Le mouvement des jeunes pour le climat continue de croître malgré la pandémie - CIDSE

Le mouvement des jeunes pour le climat continue de croître malgré la pandémie

A l'occasion du Jour de la Terre, célébré chaque année le 22 avril, nous publions un entretien avec un jeune militant pour le climat Adélaïde Charlier De Belgique. 

Photo : Adélaïde Charlier.

Chaque année, nous célébrons Le jour de la Terre en repensant la façon dont nous vivons sur cette planète et, espérons-le, commencer à être conscients et actifs dans la défense de notre maison commune. Cette journée marque une occasion spéciale de nous inspirer et de continuer à appeler au changement systémique nécessaire pour poursuivre une transition écologique radicale. Alors que le président Biden convoque un Sommet des leaders climatiques, nous voulons souligner le rôle crucial du multilatéralisme et de la coopération pour atteindre les objectifs de l'Accord de Paris, pour relever véritablement les principaux défis de notre époque; que ce sommet soit l'occasion pour les gouvernements de prendre au sérieux leur engagement et leur leadership et de passer de la parole aux actes et avec une grande attention pour protéger les droits de l'homme et la dégradation de l'environnement dans les régions les plus vulnérables du globe. 

Une vision profonde de la transformation et d'une relation renouvelée avec la nature est déjà de plus en plus familière aux jeunes générations au fil des ans. En 2018 et en signe de rébellion, Greta Thunberg a cessé d'aller à l'école pour exiger une action climatique de ses dirigeants dans les rues de Suède. Près de trois ans plus tard, la même vision qui a habilité Greta continue d'inspirer d'autres étudiants à commencer à exprimer leurs préoccupations et leurs revendications par le biais de l'activisme. 

Jeunesse pour le climat est l'un des mouvements qui a émergé pour consolider cet appel à l'action, avec un message clair et direct, comme ils l'expliquent: «Les politiques climatiques actuelles ne sont pas assez ambitieuses, ni au niveau local, ni au niveau national, ni au niveau international. Youth for Climate veut envoyer un signal apolitique clair que des mesures concrètes doivent être prises maintenant ». Adélaïde Charlier, née en Belgique, est l'un de ses co-fondateurs.  

Après une interruption obligatoire en raison des restrictions pandémiques, Youth for Climate a repris certaines de ses activités et se prépare beaucoup plus pour l'avenir. La CIDSE lui a parlé de son militantisme, de l'importance de l'inclusion sociale au sein du mouvement climatique et de ses attentes pour le futur proche. 

Qu'est-ce qui vous a poussé à devenir activiste? 

Pour moi, cela s'est passé à la COP 24, alors que la Belgique n'était pas l'un des pays les plus ambitieux et qu'elle aurait dû l'être, comme l'un des pays les plus confortables au monde. Deux jours avant cette COP, nous étions des centaines de milliers de personnes dans les rues de Bruxelles, y compris moi-même et certains de mes amis. À ce moment-là, j'ai réalisé un énorme écart entre ce qui était demandé par les citoyens et les experts, et ce qui se passait réellement au niveau politique. C'est là que j'ai réalisé que nous pouvions passer à l'étape suivante. Et donc, j'ai commencé à faire de la désobéissance civile, ce qui signifie sauter l'école et ce que je n'avais jamais envisagé de faire auparavant, je me suis dit «il faut aller plus loin», et j'ai pu le faire uniquement parce que je sentais que je n'étais pas le seul celui qui voulait le faire.   

Comment répandez-vous cet esprit? 

Je pense que la première chose à faire est d'en parler. Parlez-en dans votre groupe familial, dans votre groupe d'amis ou même à l'école, car ce sont aussi des endroits où - avant le mouvement des citoyens - il n'était pas courant d'en parler, mais maintenant c'est comme un vrai sujet que vous pouvez aborder. Si ça commence avec vous, ça va se répandre. Je ne vais pas avoir en tête «Oh je vais convaincre tout le monde», parce que tout le monde ne sera pas militant, mais il y a tellement de façons d'être inclus dans la transition, d'être inclus dans ce mouvement sans avoir être dans les rues. Il y a tellement de façons d'être actif. 

Comment c'était pour le mouvement pendant la pandémie? 

En Belgique, on voit bien qu'il y a effectivement une «dépression» juvénile qui monte, ce qui est un vrai problème, mais pourquoi? c'est parce que les jeunes ne sont pas engagés à l'école. Mais nous sommes ici, prêts à nous engager. Nous voulons faire partie des discussions; nous voulons faire partie de ce qui se passe dans la société. On nous a toujours dit que nous étions une génération derrière nos ordinateurs portables, que nous voulions juste regarder des films et se détendre, mais en fait maintenant, cela montre que cela fait un an que les jeunes n'ont pas fait ça (School Strikes for the Climate) et qu'ils sont vraiment fatigués, ils veulent juste sortir et s'engager.  

Comment percevez-vous l'inclusivité du mouvement des jeunes pour le climat en Belgique à partir de votre expérience mondiale? 

«Inclusivité» est un mot clé pour un mouvement. C'est quelque chose avec lequel nous luttons encore parce que ce n'est pas facile, mais c'est quelque chose que notre mouvement prend vraiment à cœur et c'est le centre de notre attention en ce moment. Nous croyons fermement que si nous voulons que ce changement se produise dans le monde, nous devons également le faire dans notre mouvement. Nous essayons d'apprendre beaucoup, nous essayons d'être aussi inclusifs que possible au niveau international et nous apprenons tellement. 

Qu'attendez-vous de 2021? Que pensez-vous de la décennie à venir? 

Il est difficile de s'attendre à des choses depuis que Corona est arrivé. Ce que j'attends de cette décennie, c'est une mobilisation plus forte des citoyens, et par mobilisation, je ne parle pas uniquement des ONG et des mouvements. J'espère vraiment voir un système politique qui s'ouvre vraiment à une démocratie plus participative, où l'on peut voir les citoyens s'impliquer dans les décisions qui sont prises, où l'on ne fait pas appel aux citoyens seulement tous les 4, 5 ou 6 ans quand ils doivent voter, mais où ils peuvent effectivement être présents lorsque des décisions sont prises. 

Et pour 2021, je ne peux qu'espérer des actions fortes des citoyens et des mobilisations. Nous avons hâte que Corona s'en aille. Au début, je pensais que nous le ferions, mais aujourd'hui, si nous continuons à attendre, nous allons nous endormir, donc nous devons commencer maintenant, nous devons trouver des moyens différents. Certaines personnes accepteraient d'enfreindre les règles; d'autres ne le feront pas, et c'est tout à fait correct, mais nous devons rester éveillés, et nous devons également tenir les médias responsables de la diffusion d'informations sur d'autres thèmes que corona. 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange