Réflexions sur les systèmes alimentaires et la justice – CIDSE

Réflexions sur les systèmes alimentaires et la justice

Entretien avec Josianne Gauthier, secrétaire générale de la CIDSE 

Les systèmes alimentaires des Nations Unies pré-sommet aura lieu la semaine prochaine (26-28 juillet). Ce sera un rassemblement important pour donner le ton avant l'événement mondial de septembre, qui visera à « lancer de nouvelles actions audacieuses pour faire progresser les 17 objectifs de développement durable, dont chacun repose dans une certaine mesure sur des objectifs plus sains, plus durables et plus équitables. systèmes alimentaires ». 

Toutefois, des centaines d'organisations de base s'opposent au Sommet des systèmes alimentaires l'accusant d'être influencé de manière disproportionnée par des acteurs commerciaux, et manque de transparence et de mécanismes de responsabilité. La CIDSE soutient cette position. A cette occasion, sa secrétaire générale, Josianne Gauthier partage quelques réflexions sur les systèmes alimentaires et la justice. Son interview fera également partie d'un rassemblement virtuel mondial [#FoodSystems4People"] avec des producteurs alimentaires à petite échelle et des voix populaires organisé par le Mécanisme de la société civile et des peuples autochtones pour les relations avec le Comité des Nations Unies sur la sécurité alimentaire mondiale (CSM).  

Vous pouvez voir l'intégralité de l'interview ici et lire la transcription :

Entrevue avec Josianne Gauthier

Quel serait un bon système alimentaire pour vous ?   

Le système alimentaire actuel, malheureusement, est considéré comme une entreprise. La nourriture est considérée comme une marchandise, comme un objet à but lucratif, une marchandise, et c'est le défaut fondamental du système alimentaire car il ne peut pas garantir que la nourriture est garantie et considérée comme un droit. Toute la logique doit changer, les systèmes alimentaires devraient être fondés sur la justice et se concentrer sur les personnes et non sur les marchés. Pour que cela se produise, la justice sociale dans son ensemble doit être intégrée dans le système alimentaire, ainsi que la justice climatique, la justice intergénérationnelle, l'égalité des sexes, l'égalité raciale. Ces éléments garantiraient que la voix des gens passe avant tout et que la planète soit respectée.   

Quel est le rôle des entreprises dans la transformation des systèmes alimentaires ? 

Le système alimentaire actuel est en grande partie géré par des entreprises, et les intérêts privés ont tendance à passer avant le bien commun. C'est déjà un défaut fondamental et un défi. Les entreprises seront toujours présentes, elles font partie de notre modèle économique, de notre système économique ; nous sommes dans cette relation avec eux. Cependant, ils ne devraient pas avoir le dernier mot sur l'endroit où la nourriture doit aller, comment elle est cultivée, par qui est cultivée, où elle va, comment elle est distribuée. Il devrait y avoir une plus grande participation, créant un espace pour les gens, pour que les communautés aient une voix dans le système alimentaire. Ce serait important pour contrer une partie de la capture des entreprises. Un autre élément est d'avoir des instruments pour surveiller les violations des droits humains qui se produisent au niveau de l'entreprise. Par exemple, les lois sur la diligence raisonnable des entreprises et la protection des droits de l'homme sont autant de garanties qui doivent être mises en place pour s'assurer que la capture des entreprises n'est pas dominante.   

Quel devrait être le rôle des femmes dans l'élaboration de nouveaux systèmes alimentaires ?   

Comme dans de nombreux systèmes actuels en place, l'inégalité entre les sexes est un peu partout, et c'est particulièrement vrai dans le système alimentaire, notamment parce que dans les zones agricoles, les femmes ont moins accès à la terre ou moins de droits fonciers. Le cadre juridique pourrait être amélioré dans beaucoup de certaines situations pour garantir l'égalité. Par ailleurs, les voix des femmes doivent être entendues, avec leurs suggestions, leurs success stories ; non seulement en tant que victimes ou bénéficiaires mais en tant qu'acteurs, véritables acteurs du changement dans ce processus. Et ils ont des histoires à raconter, il s'agit donc de créer cet espace et de l'honorer et dans une perspective plus large de justice sociale.   

L'agroécologie est-elle une alternative viable à mettre en avant ?   

L'agroécologie repose sur la connaissance traditionnelle de la terre, la connaissance des saisons, du cycle de la vie. Il y a beaucoup de sagesse et de science derrière cela. C'est aussi un approche très intégrale, parce qu'il prend en considération les droits de la communauté, le bien commun, l'élément de justice intergénérationnelle, les droits des femmes, les droits des peuples autochtones. Il y a aussi un meilleur respect de la biodiversité dans ce modèle, il faut donc vraiment l'explorer beaucoup plus. Il faut lui accorder beaucoup plus d'attention et plus de financement également. Elle mérite plus de recherche autour et plus d'espace, car l'agroécologie est une solution réelle et incroyable, et elle fonctionne. C'est nourrir les gens, donc le seul blocage que l'on voit c'est qu'il y a intérêts contre elle. Ce n'est pas l'intérêt commun qui domine ; si l'agroécologie était mise en avant, on penserait davantage dans une perspective de justice sociale et de bien commun. 

Vidéo sur la contre-mobilisation :

Image: « Les femmes montrent leurs produits agricoles » by Collection de photos de la Banque mondiale sous est autorisé CC BY-NC-ND 2.0

  

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange