Résistance à l'accaparement des terres au Ghana - CIDSE

Résistance à l'accaparement des terres au Ghana

La CIDSE diffuse une vidéo contenant des témoignages de communautés affectées par les activités de SIAT, une entreprise belge active dans les plantations de palmiers à huile au Ghana. 

Les mouvements populaires en Afrique élèvent la voix contre l'accaparement des terres par des entreprises étrangères, qu'ils considèrent souvent comme une nouvelle vague d'occupation coloniale. Les communautés affirment que leurs terres sont un bien précieux pour les entreprises agroalimentaires qui les acquièrent sans consultation préalable ou par de fausses promesses de développement. C'est le cas de SIAT, une société belge. 

SIAT est spécialisé dans la production de caoutchouc et d'huile de palme. Les communautés l'ont accusé d'accaparement des terres. A travers ses filiales au Nigeria, au Ghana et en Côte d'Ivoire, SIAT a acquis des milliers d'hectares de terres sans le consentement des communautés locales. Les communautés accusent SIAT de violations des droits des travailleurs, de dommages environnementaux et de perte de biodiversité - en raison des pratiques de monoculture et de l'utilisation de pesticides (plus d'informations sur son impact en Côte d'Ivoire – ici). 

Les LSLA ne sont pas un phénomène nouveau. Dans les années 1970 et 1980, les programmes de la Banque mondiale ont permis aux anciennes entreprises coloniales de réaffirmer leur présence en Afrique en les engageant pour gérer des projets de développement agricole. Dans les années 1990 et 2000, les privatisations poussées par les programmes d'ajustement structurel de la Banque mondiale ont ouvert la voie aux ATGE par des entreprises étrangères. 

Les acquisitions foncières à grande échelle par les entreprises agro-industrielles ont souvent un impact désastreux sur les communautés rurales en Afrique, telles que les perte d'accès à la terre et licenciement important. Les effets néfastes affectent de manière disproportionnée des groupes déjà marginalisés, entraînant souvent une différenciation sociale plus large qu'auparavant.   

Dans un court-métrage produit par Mho Diaby, qui vient d'être publié par la CIDSE, les dirigeants communautaires du Ghana parlent de la perte de terres, de la souveraineté alimentaire et de la violence dont ils ont été victimes en raison de la présence de SIAT. La vidéo documente la lutte pour la justice dans les communautés touchées par les opérations de SIAT et le besoin de solidarité régionale et internationale. Rien qu'au Ghana, les communautés touchées affirment que la filiale GOPDC de SIAT contrôle plus de 18,000 XNUMX hectares de terres. 

Voir la version plus longue du film ici : https://www.youtube.com/watch?v=7nt7vSF6mhA

Le film raconte les expériences de Comfort Takie, Auteur Christina, Emmanuel O. Kofi et des tours Samuel Anim, quatre défenseurs terrestres du Okumaning communauté qui s'est réunie après une réunion stratégique à Abidjan qui a réuni des représentants des communautés affectées par la SIAT. 

Ces dirigeants communautaires décrivent comment les investissements de SIAT ont été initialement bien accueillis par de nombreuses personnes dans leur région. Ils espéraient que les plantations stimuleraient l'économie locale et apporteraient des emplois et de meilleures conditions de vie.  

L'entreprise a rapidement déçu leurs attentes selon les communautés locales. Premièrement, il s'est approprié plus d'hectares qu'initialement autorisé. Ils expliquent que l'accaparement des terres a eu lieu de manière violente – certaines attaques ayant fait plusieurs blessés et même des morts. Deuxièmement, il a embauché des travailleurs sur des contrats à court terme et n'a pas fourni de conditions de travail sûres. Enfin, il a commencé à utiliser des produits chimiques et des pesticides nocifs, causant d'importants problèmes de santé aux communautés environnantes.


Crédits photo de couverture : Mho Diaby. Sur la photo : Comfort Takie

  

Partager ce contenu sur les médias sociaux