La situation effroyable des détenus palestiniens dans les prisons israéliennes – CIDSE

La situation effroyable des détenus palestiniens dans les prisons israéliennes

Adalah, HaMoked et PHRI plaident à Bruxelles pour mettre fin à la déshumanisation et au déni des droits fondamentaux des détenus palestiniens par Israël
Par Ahmed Al Aydi


En mars 2024, les organisations partenaires des membres de la CIDSE Est, HaMokedet Médecins pour les droits de l'homme - Israël (PHRI) s'est réuni à Bruxelles lors d'une visite pour discuter de la situation désastreuse des détenus palestiniens dans les prisons israéliennes et les centres de détention militaires. Ces organisations fournissent une assistance juridique et un plaidoyer aux prisonniers palestiniens dans le territoire palestinien occupé et sont également engagées dans des efforts de plaidoyer et de documentation. À Bruxelles, ils ont rencontré des décideurs politiques européens et belges ainsi que des représentants des États membres de l'UE pour attirer l'attention sur cette question urgente et souligner le traitement horrible infligé aux détenus palestiniens dans les prisons et centres de détention israéliens. Ils ont appelé les décideurs politiques à agir pour garantir les droits et la dignité des détenus palestiniens dans le cadre du droit international et des normes relatives aux droits de l'homme.

Depuis le 7 octobre 2023, la situation des détenus palestiniens s’est fortement dégradée. Dans leur rapport au rapporteur spécial des Nations Unies contre la torture, Adalah, HaMoked et PHRI document qu'Israël détient plus de 9,300 4,000 Palestiniens qu'il classe comme « prisonniers de sécurité », « une augmentation de plus de 3,661 XNUMX individus depuis le début de la guerre, dont XNUMX XNUMX détenus administratifs, détenus sans inculpation ni possibilité de procès » . D’après Défense des Enfants International, PalestineParmi eux se trouvent près de 200 enfants, dont 61 en détention administrative.

Alors que la situation des Palestiniens dans le système carcéral israélien était déjà caractérisée par des mauvais traitements et le déni des droits fondamentaux, cette situation s'est exacerbée au cours des sept derniers mois. Cette détérioration est le résultat direct des choix politiques du gouvernement israélien que nos organisations partenaires ont identifiés comme un schéma plus large d’abus systémiques et de rhétorique déshumanisante. L'un des avocats d'Adalah, Mme Nareman Shehadeh-Zoabialah a expliqué que «la Knesset a adopté une ordonnance temporaire donnant au ministre de la Sécurité nationale Itamar Ben-Gvir – connu pour ses opinions ouvertement racistes envers les Palestiniens – le pouvoir de déclarer l'état d'urgence en prison« . Notamment, le ministre Ben-Gvir, qui a une autorité directe sur les agents du Service pénitentiaire israélien (IPS), a toujours plaidé pour que les Palestiniens soient soumis à un traitement humiliant et inhumain.

L’une des mesures prises par Ben-Gvir est la surpopulation délibérée des quartiers où sont détenus les Palestiniens. Cette situation a désormais atteint des niveaux critiques, les détenus étant contraints de vivre dans des conditions exiguës et insalubres, contraires aux normes fondamentales des droits humains. Notre partenaires, indiquent des cas répandus de mauvais traitements, de négligence et de mauvais traitements envers les prisonniers, y compris la détention arbitraire, le refus de communication et des mesures disciplinaires sévères. Ils aussi rapport qui « Le manque d'accès aux soins médicaux pour les détenus suscite des inquiétudes quant à une négligence médicale, avec des conséquences potentiellement mortelles ».  De plus, une récente Rapport de l'ONU a mis en garde contre la violence sexiste et les agressions sexuelles contre les femmes et les filles palestiniennes. Haaretz a également publié des témoignages de détenus palestiniens de sexe masculin qui ont été victimes d'abus sexuels.

La situation des détenus de Gaza est encore plus désastreuse. Selon nos partenaires, depuis le 7 octobre 2023, le nombre de Gazaouis détenus par l’armée israélienne est inconnu, mais les estimations se chiffrent en milliers. En outre, HaMoked déclare qu’en mai 2024, 865 détenus ont été classés comme « combattants illégaux ». .

Comme l'ont mentionné les Palestiniens libérés des centres de détention et comme le rapporte le galerie de , les détenus, y compris des mineurs, sont détenus dans des cages à ciel ouvert sans abri approprié, menottés en permanence et les yeux bandés, obligés de s'agenouiller toute la journée et de dormir par terre la nuit. Ils ne reçoivent pas de nourriture, d’hygiène ou de soins médicaux adéquats.

PHRI a rapporté à propos soins médicaux abusifs des Palestiniens dans les centres de détention. Par exemple, les détenus de Gaza y sont détenus dans des enclos en plein air et ont les yeux bandés et menottés à tout moment, même lorsqu'ils reçoivent des soins médicaux. Les rapports indiquent que ces contraintes ont entraîné dans certains cas des blessures graves, obligeant le personnel médical à procéder à des amputations de membres. . D'autres rapports indiquent que les détenus de Gaza sont soumis à des traitements inhumains, notamment à la torture, aux violences physiques, au harcèlement, à l'intimidation et aux abus sexuels. . Récemment, CNN a publié un article choquant témoignages des lanceurs d’alerte, dénonçant les conditions atroces, la torture et la déshumanisation délibérée ; Haaretz'Le rapport a confirmé la mort d'au moins 27 détenus palestiniens dans les centres de détention militaires de Sde Teiman, Anatot et Offer.

Les détenus de Gaza sont détenus au secret, sans accès aux avocats, à la famille ni même aux visites du CICR. Le refus d’accès au CICR et à d’autres organisations humanitaires empêche non seulement les détenus de Gaza de recevoir un soutien et une assistance essentiels, mais permet également aux autorités israéliennes d’agir en toute impunité, à l’abri de tout contrôle extérieur et de toute responsabilité. En qualifiant les détenus de Gaza de « combattants illégaux », les autorités israéliennes justifient leur détention sans procès ni procédure régulière, en leur refusant les protections juridiques fondamentales garanties à tous les individus par le droit international humanitaire. Cette classification légitime effectivement la détention arbitraire et les mauvais traitements infligés à ces personnes, aggravant encore leur situation déjà précaire.

De nombreux aspects de la politique israélienne violent les protections accordées aux détenus en vertu de la Quatrième Convention de Genève de 1949 pour la protection des civils et des articles de la Troisième Convention de Genève relatifs aux prisonniers de guerre. , ainsi que la Convention contre la torture et la Convention pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcées. C'est pourquoi Adalah, HaMoked et PHRI appellent les décideurs politiques européens à remédier de toute urgence à ces violations et à assurer la protection des droits des détenus en vertu du droit international et les exhortent à : 

  1. Appelez Israël à mettre immédiatement fin à la torture et aux mauvais traitements, à fournir une nourriture, un abri, des soins d'hygiène et des soins de santé adéquats et à fournir des listes des détenus de Gaza. 
  2. Appelez Israël à permettre l'accès aux détenus au CICR, aux avocats et aux organisations de défense des droits de l'homme. 
  3. Appelons Israël à garantir l'accès à des soins médicaux adéquats aux Palestiniens détenus dans les centres de détention israéliens en général, et en particulier aux victimes d'abus, de torture et de mauvais traitements, en vue de le mettre en conformité avec son obligation de fournir des soins de santé aux personnes privées d’une liberté égale à celle accordée à la population générale.
  4. Prendre des mesures immédiates et concrètes pour mettre fin à la torture et aux mauvais traitements infligés aux prisonniers et détenus palestiniens.
  5. Appelons Israël à respecter l’interdiction absolue de la torture et d’autres mauvais traitements et à l’incorporer dans le droit national conformément à l’article 2(2) de la Convention contre la torture.

---

A propos de l'auteure
Ahmed Al Aydi est bénévole à Broederlijk Delen, l'un des membres belges de la CIDSE. Il est avocat palestinien, militant des droits de l'homme et chercheur et titulaire d'une maîtrise en droits de l'homme et démocratie de l'institut de sciences politiques de l'université Saint Joseph de Beyrouth. Il travaille sur des questions de plaidoyer et de lobbying liées aux droits des enfants et a défendu et promu les droits de l'homme en Palestine et au Moyen-Orient.  

Les opinions exprimées dans l'article sont celles de l'auteur et ne représentent pas nécessairement celles de la CIDSE.

Photo de couverture : Entrée de la prison d’Ofer en Cisjordanie occupée, Palestine.
Crédit: Ehab Arouri


Adalah Newsletter, 17 avril 2024, Journée du prisonnier palestinien, Torture et mauvais traitements dans les prisons israéliennes, disponible sur : دفاتر عدالة – ​​عدالة (adalah.org).

HaMoked, 9,088 2024 détenus « de sécurité » sont détenus dans les prisons israéliennes, mai XNUMX, המוקד להגנת הפרט (hamoked.org).

Médecins pour les droits de l’homme – Israël, PHRI, rapport (mai 2024).

Appel urgent au Rapporteur spécial des Nations Unies sur la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants lancé par le Comité public contre la torture en Israël, Adalah - Centre juridique pour les droits des minorités arabes en Israël, HaMoked - Centre pour la défense de l'individu et Médecins pour les droits de l'homme Israël : P.1.

Articles (3,33,42, 76,143).

Partager ce contenu sur les médias sociaux