Sommes-nous sur la bonne voie pour respecter l’accord de Paris ? – CIDSE

Sommes-nous sur la bonne voie pour respecter l’accord de Paris ?

Progrès et lacunes dans la traduction des CDN de l’UE en plans nationaux en matière d’énergie et de climat 

L'Initiative pour la transparence des NDC de la CIDSE a publié une nouvelle étude commandée au Forum Ökologisch-Soziale Marktwirtschaft (FÖS) qui identifie un risque élevé que l'UE n'atteigne pas les objectifs climatiques de l'Accord de Paris sur le climat. Deux études de cas concernant l'Allemagne et la France soulignent la nécessité de plus de transparence, de mesures ambitieuses et d'implication du public afin de mettre en œuvre une action climatique rapide avec le soutien de la majorité des citoyens. 

La France et l’Allemagne ont mis en place des politiques énergétiques et climatiques et leurs rapports de suivi sont complets en matière d’énergies renouvelables et d’efficacité énergétique. Mais il existe une lacune dans les mesures locales de protection du climat et dans le lien avec les Plans Nationaux Énergie et Climat (PNEC). Une attention particulière est accordée à l’analyse de la manière dont les CDN sont utilisées pour l’expansion et la diffusion des énergies renouvelables et soutiennent l’accès à l’énergie. L’Allemagne améliore ses efforts en matière d’efficacité énergétique, mais elle doit encore faire preuve de plus d’ambition. La France vise également à atteindre les objectifs climatiques internationaux, mais des inquiétudes subsistent quant aux mesures suffisantes pour réduire les émissions et à la transition vers les énergies renouvelables. Les deux études de cas montrent la nécessité d’accélérer le développement des énergies renouvelables et d’ajouter des mesures supplémentaires d’efficacité énergétique afin d’atteindre les objectifs climatiques. 

Beate Richter, chercheuse pour la politique énergétique et agricole (FÖS), commente : « Les études de cas montrent comment les CDN ont été mises en œuvre dans des lois, des mesures et des stratégies aux niveaux européen et national. Néanmoins, des efforts supplémentaires sont nécessaires pour atteindre les objectifs climatiques. Par conséquent, les objectifs climatiques de l'UE devraient inclure le potentiel des politiques de suffisance comme pilier supplémentaire dans la combinaison d'instruments. Les potentiels suffisants de réduction de la consommation énergétique absolue doivent être identifiés systématiquement et scientifiquement et leur mise en œuvre doit être politiquement encouragée.» 

Lydia Machaka, responsable de l'énergie et de l'extractivisme (CIDSE), déclare : « Les rapports les plus récents du GIEC affirment ce que la science exige depuis longtemps : nous devons rester en dessous de l’objectif de 1.5°C pour éviter les pires conséquences de la crise climatique. En particulier, cette décennie critique exige une accélération sans précédent de l’action climatique, en laissant les combustibles fossiles dans le sol et en passant à des systèmes d’énergies renouvelables socialement justes, dans un souci de suffisance. Des progrès tangibles peuvent être suivis efficacement en garantissant que les liens entre les différentes conceptions et mises en œuvre des politiques, des lois et des plans sont inclusifs, transparents et facilement accessibles à tous, y compris aux décideurs politiques, aux experts techniques et en particulier aux citoyens ordinaires confrontés aux impacts climatiques néfastes. quotidiennement, en Europe et au-delà. 

Madeleine Wörner (Misereor) explique : « L'étude récemment publiée fait partie d'une collaboration internationale d'organisations de la société civile visant à enrichir la manière technocratique de l'Accord de Paris avec sa mise en œuvre dans la politique nationale et sur le terrain. La perspective européenne de ce travail a clairement montré que la mise en œuvre cohérente et l’action climatique correspondante dépendent de la motivation et des priorités politiques et pas seulement de l’argent et des infrastructures disponibles. 100 % d’énergies renouvelables jusqu’en 2040, une mise en œuvre accrue d’une politique de suffisance et une conception politique participative doivent recevoir une plus grande importance dans l’élaboration des politiques de l’UE ! » 


Plus d'Infos:

Contacts:

  • Lydia Machaka, Responsable de l'énergie et de l'extractivisme, CIDSE : machaka(at)cidse.org,   
  • Website: CIDSE 
  • David Knecht, Responsable énergie et justice climatique, Fastenaktion : knecht(at)fastenaktion.ch, site Internet : Fixation 
  • Madeleine-Alisa Wörner, responsable de la politique énergétique mondiale, Misereor : madeleine.woerner(at)misereor.de, site Internet : Misereor 
  • Dr Beate Richter, chercheur associé pour la politique énergétique et agricole, FÖS : beate.richter(at)foes.de, site Internet: https://foes.de/de-de/ 

Crédit image de couverture : Photo ONU / Mark Garten

Partager ce contenu sur les médias sociaux