Événement

Panel: Equilibrer les affaires et la justice - une législation efficace pour avant et après Brumadinho


Détails de l'évènement


En novembre 5, le 4th anniversaire de l’effondrement du barrage de Mariana, des activistes et des experts se réuniront à la Casa de America Latina pour commémorer Mariana et Brumdinho. Le panel discutera du cas de Brumadinho et du rôle de l'UE dans une législation efficace visant à garantir réparation aux victimes de tels crimes et à obliger les entreprises à empêcher que de telles tragédies ne se reproduisent.

 

Le 25th January de cette année, à Brumadinho, dans le Minas Gerais, au Brésil, l’effondrement d’un barrage de résidus miniers exploité par la société minière brésilienne Vale a été tué Personnes 272 et 300 affecté km de terre et de la rivière avec des déchets toxiques, compromettant les moyens de subsistance, la sécurité alimentaire et en eau des communautés voisines.

Les entreprises européennes sont impliquées tout au long de la chaîne de production de Vale, telles que ThyssenKrupp, BMW, ArcelorMittal et les banques allemandes.

Les organisations MISEREOR et ECCHR ont récemment déposé une loi plainte pour infraction contre TÜV SÜD - la société de certification allemande qui avait confirmé la stabilité du barrage 4 mois avant son effondrement - sur les accusations de violation des obligations de surveillance et de négligence dans l'inondation, et des accusations contre l'un de ses employés pour homicide par négligence et corruption privée.

C'est ce n'est pas la première fois que des entreprises européennes sont responsables de crimes liés à Vale. Trois ans plus tôt, Vale dans le consortium minier de Samarco avec le britannique TNC BHP Billiton était responsable d'un effondrement similaire du barrage dans la ville voisine de Mariana.

Faisant apparaître les barrières régionales à la justice, un vote récent au sein du Conseil de la politique de l'environnement de l'État de Minas Gerais a approuvé la réouverture de la mine de Samarco. Les organisations internationales tentent depuis des années d’utiliser leurs moyens pour garantir réparation aux victimes et mesures préventives de ce type de négligence de la part des entreprises.

En dépit de procès intentés au Brésil et au Royaume-Uni après Mariana, aucune mesure préventive n'a été prise avant Brumadinho. À ce jour, les victimes des deux crimes n’ont pas encore fait l’objet d’une réparation appropriée. Au contraire, ils sont confrontés à l'intimidation, au harcèlement, à d'énormes défis pour accéder à la justice, à la perte de leurs moyens de subsistance et au manque d'accès à l'eau potable et à la nourriture.

Le produit les actions de la société civile pour assurer la justice ont échoué en l'absence d'une législation internationale juridiquement contraignante pour les entreprises qui place les questions sociales, des droits de l'homme et de l'environnement au centre de ses préoccupations. le le rôle des institutions européennes est déterminant pour le développement d'un cadre législatif qui oblige les entreprises à rendre des comptes.

Le produit 5th de Novembre marquera les années 4 depuis le crime de Mariana. Sur la base du cas de Brumadinho, deux militants locaux et deux représentants d’ONGI vont faire face à la perte de vies humaines et naturelles dans ces crimes et revisiter l'injustice de l'impunité des entreprises. le panneau sera discuter du rôle de l'UE en élaborant une législation efficace pour prévenir les effets néfastes des activités commerciales sur les droits de l'homme et en donnant accès à la justice aux personnes et aux communautés touchées. Ces avocats qualifiés examineront les processus dans lesquels l'Union européenne peut contribuer au renforcement de la législation contraignante régionale et internationale pour la responsabilité des entreprises, par exemple par le biais d'une diligence raisonnable en matière de droits de l'homme et d'environnement et Traité des Nations Unies.

Discussion de groupe sur 1h30 avec traduction en portugais et anglais avec:
- Carolina De Moura (Associação Comunitária Jangada)
- Danilo Chammas (Justiça nos trilhos)
- Jimena Reyes (FIDH)
- Sylvia Obregon (CIDSE)