Inside COP26 : Comment se déroulent les négociations sur l'ambition climatique ? – CIDSE

Inside COP26 : Comment se déroulent les négociations sur l'ambition climatique ?

Dans cette interview, Anika Schroeder, responsable des politiques sur le changement climatique à MISEREOR, l'organisation membre allemande de la CIDSE, partage ses réflexions et réflexions sur les discussions sur les ambitions climatiques lors de la COP26. Anika a participé à 11 COP et, comme à chaque édition, son principal engagement est de défendre les droits des personnes les plus touchées par le changement climatique, souvent celles qui vivent dans la pauvreté et qui ont le moins contribué à la crise climatique. 

Que signifie l'ambition climatique et pourquoi est-elle pertinente dans les négociations de cette année ?  

Anika Schröder, Misereor.

Cela signifie l'engagement à agir dans les trois piliers de l'Accord de Paris : atténuation, adaptation et gestion des pertes et dommages. Il fait également référence au niveau d'engagement à assumer la responsabilité financière de la crise climatique et à contribuer à réduire les émissions, à s'adapter au changement climatique et à aider les pays à faire face aux pertes et dommages dans d'autres pays. La plupart des gens pensent également aux politiques d'atténuation du changement climatique lorsqu'ils parlent d'ambition. Bien entendu, ce dernier n'est pas encore impliqué dans le reporting d'ambition d'aujourd'hui car il n'y a pas encore d'engagement pris par les pays. 

Qu'est-ce qui a été discuté jusqu'à présent? 

Les Parties ont convenu de limiter le réchauffement climatique bien en dessous de 2°C et même de 1.5°C -si possible- par rapport aux niveaux préindustriels d'ici la fin du siècle. Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) est clair : limiter le chauffage à moins de 1.5°C est nécessaire et possible. Mais les États n'ont qu'à informer les autres parties de leurs plans et à rendre compte du niveau de réussite. Avant les négociations de Glasgow, l'atmosphère terrestre s'échaufferait jusqu'à 2.7°C d'ici la fin du siècle. Avec de nouvelles initiatives et des objectifs plus ambitieux présentés par les parties au cours de cette COP, nous n'obtiendrions qu'un peu moins de réchauffement. Les émissions en 2030 seront encore le double de la quantité nécessaire pour rester en dessous de 1.5°C (avec 50% de chance). 

Pensez-vous que nous obtiendrons des engagements justes des parties sur l'ambition climatique ? 

Je crois qu'on peut s'en rapprocher un peu après cette COP qu'avant. Mais il ne serait pas juste pour les personnes les plus touchées d'appeler cela un résultat juste. Je pense que nous avons dépassé ce point avec toute l'inaction et les fausses promesses du passé, nous ne pouvons que stopper les injustices les plus graves. Nous manquons encore d'engagements clairs à financer après 2024. Nous manquons toujours d'ambition réelle et alors que les pourparlers sont toujours en cours, nous ne savons pas encore si les parties ouvriront ou combleront certaines failles possibles dans l'Art. 6 Recueil de règles de l'accord de Paris. La lumière à l'horizon est qu'il s'agit de la toute première COP dans laquelle nous parlons de ce qui est nécessaire, comme par exemple mettre fin (et non réduire) les mauvaises pratiques, telles que le financement des combustibles fossiles.

 A quoi pouvons-nous nous attendre pour la prochaine COP si les parties ne concluent pas leurs travaux à Glasgow ? 

Si le livre de règles ne peut pas être fermé à la COP26, nous avons un grave problème de confiance dans les négociations internationales et nous perdrons du temps à discuter en nous concentrant encore et encore sur les mêmes choses étranges au lieu de nous concentrer sur les actions nécessaires. 

Mais quoi qu'il en soit, le plus important est - et restera - les devoirs de chaque pays : abandonner progressivement les combustibles fossiles en s'orientant vers les énergies renouvelables, arrêter les pratiques destructrices d'utilisation des terres, arrêter l'économie et les modes de vie destructeurs où la protection de l'homme les droits et le souci de la création sont des lignes rouges dans toutes les décisions ; et bien sûr, aider les pays et les personnes à se préparer et à faire face aux impacts de la crise climatique. 

Enfin, quel type d'initiatives les organisations/acteurs catholiques devraient-ils entreprendre pour faire avancer l'ambition climatique après la COP26 ? 

Pour n'en nommer que quelques-uns, d'abord, nous devons être des défenseurs du climat et nous assurer que l'Église utilise son influence pour parler et faire pression sur les gouvernements et la coopération et demander de vraies solutions, peu importe d'où vous venez. L'atmosphère et les océans ne peuvent supporter davantage d'émissions. Deuxièmement, des fonds sont mis à la disposition de ceux qui en ont le plus besoin et dépensés de manière à ce qu'ils travaillent vraiment sur le terrain ; pour cette raison, si possible, travaillez avec vos gouvernements pour soutenir la juste distribution de ces fonds. Et troisièmement, pratiquez ce que vous prêchez : aucune pièce de monnaie ne sera dépensée pour des entreprises destructrices par l'Église et ses organisations. Scannez votre portefeuille et orientez-vous vers des alternatives favorables au climat et à la création. 

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange