Une sortie équitable des énergies fossiles – CIDSE

Une sortie équitable des combustibles fossiles

Un examen de l'équité de la société civile sur une élimination mondiale équitable des combustibles fossiles, novembre 2021.


Alors que les négociations sur le climat entrent à plein régime lors de la COP26 de l'ONU à Glasgow, un nouveau rapport, publié par plus de 200 organisations de la société civile et mouvements sociaux y compris la CIDSE, se concentre sur l'élimination progressive et urgente des combustibles fossiles, en particulier de l'extraction de combustibles fossiles, et soulève des questions d'équité critiques qui se posent dans le contexte de cette élimination progressive. 

S'appuyant sur le précédent Examens des actions des OSC, le rapport 2021 comprend : 

  • Une évaluation actualisée de l'équité des NDC (Contributions déterminées au niveau national) révélant à quel point les engagements actuels en faveur de l'action climatique restent profondément inadéquats et injustes. Alors que les pays les plus riches (États-Unis, Royaume-Uni, UE, Japon) continuent de contribuer largement à leur juste part de l'effort mondial, certains pays moins riches (Chine, Inde, Afrique du Sud, Kenya) ont des engagements d'atténuation atteignant environ - ou plus - leurs parts équitables complètes ;
  • Treize profils de pays pour démontrer la diversité des défis et des opportunités dans la gestion de la production de combustibles fossiles aux niveaux national et international, et met en évidence les problèmes réels qui se posent dans les pays clés ;
  • Un cadre d'introduction pour aborder les questions d'« équité du côté de l'offre » liées à l'élimination progressive de l'extraction des combustibles fossiles, ainsi qu'un certain nombre de solutions possibles, y compris des interventions nationales et internationales. 

Le rapport formule cinq recommandations pour aligner équitablement la production de combustibles fossiles sur 1.5°C :

  1. Tenir les engagements attendus de longue date de l'Accord de Paris (et auparavant), en particulier les pollueurs les plus riches doivent contribuer leur juste part à la résolution de la crise en réduisant les émissions plus profondément et plus rapidement tout en coopérant avec les pays moins riches en fournissant un financement climatique pour la technologie, l'adaptation, ainsi que comme perte et dommage ;
  2. Reconnaître les combustibles fossiles comme le principal contributeur à la crise climatique et créer de nouvelles voies et plateformes internationales pour mettre fin d'urgence à l'expansion, réduire progressivement la production et accélérer les transitions justes pour tous les pays et toutes les communautés ;
  3. Donner la priorité à la coopération internationale avec les pays dépendants des combustibles fossiles qui sont les moins capables de s'adapter en fournissant des ressources pour les systèmes d'énergie renouvelable, les transitions justes des travailleurs et des communautés, ainsi qu'une diversification et une transformation économiques plus larges ;
  4. Renforcer les éléments constitutifs d'une élimination progressive des parts équitables, qui pourrait inclure un club des premiers moteurs de pays déterminés à mettre fin au financement et à l'extraction de combustibles fossiles, un registre des réserves mondiales de combustibles fossiles pour accroître la transparence et la responsabilité, une commission dédiée à la poursuite des discussions diplomatiques en vue d'une élimination progressive et des instruments juridiques internationaux renforcés tels qu'un traité de non-prolifération des combustibles fossiles pour aligner équitablement la production à moins de 1.5 °C ;
  5. Changer les règles du commerce mondial, de l'investissement, de la finance et de la technologie pour augmenter « l'espace politique » pour les gouvernements en accélérant les politiques d'urgence et en explorant de nouveaux programmes pour encourager le commerce qui respecte les droits des personnes et de la planète avant le profit.


Voir aussi: Déclaration des dirigeants catholiques des pays du G20 sur la remise des combustibles fossiles dans l'histoire, Octobre 2021



Photo de couverture : Une femme vide un bol en plastique rempli de tapioca, dérivé de la pâte de manioc, sur des sacs cousus posés sur le sol près d'un four à torchère à Ughelli, État du Delta, Nigéria, le 17 septembre 2020. Crédit : Reuters / Afolabi Sotunde.

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange