Protéger notre maison commune contre les effets de l'extractivisme et de l'exploitation minière - CIDSE

Protéger notre maison commune contre les effets de l'extractivisme et de l'exploitation minière

Un compte rendu de l'événement « Mais que la justice coule comme un fleuve » avec des représentants des zones touchées d'Amérique latine

Les communautés d'Amérique latine doivent faire face quotidiennement aux conséquences des activités des sociétés transnationales (STN), parmi lesquelles les industries extractives sont particulièrement nocives. L'extraction de pétrole, les projets de méga-barrages et les activités minières drainent la région de ses ressources naturelles et entraînent une perte de biodiversité et de diversité culturelle, une pollution de l'environnement et des violations des droits de l'homme.

Un excellent exemple en est le cas de Brumadinho, au Brésil, où l'effondrement d'une digue à résidus, causé par la négligence d'une entreprise, a entraîné la mort de 272 personnes en 2019.

Pour discuter de ce cas et d'autres cas de territoires touchés par l'industrie minière, une caravane latino-américaine d'organisateurs communautaires et de chefs religieux du réseau Iglesias y Minería s'est lancée dans une tour d'Europe. Leur objectif est de faire connaître leur lutte contre l'extractivisme et d'organiser des réunions avec des députés européens, des décideurs politiques, des chefs religieux et des alliés tels que la CIDSE. L'arrivée de la Caravane était liée aux développements politiques actuels, comme la proposition de la Commission européenne pour une directive sur le devoir de diligence en matière de durabilité des entreprises (CSDD) et les négociations pour un traité juridiquement contraignant des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l'homme.

Lors de leur escale à Bruxelles, le 24 mars, la délégation a participé à «Mais laisse la justice couler comme une rivière», un événement co-organisé par la CIDSE, COMECE et de Iglesias y Minería relier les débats politiques dans le domaine de la réglementation des entreprises aux expériences vécues des dirigeants communautaires et religieux latino-américains.

L'événement était animé par la secrétaire générale de la CIDSE, Josianne Gauthier, tandis que le président de la COMECE, S. Ém. Le cardinal Hollerich a prononcé le discours d'ouverture. Dans son discours, le cardinal a fait un lien avec la proposition de la Commission européenne sur la réglementation des entreprises, exprimant son espoir qu'elle serait considérablement renforcée en termes d'étendue des entreprises couvertes, de facilité d'accès des victimes à la justice et d'applicabilité des obligations des entreprises. .

S.Em. Cardinal Hollerich et Josianne Gauthier

Le premier membre de la Caravane à prendre la parole a été Mgr Vicente de Paula Ferreira, évêque auxiliaire de l'archidiocèse de Belo Horizonte et membre de la Commission épiscopale spéciale d'écologie intégrale et minière de la Conférence nationale des évêques catholiques du Brésil (CNBB). Mgr Vicente a reconnu la résilience de la communauté en ces temps de grande souffrance et a souligné la nécessité de promouvoir des alternatives à l'extractivisme à Brumadinho.

Mgr Vicente de Paula Ferreira

Pr. Juan Carlos Osorio Arenas, directeur de la pastorale sociale du diocèse de Caldas (Colombie), a retracé le développement de groupes environnementaux locaux qui défendent la région riche en ressources du sud-ouest d'Antioquia contre les intérêts des sociétés minières. Il s'est également dit préoccupé par le grand déséquilibre de pouvoir entre les communautés et les STN dans leurs différends juridiques.

Pr. Juan Carlos Osorio Arenas

Javier Martín Cerracin, responsable de la politique des droits de l'homme au Service européen pour l'action extérieure, a souligné que la proposition du CSDD peut déclencher un changement positif dans la culture d'entreprise en matière de droits de l'homme et d'environnement. Dans le même temps, il a également souhaité que cela conduise à de meilleures réglementations nationales en dehors de l'UE.

Javier Martin Cerracin

Selon Pedro Landa, membre du groupe Iglesias y Minería de Tegucigalpa (Honduras), les pays dont les entreprises et les banques profitent de l'exploitation minière en Amérique latine ont la responsabilité de réglementer le comportement des entreprises. Iglesias y Minería "Campagne Désinvestir dans l'exploitation minière» vise à mettre un terme aux investissements miniers qui nuisent aux communautés latino-américaines.

Pedro Landa

Enfin, Constanza del Pilar Carvajal Vargas, avocate, membre des collectifs Rios y Reconciliación et Territorio y Vida (Colombie), a rappelé que l'année dernière la Colombie était le pays le plus meurtrier pour les défenseurs de l'environnement. À la lumière de cela, elle a souligné la nécessité de réduire la consommation mondiale de nouveaux minéraux.

Constance du Pilar Carvajal Vargas

En résumé, l'événement a montré que l'extractivisme a des effets réels et néfastes sur le terrain, auxquels il faut s'attaquer avec de nouvelles solutions et réglementations pour protéger notre maison commune. Écouter les voix de ceux qui sont touchés par les abus des entreprises est essentiel pour construire un monde où le profit ne passe plus avant les droits de l'homme et l'environnement.


Photos: CIDSE et Iglesias y Minería

Partager ce contenu sur les médias sociaux