investissements de l'UE. Elle devrait être complétée par la participation active de l'Union européenne aux négociations d'un instrument juridiquement contraignant sur les entreprises et les droits de l'homme aux Nations unies, qui entre cette année dans sa sixième session.

Voir aussi les éditoriaux publiés par une coalition d'ONG belges, comprenant des membres de la CIDSE, Broederlijk Delen et Entraite et Fraternité:
- "Entreprises et droits humains: ce que révèle le coronavirus" dans Le Soir; et
- "Bedrijven en mensenrechten: de lessen van de pandemie" in MO - Mondiaal Niews

Lettre conjointe de la société civile à Didier Reynders, commissaire européen à la justice, 23 June 2020

Partager ce contenu sur les médias sociaux