Femmes palestiniennes dans la bande de Gaza entre siège et Covid-19 - CIDSE

«Palestinian Women in the Gaza Strip between Siege and Covid-19»

Les femmes palestiniennes de la bande de Gaza vivent dans des conditions difficiles en raison de la détérioration des conditions politiques, économiques et sociales internes en raison des infractions de l'occupation en cours, de la division palestinienne et du siège imposé à la bande de Gaza. Les conditions de vie sous occupation sont exacerbées pour les femmes en raison de la culture patriarcale dominante et des lois palestiniennes qui exposent les femmes à la violence et à la discrimination.

En 2006, l'occupation israélienne a imposé un siège paralysant sur la bande de Gaza en tant que punition collective pour les civils après que le Hamas ait remporté les élections législatives, ce qui constitue une violation de tous les traités et conventions internationaux et qui est toujours en vigueur 14 ans plus tard. L’ONU et ses États Membres n’ont pas suffisamment fait pression sur Israël pour qu’il se conforme au droit international public. Le siège a coïncidé avec la division politique palestinienne entre la Cisjordanie et la bande de Gaza qui a eu lieu le 14 juin 2007.

Au cours de ce siège de 14 ans, les forces israéliennes ont également lancé trois offensives militaires sur la bande de Gaza en 2008, 2012 et 2014. Près de 4000 500 Palestiniens ont été tués, dont près de XNUMX femmes, et des milliers ont été blessés. En outre, des milliers de maisons ont été démolies et des familles ont été déplacées de force. Beaucoup de ces maisons n'ont toujours pas été reconstruites.

Deux millions de Palestiniens vivent dans 365 km2, qui a été classée comme zone inhabitable selon un rapport des Nations Unies en 2012 intitulé «Gaza en 2020… Un lieu de vie?». Plus de 80% de la population vit de l'aide humanitaire. Le taux de chômage dans la bande de Gaza a atteint 52%, dont 75% de femmes. Le taux de participation des femmes à la population active dans la bande de Gaza ne dépasse pas 20% et 21% des femmes mariées étaient mariées avant l'âge de 18 ans.

Les mauvaises conditions économiques et sociales dans la bande de Gaza constituent un environnement fertile pour les taux croissants de violence sexiste contre les filles et les femmes dans la société palestinienne. Les résultats de l'enquête sur la violence de 2019 ont indiqué que près d'un tiers des femmes palestiniennes sont victimes de violence, dont 38% dans la bande de Gaza. De plus, 16 femmes ont été tuées cette année, de janvier à octobre, pour diverses raisons, dont les soi-disant «crimes d'honneur». Le siège israélien et la fermeture des points de passage ont empêché des centaines de femmes de voyager pour terminer leurs études et recevoir un traitement à l’étranger, en particulier des cancéreuses.

La pandémie a aggravé la situation des femmes dans la bande de Gaza, car les femmes sont toujours plus accablées lors des crises sociales. Le virus s'est propagé dans la bande de Gaza invivable dans un système de santé délabré en raison du manque d'appareils, d'équipements et de médicaments.

L'État de Palestine a déclaré l'état d'urgence le XNUMX mars et le gouvernement de facto de Gaza a pris une série de mesures de précaution pour limiter la propagation du virus. Cependant, la plupart des interventions n'ont pas abordé la réalité sociale, dont le problème le plus grave est la violence sexiste, malgré les taux élevés de violence pendant la pandémie. Dans la bande de Gaza, des comités d'urgence ont été formés sans réelle participation des organisations de la société civile et sans présence de femmes.

Les restrictions de mouvement ont affecté la situation économique des femmes et de leurs familles. De nombreuses femmes ont perdu leur emploi, en particulier les titulaires de contrats à temps partiel, les travailleurs journaliers et les travailleurs de la maternelle. 98% des petites entreprises dirigées par des femmes dans la bande de Gaza ont interrompu leurs activités et les femmes entrepreneurs sont confrontées à un véritable dilemme, en particulier celles qui sont les soutiens de leur famille (Source: étude du Women's Affairs Center sur l'impact du coronavirus sur les petites entreprises dans la bande de Gaza).

La pandémie a aggravé les inégalités dans la répartition des rôles entre les sexes, car elle a accru les charges domestiques et les tâches de soins non rémunérées des femmes. Les femmes s'occupent des enfants, des personnes âgées, des malades, des personnes handicapées et d'autres personnes qui ont besoin de soins et d'attention au sein de la famille. Ils sont également responsables de l'éducation de leurs enfants, en particulier lorsque les écoles et divers établissements d'enseignement sont fermés. Les femmes sont également chargées de prendre soin des personnes infectées par le coronavirus mises en quarantaine à domicile, ce qui augmente leur risque d'infection.

Plus de 50% des familles palestiniennes souffrent d'insécurité alimentaire et de malnutrition. Avec moins ou pas de revenus dans les familles, les femmes et les filles sont les premières touchées car les familles réduisent leur consommation et leur qualité alimentaires. La détérioration de la situation économique et de la sécurité alimentaire provoque également des tensions familiales qui dégénèrent en violence.

La pandémie a augmenté l'incidence de la violence sexiste sous toutes ses formes et types. Une étude menée par le Women's Affairs Center a révélé que 84% des femmes ont déclaré avoir été soumises à plus de violence qu'avant la pandémie, sans parler de la stigmatisation sociale et des brimades subies par les femmes infectées par le virus.

La fermeture des tribunaux civiques et de la charia a entravé le cours de la justice et a empêché les femmes victimes de violence sexiste d'accéder à leurs droits, en particulier leur droit de garde, de voir des enfants, de pension alimentaire, etc.

Un grand nombre de femmes qui nous ont contactés pendant la pandémie souffrent de dépression, d'anxiété, de nervosité excessive, de peur intense, d'obsession du suivi des nouvelles et d'autres troubles psychologiques et mentaux.

Les femmes, en particulier les femmes handicapées [visuelles], ont moins accès à l'infrastructure numérique, et ont donc moins accès aux informations cruciales concernant la pandémie, y compris les services de santé et de santé reproductive, et même le traitement du COVID-19. ré

Pour les Palestiniennes, le cercle cauchemardesque de violence, de maladie et de privation se poursuit sous une occupation apparemment sans fin



À propos de l'auteur: Amal Syam est une militante et une défenseure des droits humains des femmes et de l'égalité des sexes, une formatrice en genre et une chercheuse de Gaza, en Palestine. Elle a occupé le poste de directrice de Centre des affaires des femmes (WAC) depuis 2009.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange