Droit de dire non : tirer les leçons des luttes mondiales – CIDSE

Droit de dire non : tirer les leçons des luttes mondiales

Blog sur le Webinaire mondial organisé par le Forum Social Thématique sur l'Economie Minière et Extractive sur le « Droit de Dire Non » (RTSN) le 27 juillet 2021.

Lutter contre les impacts destructeurs de l'exploitation minière
Partout dans le monde, des sociétés transnationales se lancent dans l'exploitation minière à grande échelle au nom de la croissance économique et du progrès, l'Europe conservant un rôle dominant dans ce secteur en tant que consommateur et importateur de matières premières. Certains des effets dévastateurs des activités minières comprennent la dégradation de l'environnement, la contamination de l'eau, du sol et de l'air, les violations des droits de l'homme et les divisions communautaires. Même si de nombreux accords commerciaux et d'investissement existent pour protéger les investissements des entreprises étrangères, il n'existe aucun instrument international contraignant sur les droits de l'homme pour garantir les droits des personnes affectées par les activités minières dangereuses. Pendant ce temps, les tentatives des communautés de demander des comptes aux entreprises ont entraîné des menaces, de la répression, de la violence et même des morts, 2020 étant l'année avec le plus grand nombre de meurtres de défenseurs des droits humains.

Certaines des façons dont les communautés ont résisté à l'exploitation minière ont été discutées lors d'une Webinaire mondial organisé le 27 juillet 2021 par le Forum social thématique sur l'économie minière et extractive sur le « Droit de dire non » (RTSN). Le droit de dire non est le droit des communautés de déclarer des zones non minières, appliquant en fait leur droit de gérer, de contrôler et de décider en ce qui concerne leur environnement et leurs territoires. Les conférenciers ont présenté des études de cas d'Europe, d'Amérique latine, d'Asie et d'Afrique, où les communautés se sont organisées avec succès et ont pris des mesures pour mettre fin à des projets miniers ou arrêter leur expansion. Les quatre cas sont liés à un éventail plus large de luttes nationales, régionales et internationales pour que les communautés locales et autochtones retrouvent leur souveraineté, le contrôle et la gestion de leurs terres et de leurs ressources naturelles.

La communauté lutte pour regagner sa souveraineté foncière

En tant que pratique, l'exploitation minière présente les caractéristiques d'une entreprise coloniale : abuser des ressources naturelles et des personnes pour satisfaire le modèle consumériste et capitaliste dans les systèmes économiques et politiques des pays développés. Dans leurs présentations, Farai Maguwu du Centre pour la gouvernance des ressources naturelles (CNRG) en Zimbabweet Aung Ja, un défenseur des droits humains de Birmanie, a souligné comment les autorités étatiques et locales corrompues collaborent avec des sociétés transnationales de pays comme l'Australie, la Chine et le Royaume-Uni, contre les intérêts de leur propre peuple. Au Zimbabwe, les opérations minières se déroulent sans le consentement et la consultation préalable des communautés locales, tandis que la répression, la violence et l'intimidation sont utilisées pour expulser les gens de leurs maisons. Grâce à l'autonomisation de la communauté, à des recherches juridiques et à une documentation détaillée de ces incidents, les habitants ont pu exercer leur « droit de dire non » et faire pression sur les acteurs politiques, les obligeant à entendre leurs demandes et à agir.

Le rôle des femmes dans la fourniture d'alternatives aux opérations minières
En Birmanie, les femmes ont joué un rôle de premier plan en « disant non » à l'exploitation minière destructrice tout en contribuant au développement de nouvelles options économiques et de modes de vie respectueux de l'environnement comme alternatives. Grâce à des campagnes communautaires, à la sensibilisation du public et des médias, au boycott direct et à l'occupation de l'espace, la communauté locale a obtenu le soutien de la communauté internationale et a soulevé la question de l'exploitation minière illégale. Dans Brésil, Karina Martins, du Mouvement pour la souveraineté populaire dans le secteur minier, a évoqué l'expérience politique de résistance des « Territoires libérés de l'exploitation minière ». Ils promeuvent de nouvelles alternatives économiques telles que l'agriculture à petite échelle, la pêche et l'écotourisme. Ces alternatives peuvent assurer des revenus et du travail, la sécurité alimentaire, la préservation de la socio-biodiversité et des biens communs pour les générations futures. Les communautés doivent surmonter les différences linguistiques, ethniques et religieuses et s'unir en un seul mouvement solidaire.

Remettre en cause nos systèmes politiques et économiques dominants
De Angleterre, Hannibal Rohadès, de la Fondation Gaia et Yes to Life No to Mining Global Solidarity Network, a mis en évidence des pistes pour faire avancer le « Droit de dire non » aux opérations minières en Europe, y compris des alternatives telles que les référendums (Trun, Bulgarie), l'engagement des entreprises (Selkie, Finlande) et « Déclarer le droit de la nature » ​​(Greencastle, Angleterre). Selon lui, la vision instrumentaliste à court terme de la nature comme une collection de biens morts à récolter pour le plus grand bien se heurte à la vision holistique à long terme de la nature qui considère les liens culturels et spirituels d'un territoire.

Appel à un changement systémique
En conclusion, les quatre conférenciers ont souligné que l'ensemble du secteur minier doit subir un changement radical de paradigme pour prévenir les dommages communautaires et d'autres catastrophes environnementales. Tout d'abord, les lois doivent être mises en œuvre de manière efficace et significative pour réglementer, restreindre et interdire les opérations minières illégales. Pendant ce temps, la société civile doit exercer son pouvoir en surveillant et en signalant les cas d'abus des entreprises et de destruction de l'environnement. Internet et les médias sociaux peuvent être des outils puissants pour soulever le sujet de la RTSN en créant des réseaux et des alliances nationaux et internationaux pour faire pression sur les acteurs politiques et les gouvernements. Il est de la responsabilité des autorités nationales, des acteurs internationaux et des institutions religieuses de reconnaître et de lutter contre l'exploitation des entreprises et ses implications. C'est le moment d'agir ensemble en solidarité avec notre famille humaine et de protéger notre maison commune.


Cette campagne a été co-organisée avec le soutien financier de l'Union européenne. Le contenu de ce blog relève de la seule responsabilité de la CIDSE et ne reflète pas nécessairement le point de vue de l'Union européenne.


Photo de couverture : Aleksandar Pasaric – Pexels

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange