Inside COP26 : Entretien avec Lydia Machaka – CIDSE

Inside COP26 : Entretien avec Lydia Machaka

Dans les coulisses de la COP 26 : Entretien avec Lydia Machaka  

Entretien avec Lydia Machaka, responsable de la justice climatique et de l'énergie à la CIDSE. Lydia a une vaste expérience en justice climatique et est spécialisée en psychologie environnementale. Elle est actuellement à Glasgow pour assister à la conférence COP26, s'appuyant sur son expérience acquise lors de sept conférences des Nations Unies sur le changement climatique en tant que coordinatrice de la justice climatique et des années de volontariat climatique.  

  Dans votre expérience, avez-vous déjà rencontré des impacts climatiques ? 

Il y a d'énormes expériences que je peux partager, mais j'aimerais me concentrer sur quelques-unes plus marquantes plus récemment. En 2016 et 2017, j'ai visité l'Ouganda, le Zimbabwe et le Malawi et j'ai vu des sécheresses et des inondations dévastatrices. Les agriculteurs ougandais ont de plus en plus de mal à cultiver en raison du changement climatique. Il faut des années pour élever du bétail, et certains d'entre eux souffrent d'une énorme détresse psychologique qui entraîne parfois la mort d'autres parce qu'ils luttent pour trouver suffisamment d'eau pour leurs cultures et leur bétail. 2018-2019 a été la pire sécheresse jamais enregistrée en Afrique du Sud, où certaines villes ont failli manquer d'eau. L'eau, c'est la vie et son manque ou trop d'eau est une conséquence directe du changement climatique et de l'échec des mesures d'atténuation ! 

Qu'est-ce qui vous a particulièrement marqué dans cette COP jusqu'à présent ?  

J'ai été encouragé de voir que les groupes autochtones et les jeunes qui ont pris la parole au début de la Conférence des Nations Unies sur les changements climatiques (COP26), frappant sur les bonnes notes : appelant à une justice et à une ambition climatiques urgentes, et à la protection des droits forestiers et autochtones. Une petite fille a montré L'histoire d'animation de Delphine aux dirigeants mondiaux à la COP26. C'était un récit narratif reflétant ce qu'elle imagine à l'avenir si les dirigeants mondiaux ne parviennent pas à lutter contre le changement climatique en 2021. C'était très émouvant et j'espère que tous ces appels seront sérieusement pris en compte et effectivement mis en œuvre. 

 Ce qui m'a donné de l'espoir, c'est aussi de voir que de nombreuses personnes et organisations de la société civile (OSC) des pays en développement sont encore venues en nombre à la marche de dimanche, lors de la Journée mondiale d'action pluvieuse, même en dépit d'énormes défis à venir à Glasgow. C'est une pure détermination à faire pression pour la justice climatique à l'échelle mondiale et pour beaucoup, c'est un moment important pour tenir nos gouvernements responsables. Tout le monde attend beaucoup des gouvernements qu'ils tiennent leurs engagements individuels et collectifs en matière d'action climatique qu'ils ont promis.   

  Ce qui est moins séduisant, c'est que cette COP26 est très exclusive par rapport aux précédentes conférences sur le climat. L'accès et la participation sur le site et en ligne ont été extrêmement inefficaces. COVID rend beaucoup trop facile de tout justifier, mais de nombreuses organisations de la société civile ont mis en garde contre ce problème avant la COP26, même lorsque la présidence britannique de la COP a insisté pour être confiante quant à la réalisation d'une COP26 inclusive. Bien que COVID soit définitivement un problème, davantage aurait pu être fait pour améliorer la situation, surtout lorsqu'il y avait plus d'un an pour mieux se préparer.  

  A ce stade de la COP, vous sentez-vous pessimiste ou optimiste quant au résultat ?  

Je suis au milieu : je suis généralement une personne optimiste, et je crois qu'il y a une opportunité pour tout le monde de corriger ses erreurs, en particulier nos gouvernements. L'Afrique du Sud s'est vu promettre environ 8.5 milliards de dollars d'investissements des États-Unis, de l'Union européenne et du Royaume-Uni pour accélérer la transition de la dépendance au charbon et réduire les émissions d'ici 2030. En outre, l'Écosse s'est engagée à verser 1 million de livres sterling de son Fonds pour la justice climatique. aux communautés qui subissent des pertes et des dommages causés par les impacts du changement climatique. Nous nous félicitons donc d'un tel soutien et nous espérons que d'autres pays seront également encouragés à en faire davantage. La prochaine décennie sera très critique pour réduire considérablement les émissions : les contributions mondiales déterminées au niveau national (CDN) ne répondent pas à la norme d'ambition pour le moment, et d'un autre côté, il y a un énorme écart entre l'aspiration et l'action urgente, et c'est pas nouveau. Nous le demandons depuis la signature de l'Accord de Paris en 2016, mais les progrès ne sont toujours pas à la hauteur de ce qui est nécessaire pour que les communautés des pays vulnérables restent en sécurité et en vie.   

Un bon progrès que je peux noter est le sujet des pertes et dommages qui retient davantage l'attention à la COP26. Lorsque le problème des pertes et dommages a été ajouté à Varsovie en 2013, cela a été considéré comme une grande victoire, mais il n'y a pas eu assez de progrès derrière cela. Les mécanismes et les financements appropriés pour permettre sa bonne mise en œuvre font toujours défaut. Quand allons-nous l'opérationnaliser afin que les communautés affectées par le climat puissent être soulagées et indemnisées ?  

A la fin de la COP 26, vous sentirez-vous heureux si… ?  

Je serais heureux si les détails des promesses politiques qui ont été faites au début de la COP 26 pour éliminer progressivement les combustibles fossiles dès 2022 et, plus important encore, une indication claire de la manière dont la protection de la biodiversité, des terres et des droits de l'homme être reflété dans les décisions prises à la COP26. Je serai également encouragé s'il y a une indication des négociations que les parties veulent avoir un engagement à long terme sur le financement climatique, au-delà de 2025. Comme mentionné ci-dessus, je serai également heureux s'il y a une décision sur la façon de financer les pertes et dommages et un accord sur le mécanisme de prise en charge de ce problème. Pour le moment, aucun fonds n'a été mis de côté pour les pertes et dommages. Au-delà, j'aimerais également souligner que nos vies ne concernent pas seulement cet événement (COP26) ; ce qui est déterminé ici nous affectera pour le reste de notre vie.   

Quelles sont plus précisément les principales demandes de la CIDSE en matière de COP ?  

Nous appelons les grands pays qui tirent à mettre fin à leur dépendance aux combustibles fossiles, y compris le pétrole et le gaz, en consignant les combustibles fossiles à l'histoire lors de la COP26 afin que les réductions d'émissions se produisent vraiment efficacement et rapidement. Deuxièmement, nous demandons aux pays riches de remplir leurs obligations financières en aidant les pays les plus pauvres à mener à bien leurs actions d'atténuation et d'adaptation au changement climatique, y compris une transition juste vers des systèmes d'énergie renouvelable. Les pays développés ne parviennent toujours pas à atteindre l'objectif annuel de financement de 100 milliards de dollars. Troisièmement, je voudrais souligner que l'ampleur et la qualité du financement climatique destiné aux pays pauvres et vulnérables devraient être nouvelles et supplémentaires et devraient se concentrer sur le soutien à la mise en œuvre de l'Accord de Paris, en particulier l'adaptation au changement climatique ainsi que l'élimination progressive des énergies fossiles carburants et investir et passer immédiatement aux sources d'énergie renouvelables et à l'agroécologie. De plus, étant donné que les engagements financiers actuels dureront jusqu'en 2025, nous demandons aux parties de renouveler leur engagement au-delà de cette période.  

La CIDSE a également pour objectif à long terme de faciliter un meilleur accès des organisations à petite échelle au Fonds vert pour le climat, qui fait partie du fonds phare de la CCNUCC pour aider les pays en développement dans leurs projets sur le changement climatique. Cependant, nous avons appris grâce à notre étude récente qu'il y a trop d'obstacles pour que les petites organisations puissent bénéficier du fonds : jusqu'à présent, les entreprises et les grandes agences internationales ont un accès direct, donc cela ne sert pas vraiment l'objectif de transformation du FVC. La CIDSE a documenté ces obstacles dans le étude « Améliorer l'accès limité de la société civile au fonds vert pour le climat » et dans le événement parallèle le 4 novembre lors de la COP : « Transformer la finance climat pour transformer radicalement les sociétés : le cas des financements du Fonds vert pour le climat ». 

  Quelle est la force d'être à la COP avec un réseau catholique comme la CIDSE ? 

Grâce à un réseau comme la CIDSE, nous pouvons raviver la boussole morale et encourager les gouvernements, les entreprises et les individus à travailler ensemble, se rappeler les responsabilités que Dieu nous a données de prendre soin de la terre et inspirer une action climatique collective parce que c'est pour notre bien commun. Nous pouvons également utiliser une voix unifiée de témoignage et d'espoir à partir de nos diverses actions et histoires à différents niveaux d'influence (par exemple, l'église, les femmes, les jeunes, les groupes autochtones, etc.) pour dialoguer avec les décideurs sur les changements systémiques concernant l'avenir nous avons tous besoin non seulement de survivre, mais aussi de prospérer.  

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange