Déclaration de la société civile africaine sur le partenariat Afrique-Union européenne - CIDSE

Déclaration de la société civile africaine sur le partenariat Afrique-Union européenne

Cette déclaration, soutenu par CIDSE, Act Alliance-UE et des tours AEFJN a été lancé à l'occasion d'un webinaire sur le développement rural en Afrique, l'un des ateliers organisés pendant la Conférence de la société civile VENRO Afrique-Europe à Berlin le 16 octobre 2020. Les signataires appellent les décideurs européens et africains à consacrer un certain nombre d'impératifs dans le développement de la stratégie UE-UA en matière d'agriculture et de foncier.
L'appel à signatures a été prolongé jusqu'au 30 Novembre 2020 et permis de rassembler plus de 70 XNUMX signatures d'organisations de la société civile africaine et d'autres organisations internationales de soutien.

Nous, membres d'une large alliance de la société civile et des organisations confessionnelles à travers l'Afrique, saisissons cette occasion pour exprimer nos préoccupations et nos recommandations en vue du prochain sommet UE-UA. La société civile africaine a suivi les récents processus conduits par l'UE, notamment le groupe de travail 2019 pour l'Afrique rurale - Un programme Afrique-Europe pour la transformation rurale (TFRA), la conférence ministérielle sur l'agriculture de l'Union africaine et la stratégie proposée par l'UE avec l'Afrique.

La société civile africaine a participé aux consultations autour du TFRA, d'une part en accueillant largement les aspects progressistes tels que la reconnaissance du fait que l'économie rurale est le moteur de la réduction de la pauvreté, le changement d'accent vers l'agriculture familiale, l'énorme diversité de l'Afrique et le besoin conséquent de des solutions locales et l’adoption d’une approche axée sur les systèmes alimentaires. D'un autre côté, des inquiétudes ont été soulevées quant à l'incapacité de résoudre les grands problèmes auxquels l'Afrique est confrontée, principalement la capture des systèmes alimentaires par les entreprises, et les dommages que cela fait à notre environnement, nos sols, nos terres et notre eau, notre biodiversité, notre nutrition et santé.
Un an plus tard, la stratégie de l'UE 2020 avec l'Afrique semble avoir complètement perdu le contact avec cet agenda, ne parvenant pas à aborder l'agriculture et les systèmes alimentaires, mais se concentrant plutôt sur la création d'un environnement propice aux intérêts commerciaux à grande échelle du secteur privé. Alors que l'objectif déclaré est de «construire un avenir plus prospère, plus pacifique et plus durable pour tous», les cinq partenariats proposés sur l'énergie, la numérisation, les investissements étrangers, la paix et les migrations sont largement muets sur les besoins de plus de 60% des Africains. ménages qui dépendent de l'agriculture familiale et de la production alimentaire à petite échelle pour leurs moyens d'existence.

Pour lire la fin de l'instruction, cliquez sur ici.

«La terre et l'agriculture sont perçues différemment en Afrique et ne peuvent pas être traitées de la même manière qu'en Europe. Pour les 60% d'Africains qui dépendent de l'agriculture pour leur subsistance, la terre n'est ni une marchandise ni une possession individuelle; c'est un don de Dieu et de nos ancêtres.


Crédit photo: Pexels-blue-ox-studio

Partager ce contenu sur les médias sociaux