Le quoi, le comment et le pourquoi de la crise alimentaire mondiale - CIDSE

Le quoi, le comment et le pourquoi de la crise alimentaire mondiale

Dans cet entretien, nous discutons avec Valentin Brochard, Chargé de Plaidoyer Souveraineté Alimentaire à le CCFD-Terre Solidaire (membre de la CIDSE en France), sur la crise alimentaire actuelle, ses déclencheurs et les solutions possibles. Plusieurs organisations membres de la CIDSE sont également impliquées dans ce problème, certaines références peuvent être trouvées ci-dessous

Nous entendons parler d'une crise alimentaire mondiale : que se passe-t-il réellement ?
La faim augmente depuis 6 ans dans le monde : on peut parler d'une crise alimentaire globale et structurelle dans laquelle 2.4 milliards de personnes, soit environ un tiers de la population mondiale, souffrent d'insécurité alimentaire. Cela affecte à la fois les habitants du « Nord global » et ceux du « Sud global ». En Europe par exemple, 10% de la population souffre d'insécurité alimentaire. Il y a des raisons structurelles à cela, qui trouvent leur origine dans nos systèmes économiques, agricoles et alimentaires :

  • Nous assistons à un montée des conflits dans le monde : comme c'est le cas pour la guerre en Ukraine, la faim est utilisée comme arme de guerre; par exemple, les champs sont détruits et les gens n'ont pas le droit d'aller aux marchés. Concrètement, les conflits créent la faim.
  • Extrême événements climatiques telles que les inondations et les sécheresses sont en augmentation et elles sont la première cause de pertes agricoles dans le monde.
  • Il y a une montée de inégalités: 3 milliards de personnes n'ont pas accès à une alimentation saine, alors que globalement nous produisons suffisamment pour nourrir tout le monde. La faim n'est pas un problème de production, c'est un question de justice, liés au partage des ressources et à l'accès financier. Cela peut sembler absurde, mais 50 % des personnes touchées par la faim sont de petits producteurs agricoles. On peut dire que le système alimentaire mondialisé actuel est un vecteur d'inégalités.

Par ailleurs, il existe actuellement deux circonstances aggravantes : la première est la Pandémie de COVID-19, qui a exposé les faiblesses de notre système alimentaire et agricole : il a dévoilé les problèmes causés par l'interdépendance entre les pays. Le deuxième facteur est qu'il y a une hausse continue des prix alimentaires, qui avait déjà commencé deux ans avant la guerre en Ukraine ; en 2021 seulement, les prix alimentaires internationaux avaient connu une augmentation de 30 %.

Pourquoi la sécurité alimentaire de certains pays est-elle menacée dans notre système alimentaire mondial actuel ?
Une raison importante est que les États n'ont pas été à la hauteur de leurs souveraineté alimentaire, ils n'en ont pas fait une priorité. De nombreux pays sont hyper-spécialisés dans un type spécifique de production alimentaire, partant du principe qu'ils vont exporter sur les marchés étrangers et compter sur les importations pour leur sécurité alimentaire.

Où la crise se fait-elle le plus sentir aujourd'hui ? Comment la population locale et les paysans locaux y réagissent-ils ?
Précisons qu'il existe deux principales crises liées à l'alimentation : la crise du blé et du maïs et la crise des prix des denrées alimentaires, qui affectent les populations de différentes manières.
Concernant la crise du blé et du maïs, à court terme les plus touchés sont les importateurs directs de blé et de maïs de Russie et d'Ukraine (ex Erythrée), à ​​moyen terme, tous les pays importateurs de ces céréales seront touchés au niveau différents niveaux. Cela dépend de la quantité de ces céréales utilisées dans l'alimentation des gens, en particulier du pourcentage de la nourriture qu'ils consomment qui est composé de ces céréales.
La flambée des prix alimentaires, en revanche, touchera tous les pays ! Mais les pays les plus pauvres avec des niveaux d'endettement élevés et sans protection sociale ressentiront les pires effets de cette crise alimentaire. C'est pourquoi il est nécessaire que les États aient la capacité financière de faire face à cette crise. Ils doivent pouvoir nourrir leur population et réinvestir dans leur agriculture. Il est donc également crucial d'aller vers la annulation de la dette de ces pays. Il est tout simplement impossible pour les pays pauvres de pouvoir payer leur dette, de réinvestir dans leur agriculture, de faire face aux troubles sociaux qui découleront de cette situation et de payer des prix alimentaires élevés sur les marchés internationaux.

Quels sont les effets de la guerre en Ukraine sur la crise alimentaire ?
La guerre en Ukraine va considérablement aggraver la situation alimentaire mondiale. Cela déclenchera une augmentation des prix des céréales et des prix alimentaires mondiaux. La Russie et l'Ukraine sont toutes deux d'énormes exportateurs de blé et de maïs et d'autres produits (la Russie et l'Ukraine couvrent 12 % de toutes les calories échangées au niveau mondial, 23 % des exportations mondiales de blé, 16 % des exportations mondiales de maïs et 73 % d'huile de tournesol).

Pendant la guerre, ils ne peuvent ou ne veulent pas exporter autant qu'avant : au début de la guerre, la Russie a bloqué la mer Noire qui servait à exporter les marchandises ukrainiennes. Plus tard, le gouvernement ukrainien lui-même a interdit toutes les exportations alimentaires pour conserver de la nourriture pour sa population, ce qui était une mesure absolument nécessaire compte tenu également du fait que l'armée russe détruit les stocks alimentaires ukrainiens.
Du côté russe, les sanctions économiques internationales ont réduit leurs capacités d'exportation, et en même temps, le gouvernement russe utilise l'arrêt des exportations dans le but de faire pression sur les gouvernements, en utilisant la faim comme outil convaincre certains États de rester neutres et de ne pas se ranger du côté de l'OTAN ou de l'Ukraine dans cette guerre.
Cette situation cause également beaucoup de spéculation et certains pays (par exemple, la Chine et le Maroc) ont commencé à acheter des stocks alimentaires parce qu'ils savent que le pire de la crise alimentaire est encore à venir et qu'ils veulent protéger la sécurité alimentaire dans leur pays. Dans le même temps, d'autres pays, pour les mêmes raisons, arrêtent leurs exportations ; L'Indonésie, par exemple, a cessé d'exporter de l'huile de palme et, plus récemment, l'Inde a décidé d'interdire ses exportations de blé car la sécurité alimentaire indienne est menacée en raison de vagues de chaleur et de sécheresses dramatiques. 

Y a-t-il un lien avec la hausse des prix de l'énergie ?
La hausse des prix de la production alimentaire va continuer à augmenter au niveau mondial notamment en raison de la crise des prix de l'énergie. Les prix du gaz ont bondi de 72 % depuis le début de la guerre, tandis que les prix du pétrole fluctuent. Ces prix affectent directement les prix des denrées alimentaires car nous avons besoin d'énergie pour produire, transformer, transporter et consommer des aliments. Les prix des engrais sont également liés aux prix de l'énergie puisqu'ils sont dérivés du pétrole ou du gaz. De plus, les pays touchés par ce conflit sont de gros exportateurs d'engrais : 12,6% des engrais exportés dans le monde viennent de Russie et 5,2% de Biélorussie (ce qui suit le comportement de la Russie dans sa politique de restriction des exportations).

Quelle a été la réaction internationale à la crise alimentaire ?
Au niveau international, différents acteurs ont avancé de manière dispersée. La France a promu leur initiative "Farm", les USA essaient de faire avancer une initiative au niveau du FMI, le secrétaire général de l'ONU pousse pour sa propre initiative, la FAO a encore une autre approche et ainsi de suite. Concrètement, il n'y a pas de réelle coordination internationale pour répondre à cette crise, qui est un crise d'accès un crise de régulation et de coordination. Si ses causes diffèrent, elle suit le même cheminement que les précédentes crises alimentaires de 2008-2009 et 2012, et s'il y a une leçon à retenir de ces crises, c'est que le manque de coordination internationale a amplifié leurs effets. S'il y avait eu une bonne coordination, nous aurions évité les spéculations, et nous aurions évité les réponses contre-productives des États.

Que pensez-vous de la rhétorique « nourrir le monde » ?
C'est une approche qui n'a franchement aucun sens. Historiquement, l'Europe nuit à la sécurité alimentaire des pays pauvres plutôt que de « nourrir le monde ». Ce ne sont pas nos exportations qui alimentent le monde, ce sont cependant nos exportations qui déstabilisent les marchés et créent une concurrence néfaste sur les marchés locaux. C'est par exemple le cas lorsque nous vendons du lait en poudre subventionné à des prix trop compétitifs ou lorsque nous exportons notre blé à des prix très bas au Sénégal ou en Amérique latine, affectant directement la production locale de céréales.
Il faut aussi comprendre qu'il ne s'agit pas d'une crise de production. C'est trop facile de dire : « on a une crise alimentaire, donc il faut produire plus ». Il s'agit en fait d'un crise de régulation. Nous aurons un meilleur impact si, par exemple, nous avons un moratoire sur les biocarburants, si nous arrêtons la spéculation sur les prix alimentaires au niveau international, si nous nous coordonnons de manière transparente autour des stocks au niveau international.  

Que peut faire la société civile face à ces crises ?
Des organisations comme le CCFD-Terre Solidaire et la CIDSE devraient se concentrer sur le plaidoyer en faveur de la coordination internationale et sensibiliser entre citoyens sur les vrais enjeux de la crise alimentaire et comment y remédier. A court terme, nous devrions faire pression pour un ensemble de règles internationales afin de limiter les impacts de la crise. A moyen terme, nous devons pousser pour amorcer un changement de nos systèmes agricoles, pour les rendre plus durables et diversifiés, pour basculer vers la souveraineté alimentaire et l'agroécologie. Nous devrions également élever la voix sur la nécessité d'annuler les dettes des pays pauvres pour augmenter leurs chances de réagir à la crise. Nous devons également soutenir les personnes les plus vulnérables par le biais de l'aide humanitaire et des couloirs humanitaires.

-FIN-

Vous souhaitez en savoir plus ?
Plusieurs organisations membres de la CIDSE travaillent sur la crise alimentaire :

© Valentin Brochard




Valentin Brochard, Chargé de Plaidoyer Souveraineté Alimentaire
le CCFD-Terre Solidaire



Infographie des crédits, CCFD Terre Solidaire
Photo de couverture : K. Zolan, Pexels.com

Partager ce contenu sur les médias sociaux