“La Barbe Liège”: Direct, non-violent action to counter patriarchy in the seat of power

Written by  Caroline Baudoin

© La Barbe Liège
Activists of La Barbe Liège
24 October 2018

It’s not easy to roll back cultural norms we grew up with and which appear acceptable to the majority. Three years ago, though I was already an activist for various social and environmental causes, I had no interest in feminism. At the time, I viewed feminism as running through practically all the causes for which I was an activist but I didn’t see it as a cause in itself. My attitude changed in 2016 when I spent a year in Canada. Over there, I realised that the share of gender roles, while not yet quite equal, was much less segmented than in Europe. As a result of studying my new environment and a colleague who was heavily involved in feminism in Montreal, I became convinced that the feminist struggle had its own identity without necessarily being involved in other struggles.

This article was originally written in French- see below

Some months later, once I was back in Belgium, friends suggested I join a closed Facebook group made up exclusively of women from my region. The purpose of this group is to swap articles on and discuss feminism. Last April, a group member posted a link to a festival on transition to be held in our city, called "Tomorrow Now". Of the 9 main presentations on offer, 9 of the presenters were men. Seeing this event, many of us said we couldn’t just let this go – we had to react. How could anyone think of "building a sustainable, evolving, flourishing world [1]” in 2018 without including women among the experts? A call went out on Facebook to organize a meeting. A week later we got together to plan what we would do.

We wanted to make our point humorously and memorably, that’s why we decided to adopt the tactics of the French group “La Barbe” [2]. [Untranslatable pun in French based on the masculine connotations of “beard” and its slang meaning of “enough of this”.] This exclusively female feminist group started in 2008 in France. Its aim was to show up the under-representation of women in positions of responsibility at all levels (in the economy as well as politics and culture) mainly through direct, non-violent action. We booked seats for the first presentation at the “Tomorrow Now” festival. At the beginning of the introduction, a dozen or so of us got up and went on stage wearing beards. One of the “beards” read out a humorous statement denouncing this 100% masculine event with heavy sarcasm. Using irony to complain about the absence of women in the selection of speakers was quite well received by the audience because they applauded when we had finished. “La Barbe Liège" was born.

As a result of overwhelmingly positive feedback from our first action, we were reluctant to stop mining such a rich seam. We all started looking into statistics about the extent to which women were represented at senior level at various levels in Belgian society (politics, teaching, research, the media, cinema, art, voluntary organizations etc) to have reliable data about the environment we are in. Though we were all alive to the situation, we were shocked when we saw the figures, they were much more alarming than we could ever have imagined.

At a large Belgian world music festival in August (Esperanzah), we brought these statistics to the attention of festival-goers and carried out our second big action. In the early evening, just before the headliner started, we got up on the main stages and highlighted the lack of women performers at this type of event. The festival’s music programme only contained 25% female performers, despite the theme of this year’s festival being “the decline of the male empire [3]”. The organizers had therefore already made a special effort to incorporate more female performers in the programme. So there is still some way to go to increase the number of women in the performance sector.

The membership of La Barbe Liège is made up of young women with varying views on feminist causes. However, like our French sisters, all our members are opposed to the patriarchal system and against the glass ceiling imposed on women. We are aware that some of society’s habits won’t change from one day to the next but, at our level, we want to get people talking and thinking about the role of women in society.

Some people are unsure about what we’re doing: - “Aren’t there other ways of raising awareness of this problem”? Well, in the same way that an engineer needs a variety of tools to build a machine that works, people need a variety of ways of taking action to reach the public and thus change their views about questions affecting women. All these forms of action employ a range of means to achieve our goal. Direct action, in the way La Barbe Liège uses it, is simply a tool, one means amongst many to try to construct a new, equal, non gender-based vision in the halls of power. Once the machine is working we’ll put our tools away – but till then, we’ll hold on to them.

About the author: Caroline Baudoin works in continuing education and is an activist in "La Barbe Liège", "Liège Sans Pub" and "les Alter’actif.ve.s (Entraide et Fraternité)" (Belgium).

Facebook page of La Barbe Liege

Articles:

Egalité hommes-femmes : Le collectif La Barbe veut réveiller les consciences à Liège [Equality between men and women – La Barbe tries to raise awareness in Liège]-28/04/2018 – Benjamin Hermann –L’Avenir

Les inégalités, ça les barbe [Inequality, they’ve had enough] ! – 06/08/2018 -Julie Douxfils- L’Avenir

Notes:

[1] The wording the conference organizers used to promote the event: https://www.tomorrow-now.be/fr/  

[2] La Barbe (France)’s  Facebook page: https://www.facebook.com/pg/La-Barbe-groupe-daction-f%C3%A9ministe-149218445123550/about/?ref=page_internal

[3] https://www.esperanzah.be/engagement/campagne-le-declin-de-lempire-du-male/le-declin-de-lempire-du-male/

 

Original article in French:

« La Barbe Liège » : des actions directes non-violentes pour combattre le patriarcat dans les instances de pouvoir
Déconstruire les codes culturels dans lesquels on a grandi et qui semblent admis par une majorité de personnes n’est pas une chose facile. Il y a 3 ans, bien qu’étant déjà militante pour de nombreuses causes sociales et environnementales, je ne m’intéresse pas aux questions de féminisme. A l’époque, je vois le féminisme comme une thématique transversale qui se retrouve un peu dans toutes les causes pour lesquelles je milite, cependant, je ne la vois pas comme une cause propre. En 2016, lors d’un séjour d’une année au Canada, mon regard change de perspective. Sur place, je me rends compte que la répartition des rôles de genre, bien que n’étant pas encore égalitaire, est beaucoup moins segmentée qu’en Europe. Suite à mes observations de mon nouvel environnement et à une collègue très engagée dans la cause féministe à Montréal, je commence à me dire que les luttes féministes peuvent avoir leurs propres identités sans être rattachées systématiquement à d’autres combats.

Quelques mois plus tard, en rentrant en Belgique, des amies me proposent de rejoindre un groupe facebook privé exclusivement composé de femmes habitant ma région. Ce groupe a pour vocation d’échanger des articles et de débattre sur la question du féminisme. En avril dernier, une membre du groupe poste un lien concernant un festival sur la transition, s’intitulant « Tomorrow Now », qui allait se dérouler dans notre ville : sur les 9 grandes conférences proposées, 9 conférenciers sont des hommes. En voyant cet événement, nous sommes plusieurs à nous dire que l’on ne doit vraiment pas laisser passer cela, que nous devons réagir. Comment est-il possible, qu’en 2018, on puisse imaginer « construire un monde durable, évolutif et épanouissant » sans intégrer des femmes dans la sélection des expert.e.s ? Un appel est lancé sur la page facebook pour organiser une réunion. Une semaine plus tard, nous nous réunissons pour planifier une action.

Nous voulons marquer les esprits d’une façon amusante et pertinente, c’est pourquoi, nous décidons de reprendre le « modus operandi » du collectif français « La Barbe ». Ce collectif féministe, non mixte, est né en 2008 en France, il vise à dénoncer la sous-représentation des femmes dans tout type d’instance de pouvoir (aussi bien économique, politique que culturelle) principalement par des actions directes non- violentes. Nous prenons donc des places pour assister à la première conférence du festival « Tomorrow Now ». Au début du discours d’introduction, nous sommes une petite dizaine à nous lever et à monter sur scène affublées de barbe. L’une des « barbues » prend la parole pour déclamer un discours humoristique dénonçant de façon sarcastique cet événement 100 % masculin. Cette façon ironique de dénoncer l’absence de femmes dans le choix des intervenants est assez bien reçue par le public car nous sommes applaudies à la fin de notre intervention : « la Barbe Liège » est née.

Suite à de nombreux retours positifs de notre première action, nous ne voulons pas nous arrêter en si bon chemin. Ensemble, nous effectuons des recherches de statistiques sur la représentativité des femmes dans les différentes instances de pouvoir de la société belge (politique, enseignement, recherche, médias, cinéma, arts, secteur associatif,...) afin d’avoir un aperçu concret de l’environnement dans lequel nous vivons. Bien que déjà toutes sensibilisées, nous sommes consternées de découvrir les chiffres, ils sont beaucoup plus alarmistes que ce que nous aurions pu imaginer.

Au mois d’août, lors d’un grand festival de musique du monde se déroulant en Belgique (Esperanzah), nous sensibilisons les festivaliers aux statistiques que nous avions trouvés et nous réalisons notre deuxième grande action. En début de soirée, juste avant le concert d’une tête d’affiche, nous montons sur l’une des scènes principales afin de dénoncer l’invisibilité des femmes artistes dans ce type d’événement. La programmation musicale du festival est composée uniquement de 25% d’artistes féminines, pourtant, cette année, le thème du festival était « Le déclin de l’empire du mâle » , les organisateurs avait donc déjà fait un effort particulier pour intégrer plus d’artistes féminines dans leur programmation. Il y a donc encore du chemin à faire pour arriver à augmenter la représentativité des femmes dans le secteur artistique!

« La Barbe Liège » est un jeune collectif, avec des personnes ayant des sensibilités différentes aux diverses causes féministes. Cependant, comme à l’instar de ses sœurs françaises, toutes les membres de notre collectif souhaitent lutter contre le système patriarcal en dénonçant le plafond de verre dont les femmes sont victimes. Nous sommes conscientes que certaines habitudes sociétales ne se changeront pas du jour au lendemain mais nous souhaitons, à notre niveau, susciter des débats et des réflexions sur la place des femmes dans l’espace public.

Certaines personnes se questionnent sur notre façon de procéder : « N’y a –t-il pas d’autres moyens pour toucher les gens sur cette problématique ? ». Comme une mécanicien.ne a besoin de ses divers outils pour assembler une machine afin qu’elle soit fonctionnelle, les citoyen.ne.s ont besoin d’une panoplie de moyens d’action pour toucher les gens et ainsi faire évoluer les réflexions sur les questions féministes. Tous ces moyens d’action exploitent diverses perspectives pour arriver à une fin. L’action directe, comme « La Barbe Liège » la pratique, n’est qu’un outil, un moyen, parmi tant d’autres pour essayer de construire une nouvelle vision, égalitaire, non genrée, des lieux de pouvoir. Lorsque la machine sera opérationnelle, nous lâcherons les outils...mais pour l’instant nous les gardons bien en main.


Last modified on Wednesday, 24 October 2018 11:35

This website uses cookies. They store information about navigation (dates, pages, hours), as well as any data entered by users during their visit (search, login, email, password).
These cookies are stored on the user's computer for a variable duration of up to 1 year and can be read and used by the system during a subsequent visit of the user on this website.