Opportunités critiques en 2021 pour créer le changement: appelle à une voie intégrale - CIDSE

Opportunités critiques en 2021 pour créer le changement : appelle à une voie intégrale

Photo Photo des Nations Unies.

Le Semaine Laudato Si, commémoré chaque année en l'honneur de l'encyclique du Pape François sur l'écologie intégrale, partage une vision d'un monde plus durable et plus juste. Dans ce cadre, la CIDSE, le Dicastère pour la promotion du développement humain intégral, le Mouvement catholique mondial pour le climat et CAFOD ont organisé le webinaire: «Opportunités critiques en 2021 pour créer le changement : appelle à une voie intégrale», Dans le but de mettre en évidence les opportunités politiques importantes en 2021 pour créer le changement. 

Grâce aux témoignages des trois panélistes, les participants ont pu entendre de première main les demandes de ceux qui subissent les effets de la crise climatique et la menace pour la biodiversité.  

Ditebogo Lébéa activiste climatique et YOuth Programmes Associé (Associate), Institut sud-africain des affaires internationaless 

L'Afrique est l'une des régions qui vivent les effets dramatiques de la crise climatique. L'augmentation des températures et du niveau de la mer, l'évolution des précipitations et des conditions météorologiques plus extrêmes sont quelques-uns de ses symptômes, qui font un lourd tribut aux populations. Selon les Nations Unies, ces phénomènes météorologiques menacent directement la santé et la sécurité humaines, la sécurité alimentaire et hydrique et le développement socio-économique.  

Ditebogo fait partie de la jeune génération qui a connu la crise climatique, car avec sa famille, elle a subi des crues soudaines et des sécheresses. « En tant que jeune, je crois que la justice climatique est la justice sociale. La justice climatique est intersectionnelle ; des problèmes sociaux tels que le chômage, les inégalités, l'accès à l'électricité, la criminalité, la violence sexiste et bien d'autres encore tourmentent notre société », a-t-elle déclaré lors de sa présentation.  

Ces inégalités dans des sociétés comme celle dans laquelle vit Ditebogo se sont aggravées une fois que la pandémie COVID-19 a frappé: «La pandémie mondiale nous a ouvert les yeux sur l'injustice sociale et les effets néfastes du changement climatique sur les communautés vulnérables. Cela nous a présenté l'occasion idéale de corriger également, de changer le système en place et de nous permettre de faire face de manière adéquate à la crise climatique de manière à garantir qu'aucun pays ne soit laissé pour compte et que chacun trouve sa voie dans cette voie ». En faisons-nous assez pour sauver la planète ? Ditebogo a lancé un défi aux participants et à toutes les parties prenantes dans le monde. Chacun doit faire sa part et il n'y a pas de temps pour regarder. 

Fr. Augusto Zampini, Secrétaire adjointDicastère pour la promotion du développement humain intégral/Vatican 

Pendant dix jours, le Vatican avec plusieurs partenaires a célébré les progrès accomplis par les catholiques pour donner vie à Laudato Si 'et inspirer les fidèles avant la Conférence des Nations Unies sur la biodiversité (COP15), le 26th Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26) et la décennie à venir. Ce webinaire a également été l'occasion de souligner comment Laudato Si' a inspiré des messages catholiques autour de ces processus soulignant que la crise climatique et la perte en spirale de la biodiversité sont une seule et même crise induite par l'homme. Avec ce panel en ligne, les organisateurs visaient à fournir une plate-forme permettant aux représentants de la jeunesse mondiale et des communautés autochtones de se faire entendre et de guider notre écoute du «cri de la terre et du cri des pauvres» comme un seul cri. 

Augusto Zampini a souligné la nécessité de revenir à nos racines afin de promouvoir le changement que nous voulons voir sur notre planète: «Nous devons voir quelle est la mentalité de la racine et des racines que nous avons dans toutes ces crises. Tout d'abord, la mentalité extractiviste, que l'on extrait de la terre, que l'on extrait des gens, que l'on extrait des autres, sans être liés à eux et qui crée un énorme problème, non seulement environnementalement parlant, mais socialement parlant ». 

Il a enfin réfléchi aux premiers pas que nous devons faire pour y parvenir: «Nous devons d'abord aimer, et donc si nous aimons, nous écoutons le cri de ceux qui sont aimés». 

Joseph Gregorio Diaz Mirabal, Coordonnateur, Congrès des Autochtones Organisations du bassin amazonien (COICA)   

L'un des messages du webinaire est que dans les accords et actions sur le climat et la biodiversité aux niveaux mondial, national et local, les droits des peuples autochtones et des communautés locales doivent être respectés, protégés et promus, grâce à leur participation active à la prise de décision, en particulier lorsqu'il est lié à la sécurité des terres. José Gregorio a souligné l'importance des connaissances ancestrales et le rôle crucial que jouent les communautés autochtones dans la protection de la biodiversité dans le monde. « Nous avons d'excellentes solutions mais elles ne sont pas entendues. 80% de la biodiversité et 30% des territoires les mieux conservés se trouvent dans des territoires autochtones, mais quelle est la réponse des gouvernements et des entreprises? Déforestation, pesticides, élevage excessif, et cela va à l'encontre de notre vision de la conservation. Il y a encore 400 milliards d'arbres vivants dans le bassin amazonien et nous sommes 3 millions d'autochtones qui sont vivants malgré la pandémie, les meurtres et la violence en Amazonie ». 

Avant la COP 26, la société civile appelle à une augmentation urgente de l'ambition et de l'action à court terme dans les CDN afin de se mettre sur la bonne voie pour limiter le réchauffement climatique à 1.5 degré Celsius. Pendant ce temps, lors de la COP 15 de la Convention pour la diversité biologique, nous devons voir l'adoption d'un nouvel accord mondial ambitieux et équitable pour garantir qu'il n'y aura plus de perte de biodiversité, protéger ce qui est intact, restaurer et gérer durablement toutes les terres et toutes les eaux. .  

«Notre message du bassin amazonien est qu'il n'est pas possible de vivre sans forêt, sans nature, sans arbres, sans eau. Il n'y a pas de vie. Il est incroyable que le commerce mondial et les entreprises transnationales continuent de brûler et de déboiser la forêt amazonienne alors que l’économie mondiale dépend des écosystèmes, mais nous ne le comprenons pas. Nous voulons lancer un appel à toutes les religions du monde: unissons-nous pour faire revivre, combattre et sauver la vie de la planète », a rappelé José Gregorio.  

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange