Équité et solidarité pour l'accès aux vaccins Covid-19 - CIDSE

Équité et solidarité pour l'accès aux vaccins Covid-19

Selon les membres de la CIDSE une distribution équitable des vaccins est une question de justice et de solidarité dans l'esprit Fratelli Tutti 

Alors que la pandémie Covid-19 est encore loin d'être terminée, les vaccins représentent la lumière au bout du tunnel et un espoir concret de mettre fin à la crise.  

Pendant la pandémies, nous avons appris que nous formons une seule famille humaine et que nous devons travailler ensemble pour surmonter cette crise; nous sommes tous interdépendant et vulnérable. Cependant, la distribution des vaccins suit une logique différente et les pays les plus riches sont les premiers en ligne.  

Des études montrent que 13% de la population mondiale a obtenu environ la moitié des vaccins Covid. En revanche, on s'attend à ce que dans presque 70 pays pauvres seuls dix pour cent de la population peuvent être vaccinés en 2021. 

Beaucoup se sont déjà prononcés en faveur d'une distribution mondiale qui dépasse les intérêts nationaux. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) pays exhortés se battre pour l'approvisionnement en vaccins pour réfléchir à la situation des agents de santé dans les pays moins développés. Le Vatican a publié un déclaration de «rappeler aux dirigeants mondiaux que les vaccins doivent être fournis à tous de manière juste et équitable, prioriser ceux qui en ont le plus besoin. »  

Les membres de la CIDSE travaillent avec des partenaires du monde entier qui ont vu les effets de la crise sanitaire mondiale sur les plus vulnérables. Dans de nombreux pays, la pandémie a entraîné un arrêt du travail, de la production et de l’accès à la nourriture et aux médicaments en raison de la fermeture des frontières. Étant donné que la majorité des habitants des pays vulnérables travaillent dans l'économie informelle, les conséquences comprennent le licenciement immédiat, la perte de revenus et de moyens d'existence. De plus, dans cette situation, plus nous nous disputons pour savoir qui recevra le vaccin, plus la pandémie continuera de menacer la vie et les moyens de subsistance des plus vulnérables du monde entier. 

KOO, Autriche, Faits saillants comment le manque d'accès au vaccin aggravera dramatiquement les inégalités mondiales à long terme. Les vaccins doivent donc être disponibles pour les agents de santé et les personnes à risque dans le monde. Nous pouvons nous inspirer de Fratelli Tutti pour lutter contre la pandémie, dans laquelle le Pape François exhorte la politique et les affaires à se concentrer sur la bien commun et solidarité. «La solidarité signifie bien plus que de se livrer à des actes sporadiques de générosité. Cela signifie penser et agir en termes de communauté. Cela signifie que la vie de tous est antérieure à l'appropriation des biens par quelques-uns. Cela signifie aussi lutter contre les causes structurelles de la pauvreté, des inégalités, du manque de travail, de terre et de logement, du déni des droits sociaux et du travail »Fratelli Tutti, 116. 

Broederlijk Delen, Belgique, soutient la campagne "Pandémie à but non lucratif», Une initiative citoyenne européenne visant à garantir que la Commission européenne fasse tout ce qui est en son pouvoir pour faire des vaccins et traitements anti-pandémiques un bien public mondial, librement accessible à tous. 

Pirmin Spiegel, Directeur général de Misereor (membre allemand de la CIDSE), souligne qu'il y a un besoin urgent de COVAX initiative de l'OMS visant à bénéficier d'un soutien financier de manière à ce que les vaccinations à l'échelle nationale puissent également être lancées rapidement dans les pays à taux de pauvreté élevé. Il plaide également pour une suspension temporaire des brevets sur les vaccins afin qu'ils puissent être produits et achetés en temps opportun.  

Selon FOCSIV, (Membre italien de la CIDSE), qui a lancé un appel avec Caritas italiana, la priorité au vaccin doit être donnée aux pauvres. Ils soutiennent que l'impact du virus produit des conséquences sanitaires, psychologiques, sociales, économiques et politiques, malheureusement amplifiées pour la plupart des groupes sociaux fragiles et les pays pauvres. 

Caoimhe De Barra, directeur général de Trócaire (membre irlandais de la CIDSE), souligne que de nombreux pays parmi les plus pauvres du monde ne seront pas en mesure de déployer un vaccin auprès de leur population générale avant 2022 ou même 2023. Malgré les efforts de l'initiative mondiale COVAX, les pays plus riches ont les ressources nécessaires pour conclure des accords bilatéraux avec les sociétés pharmaceutiques et ils feront vacciner leurs populations en premier, laissant les pays les plus pauvres en bas de la file d'attente. Elle explique que Tróocaire travaille en Somalie depuis plus de 30 ans et est le seul fournisseur de soins de santé du district de Gedo. Ici, ils ne prévoient pas de recevoir de vaccins, même pas pour les médecins, les infirmières et les sages-femmes, jusqu'à l'année prochaine.  

Aux Pays-Bas, Vastenactie, (l'un des membres néerlandais de la CIDSE) nous rappelle que si nous pouvons compter pour que les Pays-Bas soient vaccinés en toute sécurité dans quelques mois, nous ne devons pas fermer les yeux sur ce qui se passe dans le reste du monde. S'il y a une chose que Corona nous a enseignée, c'est que nous sommes tous connectés et dépendants les uns des autres et, en fin de compte, si nous nous détournons maintenant, le projet de loi nous sera présenté plus tard.  

Maryknoll (membre américain de la CIDSE) en cours aux États-Unis pour rejoindre l’initiative COVAX. La majorité des pays à revenu faible et intermédiaire recevront le vaccin via GAVI Engagement de marché avancé de COVAX (AMC), un plan mondial pour garantir un accès juste et équitable aux vaccins, auquel l'administration Trump a refusé de se joindre, en partie en raison de son lien avec l'OMS. Le président élu Joe Biden ne s'est pas officiellement engagé à rejoindre COVAX, mais son équipe aurait rencontré ceux qui dirigent l'effort.  

Manos Unidas (Le membre espagnol de la CIDSE) signale que le manque d'accès aux vaccins contre Covid-19 pourrait devenir une autre source de discrimination et d'injustice pour des millions de personnes.  

Ils rappellent les paroles du Pape: «Je renouvelle l'appel aux décideurs politiques et au secteur privé pour qu'ils prennent les mesures appropriées pour garantir l'accès aux vaccins contre Covid-19 et aux technologies essentielles nécessaires pour soigner les malades.» «Face à un défi qui ne connaît pas de frontières, aucune barrière ne peut être érigée. Nous sommes tous dans le même bateau. » 

Photo: Flickr.com/Province de la Colombie-Britannique

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange