Engagement de la CIDSE à la 7ème session du Traité contraignant des Nations Unies - CIDSE

Engagement de la CIDSE dans la 7e session du Traité contraignant des Nations Unies

Dans le cadre de son engagement à défendre les droits de l'homme avant les intérêts des entreprises, la CIDSE suit de près les négociations pour un traité contraignant sur les sociétés transnationales et autres entreprises. Les groupe de travail intergouvernemental à composition non limitée sur les sociétés transnationales et autres entreprises en matière de droits de l'homme (OEIGWG), entame cette année sa 7e session à Genève du 25 au 29 octobre 2021. Pour la première fois depuis la pandémie de COVID-19, une délégation de la CIDSE avec des organisations partenaires sera présente pour faire pression sur les délégations officielles et se joindre aux initiatives d'alliés tels que Franciscans International et le Treaty Alliance Movement.


COMMUNIQUÉ DE PRESSE CIDSE, 29 Octobre: L'UE flirte avec les négociations pour un traité contraignant sur les entreprises et les droits de l'homme mais évite un engagement substantiel, tandis que les États-Unis tentent de faire dérailler le processus


Quel est le statut du processus des traités?
La Mission permanente de l'Équateur, au nom de la présidence de l'OEIGWG, a publié en août le Troisième version révisée d'un instrument juridiquement contraignant pour réglementer les activités de coopération transnationale et d'autres entreprises commerciales. La prochaine session de négociations à Genève a été structurée pour stimuler des amendements directs et des suggestions textuelles au projet de texte par les États parties.

Position de la CIDSE
Cette année également, la CIDSE fait passer le message que l'instrument juridiquement contraignant doit renforcer les dispositions permettant aux titulaires de droits affectés d'accéder à des recours et à la justice, et de protéger les communautés autochtones, les droits humains et les défenseurs de l'environnement. Le troisième projet révisé clarifie certains de ces points mais reste trop vague et peu clair sur d'autres. Malgré ses faiblesses, la CIDSE et ses organisations membres estiment que le document constitue une base solide pour les négociations des États.
Lire:
- En XNUMX, le Soumission CIDSE au groupe de travail intergouvernemental à composition non limitée sur les sociétés transnationales et autres entreprises en ce qui concerne les droits de l'homme
- En XNUMX, le Analyse juridique du troisième projet révisé par Prof Dr. Markus Krajewski publié par CIDSE
- Des solutions mondiales à des problèmes mondiaux : pourquoi la législation de l'UE et un instrument des Nations unies sur la responsabilité des entreprises doivent être complémentaires”. Un briefing politique de la CIDSE, de l'ECCJ, de l'ECCHR, de la FIDH et des Amis de la Terre-Europe

L'UE dans les négociations de l'ONU
L'état actuel du texte est le résultat d'années de négociations entre États et organisations de la société civile. Cette année encore, la voix de l'Union européenne reste largement absente des négociations. Les raisons invoquées restent les mêmes que les années précédentes : le processus national en cours d'adoption d'une loi européenne sur la gouvernance d'entreprise durable et l'absence de mandat du Conseil permettant à la Commission européenne de participer.
Les États membres de l'Union européenne répètent cet argument pour limiter leur participation. Nous pensons que le temps des excuses est maintenant révolu. La publication de la directive européenne sur la gouvernance d'entreprise durable étant désormais attendue pour la fin de 2021, la Commission européenne et les États membres devraient prendre au sérieux leur responsabilité de protéger et de respecter les droits de l'homme et de s'engager dans les négociations. La CIDSE et ses organisations membres les appellent à ne pas manquer cette occasion unique de contribuer à mettre fin à l'impunité des entreprises et à offrir des voies efficaces de justice aux personnes touchées dans le monde..

Activités à Genève de la CIDSE, de ses membres, alliés et partenaires 
Déclarations CIDSE
- Déclaration orale générale, 25 octobre
- "No Steps Back : des organisations catholiques dénoncent la tentative américaine de faire dérailler les négociations d'un traité de l'ONU sur les sociétés transnationales», 25 octobre
- Déclaration orale de la CIDSE sur l'article 1, 26 octobre
- Déclaration orale de la CIDSE sur l'article 4, 27 octobre
- Déclaration orale de la CIDSE sur l'article 5, 27 octobre
- Déclaration orale de la CIDSE sur l'article 6, 28 octobre
- Déclaration orale de la CIDSE sur l'article 7, 28 octobre
- Déclaration orale de la CIDSE sur l'article 8, 28 octobre
- Déclaration orale de la CIDSE sur l'article 10, 29 octobre
- Déclaration orale de la CIDSE sur l'article 14, 29 octobre

Autres déclarations
- "Les États-Unis doivent respecter les Nations Unies et leur mandat intergouvernemental pour la rédaction du droit international visant à protéger les victimes d'atteintes aux droits humains liées aux entreprises», déclaration de l'Alliance du Traité, 21 octobre
- Insuffisances de la proposition d'une convention-cadre simplifiée sur les entreprises et les droits de l'homme, analyse de l'Alliance du Traité
- Déclaration commune des membres soussignés de l'Alliance du Traité concernant le 3e projet de LBI et la 7e session de négociation de l'IGWGs, 25 octobre (EN - ES - FR)
- Déclaration avec Franciscans International, CIDSE, FIAN, WILPF, CCFD-Terre Solidaire, LHR et FIDH sur l'article 1, 26 octobre

Blogs
- UN-Abkommen zu Wirtschaft und Menschenrechten: Jährlich grüßt das Murmeltier: EU verweigert Teilnahme an UN-Verhandlungen par Armin Paasch, Misereor

Événements parallèles

 -> "Une approche des droits de l'enfant dans le projet de traité LBI sur les entreprises et les droits de l'homme», 20 octobre, de 1h à 2h30 CEST.



-> "L'accaparement des terres et la nécessité d'un traité juridiquement contraignant sur les sociétés transnationales et autres entreprises », 20 octobre, 2h30- 4h00 CEST.



-> "Une transition juste : comment un traité peut être vital pour la justice et la paix en Colombie», 26 octobre, 3h UK/Irlande, 4h Genève/Bruxelles, 9h Colombie.



-> "Impact de l'exploitation minière au Guatemala : la nécessité d'un traité des Nations Unies pour accéder à la justice", 27 octobre, 1h15-2h45 CEST (12.15h5.15 UK/XNUMXhXNUMX Guatemala).  


Ressources additionnelles 

Vidéos
Luisa Rodríguez Gaitán du CINEP, organisation partenaire en Colombie, explique comment les activités des sociétés transnationales affectent les femmes et pourquoi un traité contraignant sur les affaires et les ressources humaines est nécessaire pour des pays comme la Colombie.

Cette courte vidéo (FRE) du membre de la CIDSE, Entraide et Fraternité, donne la parole aux représentants de la communauté de Prikro, en Côte d'Ivoire, qui s'opposent aux plantations à grande échelle de caoutchouc et de palmier à huile par la société belge SIAT.


Céditer la photo de couverture : CIDSE

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange