Les effets des acquisitions foncières à grande échelle en Afrique – CIDSE

Les effets des acquisitions foncières à grande échelle en Afrique

Une nouvelle étude de Misereor (membre de la CIDSE en Allemagne) soulève des questions essentielles autour des acquisitions foncières massives et de leurs conséquences sur les populations locales.  

La demande de produits agricoles augmente. Cette tendance se poursuivra pendant au moins quelques décennies en raison de la croissance démographique, de la consommation accrue de viande et d'autres produits d'origine animale et de la demande croissante de biocarburants. La production de matières premières agricoles nécessite des terres fertiles, dont la disponibilité est cependant globalement limitée.  

La demande de terres fertiles a incité les investisseurs internationaux à acquisitions foncières à grande échelle (LSLA). L'Afrique est de loin le continent le plus ciblé à cet égard puisque 37% du nombre mondial de transactions et 34% des terres acquises dans le monde à des fins agricoles se produisent sur le continent. 

Ce nouveau rapport de Misereor montre que les LSLA pourraient ne pas être plus performantes que agriculture à petite échelle malgré d'importantes dotations en capital. Ceux qui cultivent leurs lopins de terre en agriculture de subsistance en utilisant des méthodes à forte intensité de main-d'œuvre et ne dépendent pas uniquement des monocultures obtiennent généralement des rendements à l'hectare plus élevés. Malgré une plus grande efficacité du capital et de la main-d'œuvre, les grandes exploitations obtiennent une production plus faible par hectare.  

Les promoteurs considèrent la LSLA comme une opportunité de développement. Mais si les LSLA peuvent avoir un impact positif sur la création d'infrastructures, l'emploi et les effets d'entraînement restent limités. D'un autre côté, les impacts négatifs sont désastreux et comprennent les perte d'accès à la terre et une importante décharge de main-d'œuvre. Conséquences sociales se produisent souvent, notamment en raison de la perte d'accès à la terre et aux ressources naturelles. En outre, le rapport montre que les effets négatifs affectent de manière disproportionnée les groupes déjà marginalisés, entraînant souvent une différenciation sociale plus large qu'auparavant.  

Que les ATGE produisent des conséquences principalement positives ou négatives pour les communautés locales dépend fortement de conditions d'investissement. Les aspects cruciaux incluent le respect des droits fonciers des communautés locales, y compris les droits relatifs aux terres communes, une vérification de la viabilité du projet basée sur des informations locales et des modèles commerciaux mettant l'accent sur la participation des habitants.   

Les données montrent également qu'une grande partie de la récolte des exploitations de plus de 200 hectares est exportée. En revanche, les petits exploitants produisent des légumes, des fruits et des céréales sur leur superficie généralement inférieure à deux hectares, principalement pour leur consommation et le marché local. « Le passage des systèmes de petits exploitants à la production industrielle est généralement associé à un baisse de la production alimentaire dans la région », explique l'agronome Markus Wolter de Misereor, qui a supervisé l'étude. 

Enfin, l'étude montre que seulement 11% des terres achetées en Afrique sont cultivées. « Les petits exploitants perdent leurs champs au profit d'investisseurs, sont parfois même expulsés, puis une grande partie des terres n'est plus utilisée pour l'agriculture », explique Markus Wolter. Les raisons de cela pourraient être spéculation avec le sol et l'eau, mais aussi un manque d'information sur le potentiel de rendement de la terre ou des problèmes d'importation de moyens de production. 

Vous pouvez lire l'étude complète pour un aperçu plus approfondi et pour accéder aux recommandations politiques.  

Photo : Projet d'irrigation au Mozambique © Save the Children

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange