L'UE flirte avec les négociations pour un traité contraignant sur les entreprises et les droits de l'homme mais évite un engagement substantiel, tandis que les États-Unis tentent de faire dérailler le processus – CIDSE

L'UE flirte avec les négociations d'un traité contraignant sur les entreprises et les droits de l'homme mais évite un engagement substantiel, tandis que les États-Unis tentent de faire dérailler le processus

La CIDSE a suivi les négociations pour un traité contraignant sur les sociétés transnationales et autres entreprises entrerprix lors de la 7e session à Genève du 25 au 29 octobre 2021. Lire le communiqué de presse ci-dessous :

Cette année a vu un changement de rythme substantiel dans les négociations du Conseil des droits de l'homme en vue d'un instrument juridiquement contraignant pour réglementer les activités des sociétés transnationales et autres entreprises. Les négociations ont eu lieu en personne pour la première fois depuis le début de la pandémie de COVID-19. Pour la première fois, les États se sont engagés dans une discussion solide et détaillée ligne par ligne sur les dispositions du troisième projet révisé tout en limitant les commentaires et déclarations généraux.

La CIDSE et ses organisations membres félicitent la Présidence équatorienne d'avoir organisé une session de négociation à laquelle ont participé à la fois les États et la société civile. « L'engagement de l'État montre que le troisième projet révisé peut faire une réelle différence pour les communautés touchées par les abus des entreprises », a déclaré Elise Kervyn, conseillère principale à la CIDSE. « Les activités commerciales constituent souvent une menace majeure pour les travailleurs, les peuples autochtones et les écosystèmes. Ils sont le principal moteur du changement climatique et il n'y a pas d'issue aux multiples crises auxquelles nous sommes confrontés sans des règles fortes pour les entreprises », a ajouté.

Nous attendons avec impatience la constitution du groupe des Amis du Président, comme annoncé par le Président Rapporteur. Nous souhaitons rappeler que tout travail futur sur le texte doit être transparent, ouvert et impliquer régulièrement et de manière significative les organisations de la société civile.

Nous saluons également les interventions vitales et constructives des délégués de Palestine, Panama, Cameroun et Namibie. Leur engagement montre qu'un consensus peut être construit autour de dispositions progressistes pour assurer la prévention, la réparation et la justice. En revanche, les interventions des délégations brésilienne, chinoise, iranienne et russe ont constamment sapé l'esprit des négociations et le mandat du groupe de travail.

Les États-Unis ont rejoint les négociations pour la première fois, appelant à des approches alternatives par le biais d'instruments « contraignants ou non ». Une telle posture révèle le manque de considération pour les négociations – menées par les États, les communautés affectées et les mouvements sociaux pendant sept ans. Les États-Unis ont fait valoir à plusieurs reprises que le texte était « trop prescriptif », mais n'ont fourni aucune suggestion concrète pour l'améliorer. Alors qu'ils déplorent la prescription, nous apprécions la clarté, les conseils et la précision.

Dans sa déclaration d'ouverture, la délégation de l'UE a affirmé son engagement en faveur des droits de l'homme et de l'environnement et la nécessité d'approches consensuelles. Remarquablement, les délégués de l'UE, pour la première fois, ont suggéré des changements dans le texte pour sauvegarder des dispositions importantes sur les défenseurs des droits de l'homme, le genre et l'environnement. Cependant, c'est loin d'être suffisant. La CIDSE et ses membres ont exhorté l'UE et ses États membres à obtenir un mandat pour participer aux négociations au cours des sept dernières années. Nous réitérons cet appel. La proposition de la Commission européenne sur la gouvernance d'entreprise durable, attendue dans les prochaines semaines, ne peut servir d'excuse pour ne pas s'engager au niveau mondial.

La CIDSE et ses membres ont pris la parole pour soutenir le processus et avancer des suggestions textuelles concrètes au cours des négociations. Avec nos membres, alliés et partenaires, nous avons apporté des témoignages d'Afrique de l'Ouest et du Guatemala sur l'impact des entreprises sur les communautés et territoires locaux.

Comme Rita Uwaka, des Amis de la Terre Nigeria, le dit en parlant de l'accaparement des terres : « Si ce traité peut offrir de réelles dispositions de réparation, alors une vraie justice peut être assurée ». La CIDSE prend ce message au sérieux et continuera à plaider en faveur d'un instrument international qui puisse faire une réelle différence pour notre famille humaine et notre maison commune.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange