Les banques de développement font une sortie éhontée – CIDSE

Les banques de développement se retirent sans vergogne

Déclaration collective, 28 février 2022:
Les banques de développement sortent sans vergogne d'un accaparement colonial des terres au Congo


Le 22 février 2022, les banques de développement – ​​BIO de Belgique, CDC du Royaume-Uni, DEG d'Allemagne et FMO des Pays-Bas – annoncé qu'ils avaient vendu leurs intérêts financiers restants dans Plantation et Huileries du Congo (PHC), la société en proie aux scandales détenant plus de 100,000 XNUMX ha de concessions de plantations de palmiers à huile en RD Congo. Il suit le sortie de la banque française de développement Proparco au début de 2021.

Cela marque la fin d'une période de neuf ans au cours de laquelle un consortium de plusieurs des plus grandes banques de développement du monde dépensé plus de US $ 150 millions soutenir une entreprise qui a acquis ses concessions foncières lors d'un accaparement de terres à l'époque coloniale belge et qui était impliqué en gros violations des droits humains et de la délits environnementaux avant et pendant les investissements des banques de développement. Il constitue l'un des exemples les plus choquants de la complicité des banques de développement dans l'appauvrissement, la dépossession et la répression des communautés locales dans les pays du Sud. 

Les banques ont ignoré avertissements répétés d'organisations de la société civile avant de financer PHC et n'ont pas mené d'enquête approfondie ni traité les abus causés par la sécurité de PHC et les nombreux griefs formulés par les communautés. Malgré les appels directs des organisations de la société civile de leurs pays d'origine et de celles de la RD Congo, ils ont rejeté les inquiétudes et insisté sur le fait que leurs « investissements » apporteraient le « développement ». Leur retrait éventuel de l'entreprise est une tragique non-surprise, car l'entreprise n'a fait aucun profit et n'a montré aucune amélioration dans ses pratiques.

En effet, les communautés impactées par les opérations PHC ont perçu une augmentation marquée des intimidations, harcèlements et violences ces dernières années (voir une description détaillée des incidents ici et des informations sur les arrestations de plus de 15 personnes au total et le meurtre de deux villageois par la sécurité de PHC au début de 2021 ici et de la ici; des communiqués plus récents sur les incidents de violence sont disponibles sur le site Web www.farmlandgrab.org).

Un gâchis d'entreprise

Les banques de développement portent une lourde responsabilité dans ce gâchis. Pendant des années, ils ont détenu la majorité de l'entreprise, étaient fortement représentés au sein de son conseil d'administration et détenaient la quasi-totalité de l'encours de la dette de l'entreprise. Pourtant, pendant cette période, ils n'ont pas réussi à mettre les pratiques de PHC aux normes ou à mettre fin aux violations des droits de l'homme et aux atteintes à l'environnement. Des cas de graves violations des droits de l'homme, des violations du travail, des crimes environnementaux et même des meurtres ont été pas correctement enquêté, aboutissant au contexte actuel d'impunité. Plus important encore, ils n'ont rien fait pour résoudre les problèmes fonciers hérités du passé au cœur des tensions entre l'entreprise et les communautés. Plutôt ils a aggravé le problème en fragmentant les concessions arrivées à expiration en plusieurs titres pour servir de garantie pour leurs prêts, à l'insu des communautés locales et en violation de la loi de la RDC.

En 2020, les banques de développement ont supervisé une processus de restructuration dans laquelle l'ancien propriétaire de PHC, la société canadienne Feronia Inc, a déposé son bilan et PHC a été essentiellement donné à la société de capital-investissement Kuramo Capital. Les banques de développement ont annulé 80 % de la dette de PHC et ont annulé toutes leurs parts dans Feronia. Le 22 février 2022, les derniers morceaux de leurs intérêts sur la dette ont été vendus pour un montant non divulgué à Maku Holdings, une filiale de Kuramo Capital.

Le processus de restructuration a commencé peu de temps après que le Mécanisme international de plaintes (ICM) de la DEG, du FMO et de Proparco ait formellement accepté une plainte déposée par 11 communautés pour un processus de médiation visant à résoudre le conflit foncier historique. Les communautés espéraient que, grâce à la médiation, leurs droits fonciers seraient enfin reconnus et qu'elles parviendraient à un nouvel accord avec l'entreprise sur cette base, qui inclurait des réparations pour les dommages causés. Leurs attentes étaient fondées sur le contrôle des SSP par les banques de développement, et ces banques avaient pour mandat de protéger les intérêts des communautés locales et étaient responsables devant les gouvernements élus dans leur pays d'origine. 

Le retrait complet des banques européennes de développement de PHC sapera davantage la confiance de la communauté dans le processus de médiation de l'ICM, qui souffrait déjà d'un retard de trois ans et de l'incapacité de l'ICM à protéger les villageois participant à la première phase du processus contre les abus. . 

La responsabilité du processus est désormais confiée aux nouveaux propriétaires et dirigeants de l'entreprise, qui n'inspirent pas confiance. La nouvelle directrice générale de PHC, Monique Gieskes, a été condamné en 2021 par un tribunal de la RDC à six mois de prison et tenue de rembourser 780,000 XNUMX $ qu'elle aurait volé d'une entreprise de confection néerlandaise qu'elle représentait en RDC. Au cours de la dernière année de son mandat à PHC, les tensions violentes entre l'entreprise et les villageois se sont intensifiées, des villageois accusés d'avoir «volé» des fruits de palmier à l'entreprise étant arrêtés, battus et même tués par la police locale et les agents de sécurité de PHC. 

Pendant ce temps, la propriété réelle de la société est toujours contestée dans les procédures judiciaires à New York, au Delaware, au Canada et en RD Congo. L'équipe qui semble gagner est menée par Kuramo Capital et ses individuels, qui comprend les dotations de l'Université du Michigan, de l'Université de Washington à Saint-Louis, de l'Université Northwestern et des écoles Kamehameha, ainsi que de la Fondation Bill & Melinda Gates et de la Caisse de retraite des employés du gouvernement sud-africain et de la Société d'investissement publique. 

Les préjudices doivent être traités

Il est impératif que les gouvernements chargés de superviser les banques de développement agissent rapidement pour veiller à ce que des mesures soient prises pour réparer les torts causés aux communautés par leur investissement dans PHC et Feronia. La sortie des banques de développement, qui s'est faite sans consultation des communautés locales, est une violation des obligations extraterritoriales que ces institutions et leurs gouvernements nationaux ont de protéger, respecter et réaliser les droits de l'homme à l'étranger. Ces obligations sont clairement énoncées dans un nouveau rapport du Bureau des droits de l'homme des Nations Unies, Remède dans le financement du développement, publié le 23 février 2022. Comme l'a déclaré Michelle Bachelet, Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme : « En termes simples : si vous contribuez à nuire, vous devriez contribuer à réparer ». Dans un premier temps, les gouvernements impliqués dans le financement de Feronia et de PHC doivent procéder à une évaluation commune et complète de l'impact sur les droits humains.

L'ICM pourrait encore fournir un espace potentiel pour remédier à certaines des injustices, mais cela ne peut se produire que si le processus devient plus transparent, s'il permet aux communautés de reprendre le contrôle de leurs terres et si les communautés disposent de ressources suffisantes et de toutes les informations nécessaires pour participer sur un pied d'égalité. De plus, les gouvernements européens et leurs banques de développement ont l'obligation de veiller à ce que cela se produise et la responsabilité de rester parties prenantes au processus de médiation de l'ICM, puisque la pétition des communautés concernait leurs investissements des banques de développement dans PHC et Feronia. Il est impossible que les problèmes fonciers hérités du passé puissent être résolus de manière adéquate si les communautés n'ont à faire face qu'aux nouveaux propriétaires de PHC dans le cadre de la médiation. 

Les banques de développement ont peut-être quitté PHC, mais nous restons déterminés à travailler avec les communautés de la RD Congo dans leur lutte centenaire pour leurs terres et à tenir les banques de développement responsables des dommages qu'elles ont causés. Pour les communautés et l'environnement, la lutte doit se poursuivre et se poursuivra. 

Signé par:

  • Réseau Foi et Justice Afrique Europe (AEFJN)
  • Alliance pour la Souveraineté Alimentaire en Afrique (AFSA)
  • CCFD-Terre Solidaire – France
  • CIDSE
  • Confédération Paysanne du Congo (COPACO) – RD Congo
  • Maison d'angle - Royaume-Uni
  • Forum des petits agriculteurs d'Afrique orientale et australe (ESAFF)
  • Entraide et Fraternité – Belgique
  • FIAN Belgique
  • FIAN Allemagne
  • FOCSIV – Italie
  • GRAIN
  • Réseau mondial d'action juridique (GLAN)
  • Green Development Advocates (GDA) – Cameroun
  • Paysage vert – Sierra Leone
  • Commission Justice Paix et Développement (JPDC) du Symposium des Conférences Episcopales d'Afrique et de Madagascar (SECAM)
  • Milieudefensie – Pays-Bas
  • Muyissi Environnement – ​​Gabon
  • Institut d'Oakland - États-Unis
  • Conférence épiscopale régionale d'Afrique de l'Ouest (RECOWA)
  • Réseau des Acteurs du Développement Durable (RADD) -Cameroun
  • Réseau d'information et d'appui aux ONG nationales (RIAO-RDC) – RD Congo
  • Rettet den Regenwald – Allemagne
  • Réseau sierra-léonais sur le droit à l'alimentation (SiLNoRF)
  • Lutte pour économiser notre environnement futur (SEFE) – Cameroun
  • Synergie nationale des paysans et riverains du Cameroun (Synaparcam) – Cameroun
  • Urgewald – Allemagne
  • Welthaus Graz – Autriche
  • Radio témoin - Ouganda
  • Mouvement mondial de la forêt tropicale



Photo de couverture : Plantations PHC à Lokutu, Crédit GRAIN

Partager ce contenu sur les médias sociaux