Communiqué de presse : Appel à un traité contraignant fort des Nations Unies – CIDSE

Communiqué de presse : Appel à un traité contraignant fort des Nations Unies

« Les organisations catholiques de justice sociale plaident en faveur d’un traité fort des Nations Unies pour lutter contre l’impunité des entreprises dans les pays du Sud »




Une nouvelle analyse de la CIDSE du projet d'instrument juridiquement contraignant des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l'homme met en évidence les domaines à améliorer en matière de droits de l'homme, d'environnement et de changement climatique, d'accès à la justice, de diligence raisonnable, de responsabilité juridique et de politiques commerciales et d'investissement. La CIDSE appelle les États membres à combler ces lacunes lors des prochaines négociations.

La CIDSE, la famille internationale des organisations catholiques de justice sociale, publie aujourd'hui un analyse du projet actualisé de l'ONU de l'instrument juridiquement contraignant (LBI) qui constituera la base des négociations au niveau 9th Session du Groupe de travail intergouvernemental à composition non limitée (OEIGWG) des Nations Unies sur les sociétés transnationales et autres entreprises en matière de droits de l'homme (Genève, 23-27 octobre 2023).

L'analyse – disponible en anglais, français et espagnol – comprend des recommandations spécifiques aux négociateurs pour les révisions textuelles à Genève, où la CIDSE sera présente avec une délégation. Le 9th Cette session sera cruciale pour aborder les impacts des entreprises, en particulier celles transnationales, sur les populations et la planète, car les populations vulnérables et la crise climatique ne peuvent plus attendre.  

Bien que le projet mis à jour du LBI contienne quelques améliorations et clarifications utiles, l'analyse, rédigée par le professeur Markus Krajewski, Stephanie Regalia et Otgontuya Davaanyam de la faculté de droit de l'université Friedrich-Alexander d'Erlangen-Nürnberg en Allemagne pour la CIDSE , montre que les modifications rendent le texte moins ambitieux et qu'il conserve des dispositions et des approches auparavant considérées comme problématiques dans les versions antérieures. Certaines des omissions les plus importantes mises en évidence dans l’analyse sont : 

  • Droits de l’homme, environnement et changement climatique : le projet mis à jour est en deçà des projets précédents en ce qui concerne les questions de dommages environnementaux et de changement climatique. Cela se reflète dans les formulations supprimées sur le droit à un environnement sûr, propre, sain et durable et sur l'évaluation de l'impact environnemental et climatique dans les textes du projet mis à jour. Il est crucial que l'OEIGWG considère le lien inextricable entre l'environnement et les droits de l'homme, et qu'il le rende explicite dans le texte. 
  • Accès à la justice et aux recours : bien que le maintien d'une référence explicite au renversement de la charge de la preuve dans le projet actualisé soit le bienvenu, cela n'est pas une exigence nécessaire ; plus de spécificité dans le LBI serait utile pour garantir que le renversement de la charge de la preuve soit appliqué dans les affaires civiles, et pas seulement dans les affaires pénales où la présomption d'innocence (ou un principe équivalent) est une exigence fondamentale de l'État de droit. La possibilité d’actions de groupe constitue un pas en avant positif.  
  • Vérifications nécessaires:le processus de diligence raisonnable fait référence à un engagement bidirectionnel continu qui doit être mené en tenant soigneusement compte des points de vue des parties prenantes. Les dispositions du projet mis à jour sont insuffisantes et doivent être renforcées pour garantir une participation significative et efficace de toutes les parties prenantes concernées.  
  • Responsabilité juridique: la possibilité de tenir les entreprises responsables des violations des droits de l'homme résultant de leurs activités commerciales a été l'une des dispositions les plus débattues dans les différents projets et la référence accrue aux qualificatifs du droit national dans le projet actualisé reflète la difficulté entre les États à s'entendre sur des règles de responsabilité unifiées. , étant donné que ceux-ci varient généralement considérablement selon les systèmes juridiques. Le projet mis à jour représente un pas en arrière, en permettant aux États parties de modifier les principes juridiques nationaux pour qualifier leur respect des exigences en matière de responsabilité. 
  • Politiques commerciales et d'investissement: le projet actualisé n'inclut pas la possibilité et l'obligation pour les États d'entreprendre ex ante Des évaluations d’impact sur les droits de l’homme (EIDH) des accords commerciaux et d’investissement avant le début des négociations et avant leur ratification, pour rédiger des accords d’investissement et commerciaux d’une manière compatible avec les droits de l’homme – y compris des dispositions efficaces en matière de droits de l’homme et de durabilité – et pour réviser les accords existants. 

"Un traité contraignant des Nations Unies sur les entreprises et les droits de l'homme est essentiel pour obliger les entreprises à respecter les droits de l'homme et l'environnement dans le monde entier et garantir l'accès aux recours et aux réparations pour les personnes et les communautés touchées par l'exploitation. Cette analyse juridique recommande les améliorations nécessaires dans le projet de texte mis à jour. L’urgence est claire : les populations vulnérables, l’environnement et la crise climatique ne peuvent plus attendre. Les États membres doivent intensifier leur engagement pour garantir la justice aux communautés affectées», déclare Josianne Gauthier, secrétaire générale de la CIDSE.  

Dans son Exhortation Apostolique,Laudate Deum, sorti en En octobre 2023, le pape François nous rappelle l'urgence du changement climatique et souligne notre responsabilité morale de « reconfigurer le multilatéralisme ». [37]. Nous exhortons l’ONU à saisir l’occasion qu’offre ce Traité pour contribuer à ce processus.


AVIS AUX EDITEURS : 

  • Le Brouillon mis à jour d'un instrument juridiquement contraignant sur les entreprises et les droits de l'homme sera discuté lors de la 9th Session du Groupe de travail intergouvernemental à composition non limitée (OEIGWG) des Nations Unies sur les sociétés transnationales et autres entreprises en matière de droits de l'homme (Genève, 23-27 octobre 2023). 
  • Une délégation de la CIDSE composée de représentants de ses organisations membres et d'organisations partenaires d'Afrique et d'Amérique latine sera à Genève pour le 9th Session de l'OEIGWG.  


PERSONNES-RESSOURCES

  • Giorgio Gotra, responsable des communications par intérim, CIDSE (gotra(at)cidse.org)
  • Marta Isabel González Álvarez, Manos Unidas (tec.campanas(at)manosunidas.org)

CONTACTS SUR PLACE À GENÈVE

  • Josianne Gauthier, CIDSE (gauthier(at)cidse.org)
  • Wies Willems, Broederlijk Delen (Wies.Willems(at)broederlijkdelen.be)
  • Clara Alibert, CCFD-Terre Solidaire (Clara ALIBERT (c.alibert(at)ccfd-terresolidaire.org) 
  • Ingrid Pintaritsch, DKA-Autriche (Ingrid.Pintaritsch(at)dka.at)
  • François Mercier, Fastenaktion (mercier(at)fastenaktion.ch)
  • Armin Paasch, MISEREOR (Armin.Paasch(at)misereor.de)
  • Sorcha Tunney, Trócaire (Sorcha.Tunney(at)trocaire.org) 


Photo de couverture : Le leader communautaire Francisco Javier Sanchez Garcia se tient là où le manifestant Tomas Garcia a été tué. Tomas García a été abattu par l'armée hondurienne lors d'une manifestation devant les portes de la base opérationnelle de la société DESA. La communauté de Rio Blanco s'est opposée au barrage hydroélectrique d'Agua Zarca. Ils affirment que leur rivière, sacrée pour leur communauté, sera endommagée par la construction du barrage d'Agua Zarca, et qu'ils ne bénéficieront pas économiquement de sa construction. Ils affirment qu'ils n'ont pas été consultés et qu'ils n'ont pas consenti au projet. (2019). Crédit : Garry Walsh / Trócaire

Partager ce contenu sur les médias sociaux