Dialogues africains sur le climat – Vers la COP27 – CIDSE

Dialogues africains sur le climat – Vers la COP27

Un groupe d'acteurs de l'Église et de la société civile lancé les Dialogues Africains sur le Climat, un processus de réflexion sur des sujets clés qui affectent l'Afrique vers Conférence des Nations Unies sur le climat (COP27) à Charm el-Cheikh, Égypte.

Les Dialogues africains sur le climat sont une initiative réunissant des acteurs de l'Église et de la société civile ainsi que des alliés, notamment des communautés et des chefs religieux de tout le continent africain et des organisations européennes. Tout au long de ces dialogues, nous partagerons des réalités africaines, des expériences personnelles et des perspectives sur des sujets clés liés à la COP27 prévue du 7 au 18 novembre 2022.

Ils prendront la forme d'une série de réunions sur des sujets clés tout au long d'août-septembre 2022, au cours desquelles des participants experts seront invités à partager leurs points de vue, discuter des priorités et proposer des solutions. Les résultats de ces dialogues seront partagés avant et pendant la COP27 par le biais d'un communiqué conjoint, qui soutiendra le plaidoyer en cours d'une voix commune (composé de contributions issues des réalités climatiques sur le terrain, de réflexions spirituelles et techniques) à l'intention des gouvernements aux niveaux national, niveaux régional et international.

Inspiré par l'appel du pape François à synodalité (voyageant ensemble dans le dialogue), ces dialogues participatifs réfléchiront sur les réalités climatiques à travers le prisme des enseignements sociaux catholiques, ainsi que sur la science du climat, distillant des résultats politiques concrets pour la COP27 à Charm el-Cheikh. Les sessions de dialogues seront accessibles sur invitation. N'hésitez pas à contacter les contacts clés ci-dessous si vous êtes intéressé à participer à la session.

Les sessions suivantes feront partie des dialogues :

  • Les Fausses Solutions et le Bassin du Congo – 19 juillet
    On s'inquiète de plus en plus du fait que bon nombre des solutions climatiques proposées pour et en Afrique ne protègent pas et ne préservent pas l'intégrité de l'environnement ni ne favorisent la résilience climatique comme prévu, mais continuent plutôt de menacer les ressources naturelles restantes en Afrique, en particulier le bassin du Congo. Cette session se concentre sur l'identification et l'interrogation de diverses formes de fausses solutions de plus en plus soutenues qui détournent le discours climatique mondial de la forêt et de la biodiversité, de l'alimentation et de l'agriculture, de l'énergie et des industries extractives, et des secteurs commerciaux parmi les représentants du gouvernement, les acteurs de l'Église, les médias, et la base. Ils auront l'occasion de pointer du doigt les fausses solutions déjà existantes et de faire une analyse critique de leurs lacunes. Les voix de la communauté seront amplifiées en consacrant une autre session à entendre des témoignages sur le terrain. En particulier, les mobilisateurs de base du Congo, du Mozambique, du Nigéria et d'Afrique du Sud auront l'occasion de partager leurs histoires sur la façon dont ils ont été touchés par les fausses solutions déjà identifiées lors de la première session.
    Contact clé : Caroline Kiiru – Mouvement Laudato Si' (caroline(at)laudatosimovement.org)

  • Systèmes alimentaires, agriculture et adaptation – 10 août
    L'agriculture est un acteur essentiel du système climatique. Les experts ont constaté qu'il contribue de 19 à 29 % aux émissions totales de gaz à effet de serre. Ce n'est pas la seule préoccupation; l'agriculture est vulnérable aux impacts du changement climatique. Actuellement, des millions de personnes dans le Sahel, la Corne et l'Afrique de l'Est sont touchées par une insécurité alimentaire aiguë due à des précipitations peu fiables. De plus, le système alimentaire actuel est encore plus menacé à la suite des effets de la guerre en Ukraine qui ont révélé la profonde vulnérabilité des pays à faible revenu en raison des perturbations de la chaîne d'approvisionnement et des flambées des prix des denrées alimentaires. À mesure que la population mondiale augmente, la demande de nourriture augmente. Les expériences des acteurs locaux en Afrique montrent que la souveraineté alimentaire à travers la promotion de l'agroécologie offre des solutions à la crise climatique et peut aider à transformer les systèmes alimentaires pour faire face au changement climatique. Étant donné que la COP27 portera sur le financement et la mise en œuvre, il est essentiel de démontrer pourquoi l'agroécologie devrait être incluse en tant qu'approche des systèmes alimentaires dans les contributions déterminées au niveau national tout en étant soutenue par le financement climatique. Cet événement virtuel fournira une plate-forme pour discuter du contexte africain et des solutions locales possibles qui peuvent être étendues pour faire face à la crise climatique actuelle. Les organisateurs de l'événement reconnaissent l'importance de localiser l'action climatique en veillant à ce que la voix des petits exploitants agricoles soit entendue. Les participants discuteront de solutions locales transformatrices qui améliorent l'adaptation au changement climatique tout en respectant le climat, la biodiversité et les droits de l'homme.
    Contact principal : Lucy Esipila – Caritas Africa (lucy.esipila(at)caritas-africa.org)

  • Financement climatique – 31 août
    Les promesses actuelles de financement climatique sont loin de répondre aux besoins estimés, la mobilisation des fonds est loin derrière les promesses, les fonds mobilisés se présentent souvent sous des formes inappropriées (prêts concessionnels ou non concessionnels plutôt que subventions) et moins de la moitié des financements alloués est effectivement déboursé. En outre, de nombreux pays en développement ont un besoin prononcé de financement climatique pour mener à bien leurs actions d'atténuation et d'adaptation, en particulier en Afrique, mais le financement disponible n'atteint pas les pays et les communautés les plus vulnérables où il est le plus nécessaire. Pour une action climatique efficace et juste, le financement climatique doit être compris dans le contexte financier plus large en Afrique. Il y a un besoin prononcé de financement climatique pour les pays en développement afin d'atteindre leurs objectifs d'atténuation et d'adaptation, en particulier en Afrique, mais le financement disponible n'atteint pas les pays et les communautés les plus vulnérables où il est le plus nécessaire. Les promesses actuelles de financement climatique sont loin de répondre aux besoins estimés, la mobilisation des fonds est loin derrière les promesses, les fonds mobilisés se présentent souvent sous des formes inappropriées (prêts concessionnels ou non concessionnels plutôt que subventions) et moins de la moitié des financements alloués est effectivement déboursé. L'objectif de cette session est d'explorer l'importance du financement climatique pour l'Afrique, en soulignant la nécessité d'atteindre les objectifs existants, le rôle de la dette et l'accès au financement.
    Contact principal : Bryan Galligan – JENA (jeoresearchpolicy(at)jesuits.africa)

  • Pertes et dommages – 8 septembre
    La question des pertes et dommages a reçu une balle dans le bras lors de la COP26 à Glasgow. N'étant plus seulement une priorité pour les pays les plus touchés, les pertes et dommages attirent désormais l'attention des acteurs du climat à travers le monde. Pour de nombreux partisans de l'action sur cette question, ce changement d'attention vers les pertes et dommages est un recentrage bienvenu de l'attention au sein de la CCNUCC pour voir la crise climatique à travers le prisme des personnes qui en subissent déjà les impacts. Cet événement explorera le concept de perte et de dommage d'une manière accessible, au profit des décideurs politiques, des militants, des praticiens et des citoyens du monde entier en réfléchissant à ce que cela signifie du point de vue des communautés déjà touchées par les impacts climatiques à travers le lentille de l'enseignement social catholique, et offrant une plate-forme pour l'expression d'une vision claire de ce qui doit se passer à la COP27 sur cette question.
    Contact principal : Ben Wilson – SCIAF (bwilson@sciaf.org.uk)

  • Migration et déplacement – ​​15 septembre
    Cette session de dialogues africains sur le climat vise à discuter entre les ONG et les organisations confessionnelles d'Afrique, d'Europe et d'autres régions de la manière de s'attaquer aux causes profondes des déplacements induits par le changement environnemental et climatique, de l'adaptation aux impacts du changement climatique et de la protection des droits humains des personnes. déplacés de force de chez eux, y compris par le biais de mécanismes de perte et de dommages.
    La session vise à élaborer des messages de plaidoyer clés pour la prochaine COP27 en Égypte, en soulignant les décisions et les actions audacieuses que les États parties à la CCNUCC devraient prendre pour s'attaquer aux causes profondes et aux impacts du changement climatique et de la dégradation de l'environnement sur les personnes et la planète, en particulier sur les plus pauvres et les plus vulnérables, comme les femmes et les filles, les enfants et les jeunes, les personnes handicapées, les communautés locales et les peuples autochtones. Cela conduira à lier l'approche environnementale aux questions sociales en mettant particulièrement l'accent sur les voix de l'avenir. Il mettra également l'accent sur le rôle particulier des croyants dans la réussite de la COP27 et la mise de la planète sur la voie de la résilience.
    Contact clé : Alphonce Munyao – CYNESA (alphoncemunyao94(at)gmail.com)

Pour des renseignements généraux sur les dialogues, veuillez contacter : Lydia Machaka, responsable de la justice climatique et de l'énergie, CIDSE (machaka(at)cidse.org)


Ce projet est co-fondé par l'Union européenne. Son contenu relève de la seule responsabilité des organisateurs et ne peut en aucun cas être considéré comme reflétant les vues de l'Union européenne. 

Crédit photo : CYNESA.

Partager ce contenu sur les médias sociaux