La transition agroécologique se rapproche-t-elle ? – CIDSE

La transition agroécologique se rapproche-t-elle ?

Une analyse nuancée de Vincent Dauby (Agroécologie et souveraineté alimentaire Officier à la Secrétariat de la CIDSE) et Valentin Brochard (Chargé de plaidoyer pour la souveraineté alimentaire au CCFD-Terre Solidaire) sur les recommandations en agroécologie du Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA)  

Le Comité de la sécurité alimentaire mondiale (CSA), une plate-forme internationale permettant aux États membres de l'ONU et aux parties prenantes (organismes de recherche, société civile, secteur privé) de travailler ensemble pour assurer la sécurité alimentaire et la nutrition, s'est réunie en juin pour discuter de l'adoption de ses recommandations politiques sur l'agroécologie et d'autres approches innovantes

La CIDSE suit les négociations du CSA chaque année dans le cadre du Mécanisme de la société civile et des peuples autochtones (MSC), rassemblant des représentants d'organisations de la société civile et faisant entendre la voix du peuple. Au cours des dernières années, le CSM a été fortement impliqué dans les processus de discussion et de négociation qui ont conduit à la publication des nouvelles recommandations politiques du CSA sur « l'agroécologie et d'autres approches innovantes ». 

Cependant, tout en se félicitant du fait que le CSA a abordé le sujet de l'agroécologie, le MSC a émis de forts avertissements concernant certaines parties des recommandations politiques qui ne sont pas conformes aux les principes fondamentaux de l'agroécologie. En outre, certains principes clés de l'agroécologie, tels que l'accent mis sur l'agriculture à petite échelle ou la promotion d'une meilleure agence au sein des systèmes alimentaires, ont été volontairement laissés de côté. Ces vues sont rassemblées dans un document publié il y a deux semaines. La CIDSE a contribué à la discussion qui a conduit à sa rédaction. Sur la base de ce document et des informations que nous avons recueillies au cours de ces trois années de processus politique du CSA, nous souhaitons souligner quelques points concernant ces recommandations du CSA sur l'agroécologie et d'autres approches innovantes. 

Les recommandations du CSA abordent systématiquement l'agroécologie et reconnaissent ses multiples avantages tout en soulignant le manque de financement par rapport à d'autres approches. Cependant, certaines parties du document vont à l'encontre des principes fondamentaux de ce qu'est l'agroécologie et les recommandations sont globalement trop faibles pour réellement soutenir et faciliter la mise en œuvre d'une véritable transition agroécologique. En particulier, trois problèmes sont vraiment flagrants : 

  • Il n’y a pas de limite de temps pour le tournoi. Cependant, si vous restez inactif pendant une longue période, vous serez déconnecté de BBO et la partie sera perdue. pas assez de centralité accordée à droits de l'homme. Pour la CIDSE, c'est inacceptable car on ne peut pas transformer les systèmes alimentaires vers l'agroécologie sans mettre les droits humains et les droits des plus vulnérables au centre. Il y a un manque évident de référence aux documents clés de l'ONU tels que la Déclaration des droits des paysans. 
  • La section sur pesticides est vraiment décevant et se concentre sur leur optimisation plutôt que sur leur suppression progressive. Alors que cela va à l'encontre du orientation principale sur le sujet, c'est aussi contraire aux principes agroécologiques3. C'est une cause de grande inquiétude alors que les études continuent de démontrer les effets désastreux des pesticides sur la santé humaine et sur la biodiversité. L'agroécologie n'a pas besoin de ce type d'intrants externes pour produire suffisamment.  
  • La numérisation4 est également promue, tandis que l'agroécologie ne s'appuie pas spécifiquement sur le numérique pour assurer la productivité. Les recommandations reconnaissent les risques que pose la numérisation sur la sécurité des données, la souveraineté des données, la propriété et l'accès. Mais ils n'empêchent toujours pas, en aucune manière, la promotion de ce genre de solutions. Cela prépare dangereusement le terrain pour l'utilisation de l'agriculture comme un nouveau marché pour les entreprises de mégadonnées et d'autres entreprises technologiques. Bien qu'il puisse aider à améliorer l'accès à l'information pour les agriculteurs, il ne démontre pas son efficacité dans la lutte contre la faim et la pauvreté.  

Trois raisons principales peuvent être avancées pour expliquer pourquoi ces problèmes sont apparus dans les recommandations politiques : 

Tout d'abord, ce document ne porte malheureusement plus uniquement sur l'agroécologie. Son champ d'application s'est élargi, sous la pression de certains États membres influents, aux innovations agricoles parmi lesquelles les plus pro-industrielles. Ce changement a considérablement influencé le résultat du document, car il rend désormais la tâche de vraiment rendre justice à l'agroécologie très compliquée. La structure, l'agence et les relations de pouvoir au sein du système agro-écologique et du système agro-industriel sont totalement différentes. On ne peut pas mettre, dans un même document, des recommandations systémiques qui servent les deux causes. 

Deuxièmement, le processus de négociation qui a conduit à ce document a été fortement influencé par les États agro-exportateurs qui sont généralement défavorables à toute transition agroécologique. Même si l'agroécologie est de plus en plus attractive au niveau international et sur le terrain, peu d'acteurs ont vraiment voulu reconnaître son rôle central dans la transformation des systèmes alimentaires. Les tenants du système alimentaire mondial industriel ont saisi toutes les opportunités pour tenter de diminuer l'essence de l'agroécologie et de la réduire à un seul ensemble de pratiques agricoles.  

Troisièmement, ces négociations ont été précipitées pour s'inscrire dans le programme du Sommet des Nations Unies sur les systèmes alimentaires (UNFSS). WBien que le CSA ait été totalement mis à l'écart de l'organisation du Sommet, certains États membres voulaient que ces nouvelles recommandations politiques sur l'agroécologie et d'autres approches innovantes soient prêtes bien avant le sommet pour tenter d'influencer ses résultats. C'était une décision risquée, à laquelle la CIDSE et le CSM se sont opposées, car elle a conduit à des négociations menées sous pression avec un temps limité consacré aux questions et sujets clés. Le résultat final était un document de mauvaise qualité qui n'était pas d'une réelle aide pour les États membres impliqués dans le processus de l'UNFSS. 

Si nous ne pensons pas que ce document serve vraiment notre cause et ne doive pas être utilisé pour promouvoir la transition agroécologique, nous devons également reconnaître que, compte tenu des circonstances, nous avons réussi à éviter le pire des scénarios. Compte tenu des points ci-dessus, et compte tenu de l'atmosphère politique actuelle où les États, comme eLes États-Unis, pouvant être ouvertement hostiles au CSA, à toute approche fondée sur les droits, et encore plus à l'agroécologie, il faut dire que ce document a réussi à reconnaître certains éléments importants et cruciaux. Comme l'indique la déclaration du CSM : «We reconnaissons que, grâce à l'engagement soutenu de certains États membres, du MSC et d'un certain nombre d'autres participants, […] certains éléments importants et critiques de l'agroécologie sont mis en évidence, […] ; un langage de respect et de protection des droits de l'homme, des droits des femmes, des droits des paysans et des autres personnes travaillant dans les zones rurales et des droits des peuples autochtones est inclus, bien que toujours avec des réserves ; la nécessité de réduire la pression sur les ressources naturelles est reconnue ; la participation et l'inclusion des personnes en situation de vulnérabilité sont encouragées ; et l'adaptation à différents contextes est encouragée. A cela s'ajoutent quelques éléments utiles comme la nécessité de : sensibiliser les décideurs au risque des pesticides ; promouvoir une plus grande intégration de la biodiversité pour l'alimentation et l'agriculture ; et soutenir la recherche participative ». 

En conclusion, nous ne pouvons pas affirmer avec certitude que ces recommandations politiques du CSA sur l'agroécologie et d'autres approches innovantes aideront le changement de paradigme vers les droits de l'homme et les systèmes alimentaires basés sur l'agroécologie. Aujourd'hui plus que jamais, il est nécessaire de continuer à travailler pour une approche des systèmes alimentaires fondée sur les droits humains, avec les agriculteurs et les consommateurs au centre et les Principes de l'agroécologie comme boussole.  

Photo : Sorapong Chaipanya /Pexels

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange