Les agences catholiques appellent à une action urgente d'atténuation du climat faisant écho à la recherche scientifique - CIDSE

Les agences catholiques appellent à une action urgente d'atténuation du climat faisant écho à la recherche scientifique

Réaction de la CIDSE à la publication du dernier Rapport du groupe de travail III du Groupe international d'experts sur l'évolution du climat (GIEC) sur « l'atténuation du changement climatique ».

Le GIEC a publié aujourd'hui son rapport sur l'atténuation du changement climatique et son message est clair comme de l'eau de roche : nous devons action climatique maintenant sous forme de profonde et urgente réduction des émissions, et bien avant 2030, pour rester en dessous de 1.5°C. Selon le rapport, une action urgente est nécessaire au cours des huit prochaines années si nous voulons atteindre les objectifs de l'Accord de Paris. En tant qu'agences catholiques de développement, nous sommes inspirés par le pape François pour appeler à une action urgente face à l'urgence climatique.  

Le précédent rapport du GIEC (voir communiqué de presse CIDSE, février 2022) a souligné qu'étant donné que le réchauffement climatique atteindra 1.5 °C (2.7 °F) au cours des deux prochaines décennies, de multiples aléas climatiques seront inévitables. Même un dépassement temporaire de ce niveau de réchauffement entraînera des impacts supplémentaires graves, dont certains seront irréversibles. Les sociétés seront exposées à de graves risques, y compris les infrastructures et les établissements côtiers exposant des millions de personnes à une insécurité alimentaire et hydrique aiguë, en particulier en Afrique, en Asie, en Amérique centrale et du Sud, sur les petites îles et dans l'Arctique. Alors que le changement climatique est un défi mondial, il nécessite des solutions locales (Communiqué de presse du GIEC AR6 WGIII, 2022).  

Le rapport actuel du GIEC souligne que des mesures visant à réduire l'augmentation des émissions de carbone et des gaz à effet de serre connexes ainsi que la gravité et les impacts du changement climatique doivent être prises immédiatement et avec une plus grande ambition par tous les pays, en particulier dans les plus industrialisés. Ce rapport devrait être un appel clair à tous les pays riches pour qu'ils décarboner leurs économies pour protéger la planète de la dévastation impensable qui sera causée par les niveaux de réchauffement actuellement projetés. Pour éviter de dépasser la limite de 1.5 °C, et pour éviter les dommages irréparables qui en résulteront, les émissions doivent tomber à environ zéro à mesure que les pays mettent en œuvre leurs contributions nationales déterminées (NDC) pour rester cohérents avec l'objectif de température de Paris de 1.5 °C, et ainsi, combler l'écart d'ambition. L'accent doit être mis sur solutions transformatrices tels que les systèmes énergétiques justes, renouvelables et décentralisés et l'agroécologie. Toute "ambition" reposant sur de fausses solutions climatiques telles que les technologies d'émissions négatives (NET), la bioénergie avec capture et stockage du carbone (BECCS) et la géo-ingénierie nous enfermerait dans des voies dangereuses et n'aiderait pas à atteindre efficacement l'objectif de température de 1.5 °C . 

Le nouveau rapport souligne également à quel point la justice sociale, la justice climatique et la participation publique inclusive sont essentielles pour réaliser les transformations nécessaires des systèmes énergétiques et économiques suffisamment rapidement et à l'échelle nationale et mondiale. Pour la CIDSE, justice sociale et climatique sont en effet les deux faces d'une même médaille et il ne peut y avoir de véritable justice sans l'engagement et la participation des personnes depuis la base ainsi que le respect des droits de l'homme. En temps de crise, nous ne devons pas oublier les facteurs humains et en même temps, lorsque des crises humanitaires surviennent, le changement climatique ne peut pas être oublié car c'est une réalité permanente. Au lieu de cela, les crises qui s'aggravent doivent être considérées comme des signaux pour nous inciter à transformer les systèmes énergétiques mondiaux en énergies renouvelables pour tous. 

La CIDSE se félicite également de la façon dont le GIEC trace clairement les liens entre le changement climatique et politiques commerciales dans une économie mondialisée, où le profit des sociétés transnationales passe souvent avant le bien commun et l'environnement.  

Les noms des rapports du GIEC Règlement des différends entre investisseurs et États (ISDS), qui permettent aux investisseurs de poursuivre les États en justice pour obtenir une indemnisation lorsque les politiques climatiques, ainsi que d'autres politiques en matière de travail ou de fiscalité, entre autres, nuisent à leurs bénéfices. En décourageant les gouvernements d'introduire des politiques de lutte contre le changement climatique, cet outil juridique peut entraver une action climatique ambitieuse, les États craignant d'être poursuivis par des sociétés puissantes. Les RDIE sont contenus dans plus de 2,300 XNUMX accords internationaux. 

La politique de la CIDSE demande, conformément aux preuves du rapport :  

  1. Afin de combler le déficit d'émissions et d'équité, des mesures d'atténuation urgentes, ambitieuses et transformatrices sont primordiales et ne doivent pas être séparées des programmes d'adaptation et de pertes et dommages, car ils restent tout aussi importants et interdépendants. 
  1. L'accélération vers une transition énergétique juste et une élimination progressive des énergies fossiles sans géo-ingénierie et capture du carbone, car les technologies à émissions négatives (NET), l'élimination du dioxyde de carbone (CDR) ou la bioénergie avec capture et stockage du carbone (BECCS) proposent une approche rétrospective des émissions réduction. Autrement dit, ce n'est jamais une solution de s'appuyer sur des technologies à risque qui n'ont pas encore été développées ou prouvées efficaces, ni de continuer à accepter davantage de risques déjà posés à l'environnement et aux personnes en suivant des modèles d'atténuation qui reposent sur ces technologies. 
  1. Une transition urgente et juste vers des technologies éprouvées plus sûres, abordables et accessibles telles que les systèmes d'énergie renouvelable et l'agroécologie devrait mettre fin à toutes les subventions aux combustibles fossiles (et aux infrastructures). 
  1. Faire de l'équité et des droits de l'homme des principes clés pour garantir l'intégrité de l'Accord de Paris et la mise en œuvre des ODD des Nations Unies, ne laissant ainsi personne de côté. 

Notes aux éditeurs 

Qu'est-ce que l'atténuation du changement climatique ? L'atténuation du changement climatique fait référence aux efforts visant à réduire ou à prévenir les émissions de gaz à effet de serre. Pour une définition plus complète, reportez-vous au Site web de la CCNUCC.  

Que signifie l'écart d'ambition ? L'écart d'ambition décrit généralement l'écart qui existe entre le niveau d'ambition des États en termes de volonté de prendre des mesures climatiques ambitieuses et le degré d'action qui est en fait nécessaire pour lutter efficacement contre le changement climatique. 

Contributions déterminés au niveau national (NDC) : Les CDN incarnent les efforts déployés par chaque pays pour réduire les émissions nationales et s'adapter aux impacts du changement climatique. Pour une définition plus complète, reportez-vous au Site web de la CCNUCC

À propos du GIEC et le cycle d'évaluation actuel : Le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC) est l'organisme des Nations Unies chargé d'évaluer la science liée au changement climatique. Le GIEC fournit des évaluations régulières de la base scientifique du changement climatique, de ses impacts et des risques futurs, et des options d'adaptation et d'atténuation. Il est actuellement sur son Sixième cycle d'évaluation, et ils produiront les rapports d'évaluation de ses trois groupes de travail. Dans le cadre de ce cycle, le GIEC vient de publier le rapport du GTIII sur « l'atténuation du changement climatique ».    

Publications récentes de la CIDSE sur le changement climatique :  

La justice climatique dans le contexte du Covid-19 (2021)   

L'urgence climatique: naviguer vers un nouveau paradigme (2018)   

À propos de l'ISDS : Voir la vidéo "Arrêtez l'ISDS et soutenez le traité contraignant» et lire l'article «Des militants déguisés en loups envahissent Davos pour protester contre les tribunaux d'entreprise de l'ISDS » 

PERSONNE-RESSOURCE: Valentina Pavarotti, responsable des communications CIDSE, Pavarotti(at)cidse.org

Photo de couverture : Juan Carlos Huayllapuma/CIFOR.

Partager ce contenu sur les médias sociaux