Communiqué de presse CIDSE Sommet UE-UA – CIDSE

Communiqué de presse CIDSE Sommet UE-UA

Version italienne

Les L'UE et l'UA construisent un partenariat qui ignore les véritables revendications des peuples africains.

Les Le sommet UE-UA aura lieu la semaine du 14 février. Des responsables africains et européens clôtureront les négociations du partenariat UE-UA et présenteront les résultats : un paquet d'investissements et une déclaration commune. 

Depuis près de deux ans, la CIDSE, avec ses partenaires européens et africains, plaide pour un meilleur engagement de la société civile dans les négociations du partenariat UE-UA. Malgré quelques petites tentatives, l'Union européenne n'a pas réussi à inclure les organisations proches de la voix du peuple. En n'associant pas la société civile au processus, l'UE et l'UA construisent un partenariat qui ignore les besoins exprimés par les peuples africains. 

"Nous devons réfléchir à la mentalité coloniale et impériale qui dicte encore une partie importante des dialogues actuels entre l'UE et l'UA. Il est essentiel d'examiner de plus près dans quelle mesure le partenariat UE-Afrique a contribué à répondre aux aspirations et aux besoins des peuples africains. Au lieu de traiter des besoins fondamentaux de l'Afrique, tels que la nourriture et la pauvreté, le Sommet semble se référer de manière irréaliste à des sujets qui n'appartiennent pas aux priorités du continent africain.t. » Pr. Chika Onyejiuwa, AEFJN.  

En effet, le programme du Sommet n'inclut pas les questions systémiques telles que l'agriculture, la souveraineté alimentaire, les abus des entreprises, l'accaparement des terres et des ressources, mais aussi les relations commerciales déséquilibrées, la dette, le climat, la perte de biodiversité, les droits sociaux, culturels et économiques, les vaccins et la santé. iniquité. 

Alors que les petits exploitants agricoles, les éleveurs, les pêcheurs artisanaux et les communautés forestières dominent la démographie de l'Afrique rurale et mettent en pratique avec succès l'agroécologie, les décisions politiques sont prises par des acteurs externes qui placent leurs intérêts en premier et ne soutiennent pas de vraies solutions - telles que l'agroécologie - pour prospérer. . 

"Conscients des schémas du colonialisme dans la société, à la CIDSE, nous avons travaillé avec le mouvement dirigé par les Africains "Notre terre est notre vie" et nous soutenons leur objectif de mettre en avant les priorités des peuples africains en matière de droits fonciers et alimentaires..” a déclaré Elise Kervyn, conseillère principale de la CIDSE. Ce mouvement rejette le modèle de partenariat UE-Afrique en organisant une Sommet des peuples africains le 14 février. L'événement se concentrera sur des priorités vitales pour le continent africain : l'agriculture et l'agroécologie, la terre et l'abus des entreprises. En particulier, la plateforme appelle les gouvernements de l'UE et de l'UA à mettre l'agroécologie sur la table politique et à reconnaître ses succès dans la production d'aliments sains avec de faibles coûts d'intrants, avec un énorme potentiel pour créer des emplois, fournir des régimes alimentaires équilibrés et rendre les communautés agricoles plus résilient. Dans l'ensemble, la CIDSE et ses partenaires estiment que les relations internationales doivent être établies pour garantir que les droits de l'homme sont à la base de toute relation future entre les peuples et les pays : le droit à l'alimentation, le droit à un environnement durable, la terre et les droits des paysans. 

"Pour les Africains, la terre détermine notre identité en tant qu'êtres humains, notre dignité, notre sentiment d'appartenance. En Afrique, la nourriture est un droit humain fondamental, pas une marchandise entre les mains de quelques privilégiés qui déterminent les prix à travers leurs industries alimentaires." Déclaration de la société civile africaine sur le partenariat Afrique-Union européenne, 2020 

Notes aux éditeurs: 

La CIDSE organise une espace média virtuel à la clôture du Sommet des peuples africains (lundi 14 février 17.00h18.00-XNUMXhXNUMX CET), au cours de laquelle les journalistes peuvent organiser des entretiens personnels avec les intervenants. Plus d'informations sont disponibles ici.  

A dossier de presse y compris des informations de base et des ressources sont également disponibles ici.  

Contact médias: Valentina Pavarotti, responsable de la communication, pavarotti@cidse.org  

Photographe : Christophe Smets, La Boîte à Images

Partager ce contenu sur les médias sociaux