Le rôle des femmes dans l'Église : quelques réflexions sur les évolutions récentes – CIDSE

Le rôle des femmes dans l'Église: quelques réflexions sur les développements récents

Une étape importante ou une petite goutte dans l'océan ?

En février, le Pape François a nommé sœur Nathalie Becquart (membre des Sœurs Xavière, Missionnaires de Jésus-Christ en France) comme l'une des deux sous-secrétaires du Secrétariat général du Synode des évêques. La nomination a été qualifiée par beaucoup d'"historique". C'était pas la première fois, que le pape François a pris des mesures pour élever le rôle des femmes dans l'Église. Cependant, ce poste spécifique de sous-secrétaire n'avait jamais été occupé par une femme et il donne à Sœur Becquart le droit de vote dans un organe qui conseille le Pape sur des questions cruciales prises par l'Église catholique.

Ces changements sont-ils le début d'une tendance vers plus d'égalité des sexes au sein de l'Église ? Ou sont-ils plutôt une (trop) petite goutte dans l'océan ? Pour réfléchir à ces développements, nous avons demandé à trois femmes proches de la CIDSE de partager, chacune de leur propre point de vue, sur ce que cela et d'autres mesures récentes pourraient signifier pour la dignité et les droits des femmes dans l'Église catholique.

Sœur Anne Béatrice Faye est sœur de la Congrégation des Sœurs de Notre-Dame de l'Immaculée Conception de Castres et a participé au Synode des évêques pour la région panamazonienne en 2019 ; Susan Gunn est le directeur de Maryknoll (membre de la CIDSE aux États-Unis); Sandra Lasak est un théologien catholique travaillant comme conseiller théologique pour Misereor (membre de la CIDSE en Allemagne).

Qu'avez-vous ressenti en apprenant pour la première fois la nouvelle de la nomination de sœur Becquart ?

Sœur Anne Beatrice: « J'ai ressenti de la surprise, de l'émotion et de la fierté quand j'ai appris qu'elle avait été nommée. Je sens que ce choix du Pape démontre un réel changement dans le lieu de prise de décision au sein de l'Église; les mentalités évoluent dans le sens où la question de la place de la femme dans l'Église n'est pas seulement portée par les femmes mais atteint désormais toute l'Église. En mettant l'accent sur le discernement commun, le Pape François fait un geste concret et prophétique, qui n'est cependant pas isolé dans la Curie romaine.

Susan Gunn a également été ravie lorsqu'elle a appris la nouvelle: «Impliquer une femme dans la prise de décisions sur les sujets et les personnes à inclure dans les réunions me semble logique, appropriée - comme cela devrait être. Plus de la moitié des 1.3 milliard de catholiques dans le monde sont des femmes et le nombre de membres des ordres religieux féminins est environ trois fois plus important que celui des ordres masculins.

Cependant, avec la fierté et l'excitation sont également venus d'autres sentiments.

Susan Gunn : « Il n'a fallu qu'un battement de cœur pour qu'une seconde émotion me rattrape – l'embarras. Maintenant, la presse écrira une fois de plus des choses sur le rôle des femmes dans l'Église catholique comme "Qu'est-ce qui a pris si longtemps?" et « le changement est-il enfin à portée de main ? » La vérité est que je ne sais pas ce qui a pris autant de temps pour que ce rendez-vous se produise et je ne sais pas si le changement est à portée de main. En tant que femme catholique de longue date aux États-Unis, je me suis habituée à me détourner de la réalité de la prépondérance des hommes dans les rôles de leadership dans l'Église et à concentrer mon temps et mon attention sur ce que j'appelle la foi en action, vivre les béatitudes . Comme le pape François l'a dit au peuple lors de sa visite en Irak en mars, vivre les béatitudes peut changer le monde. Les béatitudes ne sont pas un appel à un moment d'héroïsme mais à imiter Jésus chaque jour, a déclaré le pape François. « C'est ainsi que le monde est changé : non par le pouvoir et la puissance, mais par les béatitudes. »

Sandra Lasak: «La nouvelle que sœur Nathalie Becquart a été élue première femme à recevoir le droit de vote au Synode des évêques semblait être un signe de la volonté de mettre en œuvre les réformes indispensables au sein de l'Église catholique. Mais à y regarder de plus près, il devient clair que ni la nomination de femmes à certains postes ni l'admission de femmes aux ministères laïcs de lecteur et d'acolyte ne sont de véritables changements structurels et systémiques.

En effet, le pape François a publié en janvier une lettre apostolique modifiant le Code de droit canonique afin que les femmes puissent désormais être formellement instituées aux ministères laïcs de lectrice et d'acolyte. Est-ce une reconnaissance officielle et formelle significative de quelque manière que ce soit ?

Susan Gunn : "Cette reconnaissance formelle est significative pour moi car je suis mère de trois filles. Lorsque mon mari et moi cherchions un endroit où vivre près de Washington, DC au début des années 2000, nous avons choisi de ne pas vivre dans le diocèse d'Arlington, juste au sud de la ville, car les filles et les femmes n'étaient pas autorisées à servir d'autel. L'évêque a décidé de mettre fin à cette restriction en 2006, a-t-il dit, pour permettre aux catholiques de « participer plus respectueusement, plus activement, plus pleinement à la messe ».

Que pourraient signifier les nominations récentes pour la dignité et les droits des femmes dans l'église à l'avenir ?

Sœur Anne Béatrice: « De plus en plus conscientes de leur dignité et de leur leadership spécifique, les femmes sont de moins en moins disposées à être perçues comme un instrument. Ils exigent d'être traités comme des personnes, à la fois dans la société et dans l'Église. Mon espoir est que cette nomination ouvre d'autres portes pour les femmes dans l'Église catholique et lève l'ambiguïté de leur possibilité d'exercer ou non un ministère ecclésial et de partager les pouvoirs de décision dans le travail de la mission. En adhérant aux conseils épiscopaux et à certains ordres mineurs, ils peuvent aider l'Église à rendre sa mission plus transparente. Avec leur dévouement, leur don de soi, leur accueil, leur écoute des plus pauvres, leur voix se fait plus amplement entendre. Comme le souligne le Pape François, «nous ne pouvons pas comprendre une Église sans femmes, sans ces femmes actives dans l'Église, avec leur profil, qui font bouger les choses…». Leurs voix sont nécessaires sur les questions environnementales, la paix, la réconciliation et la justice ».

Sandra Lassak : « Pour moi, ce sont plutôt des feuilles de figuier ou de petites consolations pastorales pour ces femmes encore engagées dans l'église et les paroisses. Même si le début du pontificat du pape François a apporté un sentiment d'espoir et de nouveaux commencements pour l'Église, cela a été plutôt désillusionné. Ni dans les questions d'une morale sexuelle rigide et contrôlante, ni en ce qui concerne la discrimination structurelle fondée sur le sexe, rien de considérable ne s'est produit. Ce qui reste aux femmes catholiques, c'est d'élever la voix haut et fort, de s'organiser ensemble et de créer de manière créative et autodéterminée leurs propres espaces communautaires d'être et de vivre dans l'église au-delà des structures de pouvoir patriarcales sacralisées - car elles font partie de la église eux-mêmes.

Susan Gunn : « Permettre aux femmes de participer plus pleinement à la messe et à la prise de décision n'est pas seulement bon pour elles, mais bon pour tous. Comme l'a déclaré la femme autochtone Lilla Watson lors de la Conférence de la Décennie des Nations Unies pour la femme à Nairobi en 1985 : « Si vous êtes venue ici pour m'aider, vous perdez votre temps, mais si vous êtes venue parce que votre libération est liée à la mienne, alors laissez-nous travailler ensemble."

Image : Synode sur l'Amazonie, 2019 ©CIDSE

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange