Renouer avec la « bibliothèque de la vie » à travers nos aînés – CIDSE

Renouer avec la « bibliothèque de la vie » à travers nos aînés

Comment tenir le cap d'une société juste et durable ? C'était le fil rouge qui traversait le 2nd édition du «Forum International pour le Bien Vivre» (le forum international du bien-être) qui s'est tenu à Grenoble, en France, en juin 2022. Lors du Forum, différents acteurs (organisations de la société civile, universitaires, élus, acteurs économiques et citoyens engagés) se sont réunis pour capitaliser sur le succès de la 1st édition en 2018 et d'approfondir les échanges sur les questions clés liées au bien-être. La CIDSE a été invitée par le CCFD-Terre Solidaire, son organisation membre française et co-organisatrice du Forum, à participer à cet événement.

Pendant le Forum, Chargé de campagne de la CIDSE, Giorgio Gotra, a eu la chance de parler à Method Gundidza, Directrice de la Fondation EarthLore en Afrique du Sud et partenaire du CCFD-Terre Solidaire, sur son parcours de reconnexion à la nature et sa compréhension du bien-être.

Née au Zimbabwe, Method travaille avec passion sur la résurgence des semences traditionnelles, des pratiques agricoles traditionnelles, des savoirs indigènes et des sites naturels sacrés. À travers le travail de la Fondation EarthLore, il accompagne les communautés rurales, en particulier les femmes, dans un voyage pour faire revivre leurs connaissances et pratiques écologiques traditionnelles, la diversité des semences, les systèmes agricoles et de gouvernance. Ces connaissances et ces pratiques sont essentielles pour naviguer dans le changement climatique et défendre leurs terres contre les menaces croissantes de l'exploitation minière et industrielle. Method a participé à la première édition du Forum en 2018 et était heureux d'être de retour cette année pour représenter la Fondation EarthLore et partager ses expériences dans différents ateliers et sessions.

Method Gundidza, directrice de la Fondation EarthLore en Afrique du Sud.

Au Forum, la notion de bien-être occupe une place centrale. Que signifie cette notion pour vous ?

Il existe de nombreuses notions de bien-être. Pour moi, dans notre contexte, on parle d'Ubuntu, par exemple. Il s'agit de savoir comment nous pouvons vivre en paix avec nous-mêmes, la terre, le cosmos et les autres êtres vivants. En tant qu'êtres humains, nous sommes devenus seuls. Nous avons restreint notre cercle d'amitié uniquement aux personnes et pourtant, nous avons tellement d'autres amis avec qui nous pourrions partager la vie, comme les arbres, les rivières et les animaux. Ils font tous partie de la communauté vivante et ils sont aussi nos amis.

Alors, comment pouvons-nous être en paix avec toute la communauté de vie de telle manière que nous trouvions aussi cette paix nous-mêmes ? D'après ma propre expérience, notre activité économique dans sa forme actuelle (c'est-à-dire se précipiter, travailler, aller dans les magasins) aspire de l'énergie. Vous devez continuer à investir de l'énergie pour être dans ce système. Pour moi, le bien-être consiste à réduire cela à la façon dont nous trouvons cet équilibre pour nous sentir calmes et détendus.

Cela témoigne une fois de plus du travail que fait notre fondation EarthLore autour de la relance de la biodiversité. Notre travail autour de tout le spectre de la biodiversité est de donner vie à plus d'amis. Tout comme nous apprécions la nourriture que nous cultivons, nous apprécions également la compagnie des plantes de nos jardins, les abeilles qui viennent polliniser et les oiseaux avec qui nous partageons les graines. Chez nous, par exemple, nous avons beaucoup travaillé pour relancer le mil. Dans ce processus, nous avons découvert certaines espèces d'oiseaux que nous avions oubliées depuis longtemps, elles sont revenues parce que les conditions étaient propices. Ils font partie de notre mémoire et de notre communauté. Quand ils reviennent, on le remarque. Le bien-être est lié à cela d'une certaine manière. 

Pourriez-vous m'en dire un peu plus sur votre propre parcours de reconnexion à la nature ?

La séance de la bibliothèque vivante ici au Forum m'a rappelé ce que nous appelons nos aînés : nous les appelons « notre bibliothèque ». Ils nous disent des choses qu'on ne nous apprend pas à l'école. Ils nous parlent de la compréhension locale de l'écologie, de la structure, de l'eau et de la terre. Ils nous parlent du lien entre nous, qui vivons, et ceux qui sont sous terre.

Quand j'ai rejoint la Fondation Earthlore, quelque chose s'est déclenché en moi. J'ai participé à diverses activités impliquant les aînés et à leur écoute. Cela m'a incité à entreprendre un voyage personnel pour renouer avec mes aînés et vraiment commencer le voyage pour apprendre d'eux. Alors, comme je vis actuellement en Afrique du Sud, je retournais assez régulièrement au Zimbabwe pour leur parler de cette compréhension que « la terre est l'ancêtre », par exemple. Chez nous, quand nous saluons le chef traditionnel, nous disons que nous saluons la terre. Nous considérons qu'il est le gardien de la terre au nom de ceux qui sont partis et de ceux qui vivent, et nous voyons le chef comme étant le sol. Quand on fait un rituel, on prend du tabac, on le pose par terre et on dit : "Je leur donne, et je prends aussi". Les rituels que nous effectuons nous relient à eux. Nous utilisons du tabac pour cela, mais dans d'autres cosmologies, ils utilisent de l'eau. Au Bénin, par exemple, l'aîné prend de l'eau puis il la répand. Cela montre la connexion entre vous et le sol, comme un moyen de connexion. Il existe un moyen de créer une communauté entre les vivants et les morts, de communiquer et de se parler. S'ils donnent des signes, comment les écoutez-vous ? De la même manière que les anciens m'apprennent à lire dans la terre : que dit la terre ? Si c'est le printemps par exemple, l'époque qui commence à partir de fin août (selon la nature des saisons), les anciens diraient : « regarde ce que disent les arbres, regarde ce que disent les oiseaux quand ils chantent ? Est-ce qu'ils nous disent qu'il est temps d'accomplir des rituels ? Donc, cette présence et cette communication constantes avec tout le monde autour de nous, pas seulement avec les humains, est le voyage que j'ai entrepris pour en savoir plus sur l'écologie d'un point de vue indigène.

Où en êtes-vous maintenant dans votre parcours ?

Mon voyage a commencé en 2014 et il est toujours en cours. Maintenant que je suis vraiment dedans et que je comprends un peu plus, je dirais que ça a vraiment commencé. Parce que le contexte est beaucoup plus clair pour moi maintenant qu'il ne l'était par le passé. Je viens de rentrer d'un voyage au Zimbabwe et nous faisions ce que nous appelons un cartographie écologique. Ceci est fait par les anciens, ce n'est pas fait par des personnes « éduquées » (c'est-à-dire par ceux qui ont eu une éducation scolaire et sont alphabétisés). La carte écologique indique les limites d'un chef particulier et, à l'intérieur de ces limites, les caractéristiques écologiques qui s'y trouvent, par exemple les sources et les marécages. Il indique également où vous trouvez quels animaux, quels arbres, quels fruits, quelles montagnes et ensuite les modèles des montagnes par rapport aux rivières et aux zones humides. Les anciens dessinent tout cela. C'est un effort collectif où les anciens parlent aux jeunes.

Par exemple, vous pourriez constater qu'une certaine université est construite sur une zone humide. Mais d'une manière ou d'une autre, quand il y a un cyclone, cela se voit dans la façon dont l'eau va se déposer et se déplacer, et les anciens peuvent s'en souvenir. Ils peuvent dire que "l'endroit où cette personne s'installe ou se déplace maintenant" est une ancienne zone humide. Quand les pluies arrivent, vous pouvez le voir.

Nous travaillons avec l'écologie de la région, nous commençons donc à nous souvenir de ce qui a été planté dans le passé et où. Quels types de fruits aviez-vous et d'où venaient-ils ? Si nous soutenons ensuite la communauté avec des formations en agroécologie ou si nous plantons des arbres, nous le faisons dans le contexte de la façon dont la terre est ordonnée, pas n'importe comment. Grâce à la méthodologie des dialogues communautaires, nous nous asseyons avec la communauté (jeunes, vieux, d'âge moyen) et nous les mettons au défi de regarder le territoire : qu'observent-ils ? Quels sont les problèmes ? À partir de là, nous sélectionnons certaines connexions et les suivons. Cela pourrait conduire à un autre dialogue. Donc, les problèmes viennent d'eux.

Exemple de cartographie écologique

Accueillez-vous d'autres personnes dans ce voyage ? Avez-vous inspiré d'autres personnes ?

Je suis venu en France mi-juin et j'ai voyagé en Lorraine où le CCFD-Terre Solidaire a organisé une visite d'échange d'apprentissage avec des gens de cette région. Ils nous avaient déjà rendu visite en Afrique du Sud et nous avons vécu quelques expériences ensemble : des processus émergents dans la nature, passer la nuit dans la forêt, y compris des exercices pour se connecter de manière profonde. Un des participants m'a surpris et inspiré. Nous nous étions rencontrés en 2019 en Zambie, où elle avait participé à quelques processus de connexion, qui étaient vraiment puissants pour elle. De retour en France, elle mobilise un groupe de personnes qui partent ensemble en forêt pour passer du temps dans la nature. Elle m'a raconté comment elle avait commencé son propre voyage avec un groupe d'autres personnes dans la région. Lors de la visite d'échange d'apprentissage en France, nous avons revécu ensemble des expériences dans la nature et avons co-animé pour continuer à inspirer le groupe. Maintenant, elle veut commencer à faciliter des processus expérientiels de la nature avec des groupes de la région lorraine et de la Suisse.

Dans notre organisation, nous avons ce concept de "retour aux sources" où chaque membre de l'équipe doit faire quelque chose dans sa propre communauté et nous soutenons tous ceux qui pensent qu'il est possible de le faire dans leur propre domaine. C'est une façon de se répandre.

Notre organisation est petite, seulement 6 membres d'équipe, et nous avons des contacts avec des personnes/volontaires dans les communautés, mais nous faisons également partie d'autres réseaux - par exemple le Collectif African Earth Jurisprudence, qui nous met en contact avec des personnes et des organisations au Kenya, en Ouganda, au Bénin et en Éthiopie qui font un travail similaire. Tout cela fait la promotion de la méthodologie du « retour aux sources ». Nous sommes également un membre proche de la famille du Fondation Gaïa, une ONG basée au Royaume-Uni qui travaille beaucoup avec des ONG en Afrique qui font un travail similaire au nôtre. Nous sommes également membre fondateur de la Initiative de semences et de connaissances et les terres parsemées de Réseau Africain de la Biodiversité, et travailler avec des organisations partenaires du Sud, du Centre, de l'Ouest, de l'Est et du Nord de l'Afrique, en promouvant nos propres semences locales, résilientes et nutritives, et comment ramener la biodiversité dans nos champs et nos paysages.

Plus d'infos:

  • Si vous souhaitez en savoir plus sur la Fondation EarthLore, consultez leur site Web : http://earthlorefoundation.org/
  • Le CCFD Terre Solidaire, membre de la CIDSE, a également publié récemment un blog audio sur la façon dont Method Gundidza est venu travailler avec la Fondation EarthLore et comment cela l'a amené à entamer un long processus de renaissance des histoires des temps ancestraux et des connaissances indigènes (disponible en français).

Crédits photo: Méthode Gundidza.

Partager ce contenu sur les médias sociaux