Lettre ouverte au président de la CE von der Leyen – CIDSE

Lettre ouverte au président de la CE von der Leyen

Il est temps pour vous de faire preuve de leadership dans l'initiative de gouvernance d'entreprise durable


Aujourd'hui, la CIDSE et une coalition d'organisations de la société civile ont écrit à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, au sujet de la proposition tardive d'un Corpus durableste Directive sur la gouvernance. La directive, annoncée par le commissaire à la justice Didier Reynders, exigerait une diligence raisonnable en matière de droits de l'homme et d'environnement pour les entreprises basées et opérant en Europe et pourrait inclure des dispositions reconnaissant la responsabilité juridique des entreprises lorsqu'elles nuisent aux personnes ou à l'environnement tout au long de leurs chaînes de valeur.

La proposition de directive était attendue au cours de la première quinzaine de décembre, après avoir échoué à respecter une échéance précédente en juin et une seconde en octobre. La raison du retard semble être un deuxième échec de l'analyse d'impact de la proposition par le comité d'examen de la réglementation (RSB). Le RSB, une institution non élue, doit évaluer les analyses d'impact des propositions législatives. Si une analyse d'impact échoue deux fois au RSB, la proposition législative ne peut avancer qu'avec le soutien du vice-président de la Commission chargé des affaires institutionnelles. Cependant, la communication officielle sur le sujet de la Commission fait défaut.

Dans leur lettre, les signataires déclarent que «ce retard inexpliqué risque de saper la confiance que les citoyens européens, la société civile locale et internationale et les organisations syndicales, les travailleurs et les victimes d'abus des entreprises ont placé dans l'UE pour réglementer les entreprises durables et responsables à la suite de la pandémie de COVID et du climat et crise de la biodiversité. Ils appellent également Mme von der Leyen à respecter son engagement de soumettre un « robuste et bien équilibré” proposition en 2021.

La CIDSE, ses membres et alliés plaident depuis des années en faveur d'une loi européenne permettant aux victimes d'abus d'entreprise de rendre justice. En 2020, plus de 230 évêques ont signé un déclaration appelant à une obligation de diligence raisonnable en matière de droits de l'homme et d'environnement. Cette année, plusieurs droits de l'homme et défenseurs de l'environnement écrit aux commissaires Breton et Reynders pour demander une telle loi. La CIDSE et ses membres ont également lancé le «Accès à la justice», appelant les citoyens à écrire à leurs députés européens pour demander une loi européenne forte pour mettre fin aux abus des entreprises.

Voir également déclaration commune sur le report de l'initiative de gouvernance d'entreprise durable d'EC cosignée par la CIDSE, le 15 décembre 2021.


Crédit photo : Dati Bendo, Wikimedia Commons

Partager ce contenu sur les médias sociaux
Sécurisé par miniOrange